Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 06:52

Projet de loi relatif à la transition énergétique

pour la croissance verte 

9 Juillet 2015

 

Intervention du Sénateur radical de Gauche Jean-Claude Requier

 

 

 

Mme la présidente. La parole est à M. Jean-Claude Requier.

M. Jean-Claude Requier. Madame la présidente, madame la ministre, mes chers collègues, j'interviens en lieu et place de M. Mézard. Je suis donc une énergie de remplacement, sinon de substitution. (Sourires.)

Nous examinons une dernière fois l'un des principaux projets de loi du quinquennat, fortement enrichi par des avancées introduites en première lecture par le Sénat et maintenues, pour certaines, par l'Assemblée nationale. Comme d'autres avant moi, je tiens à saluer le travail des deux assemblées, qui nous a permis de converger sur un certain nombre de points, même si je regrette que le « temps de la réflexion » ait été perturbé par l'engagement de la procédure accélérée et les conditions d'examen du présent projet de loi en nouvelle lecture, sectionné sur deux semaines et amputé cet après-midi par la discussion de deux projets de loi.

Nous partageons la volonté de diversifier notre mix énergétique, d'y faire progresser la part des énergies renouvelables, de rénover les bâtiments pour en améliorer la performance énergétique ou encore de développer des modes de transports propres. Nous partageons aussi la plupart des objectifs du projet de loi, à commencer par la réduction des émissions de gaz à effet de serre en dépit de divergences d'appréciation, essentiellement sur le nucléaire.

La nécessité de prendre en considération, dans le secteur agricole, le faible potentiel d'atténuation des émissions de méthane entérique produites par les ruminants est désormais unanime,…

M. Ronan Dantec. Non !

M. Jean-Claude Requier. … et nous nous en réjouissons.

Si les objectifs sont in fine les mêmes, les moyens d'y parvenir feront toujours l'objet d'intenses débats, de prises de position tout à fait respectables et respectées. Leur expression est saine en démocratie, où la représentativité de tous les intérêts doit concourir à l'intérêt général, bien qu'en l'espèce nous n'ayons pas pu transcender nos clivages.

Comme vous ne l'ignorez pas, le groupe auquel j'appartiens reste profondément attaché à l'énergie nucléaire : sans elle, la France ne serait pas une puissance énergétique indépendante, elle pâtirait d'une baisse de compétitivité bien plus grave et le pouvoir d'achat des ménages serait fortement grevé. C'est pourquoi nous confirmerons notre soutien au compromis adopté par la Haute Assemblée visant à réduire à 50 % la part du nucléaire dans la production électrique française à terme et évitant de fixer une date incantatoire et irréaliste. La responsabilité politique qui est la nôtre nous impose un discours de vérité et le vote de dispositions tenant compte du réel.

Certes, la situation peut évoluer dans dix ans avec la maturation des filières d'énergies renouvelables ou la simplification du cadre juridique. Toutefois, des obstacles tels que la nécessité de développer les moyens de stockage de l'énergie ou la réalisation des réseaux intelligents rendent quelque peu illusoire l'échéance de 2025. Il convient également de tenir compte des coûts financiers et environnementaux d'une transition précipitée par la fermeture des centrales nucléaires. S'il convient de fixer une stratégie énergétique nationale avec des objectifs, ces derniers doivent être atteignables pour être pris au sérieux.

En ce qui concerne le développement des énergies renouvelables, l'insertion de toute une série d'articles additionnels au sein du chapitre portant sur la simplification des procédures est d'autant plus contestable qu'il s'agit, en réalité, de mesures qui complexifient paradoxalement le droit en vigueur, contrairement à l'esprit du présent projet de loi. Ces nouvelles dispositions visant les éoliennes terrestres constituent autant de mauvais signaux qui ne feront que raviver la crainte des investisseurs et engendrer de nouvelles brèches dans lesquelles se glisseront certaines associations représentant des intérêts particuliers dans un domaine où les recours abusifs sont légion. Elles vont à l'encontre du processus de modernisation du droit de l'environnement, de l'expérimentation de l'autorisation environnementale unique et du certificat de projet. Pourtant, le projet de loi allait dans le bon sens en introduisant, par exemple, le financement participatif et en renforçant ainsi l'acceptabilité des projets d'installations de production d'énergies renouvelables. Aussi, comme en première lecture, nous avons déposé des amendements dans un objectif de simplification, qui doit véritablement constituer un impératif catégorique.

En matière de mobilité durable, il est regrettable que l'hydrogène n'ait pas eu la place qui devrait être la sienne au sein de ce projet de loi qui ne garantit pas, à notre sens, la neutralité technologique en mettant uniquement en avant les véhicules électriques à batterie, avec notamment le déploiement de sept millions de bornes de recharge. Or l'hydrogène est intéressant sur le plan de l'autonomie des batteries et éviterait à nombre de nos concitoyens de faire plusieurs arrêts contraignants et rédhibitoires sur une longue distance afin de recharger leur véhicule. Les constructeurs japonais, allemands ou américains l'ont bien compris. C'est finalement à l'étranger que nos entreprises investissent, je pense en particulier à Total en matière de stations-service hydrogène.

On ne peut pas se contenter de la remise d'un rapport sur l'élaboration d'un plan de développement du stockage des énergies renouvelables par hydrogène décarboné prévu par l'article 28 bis. Je crains que nous n'ayons un jour à regretter ce non-choix de l'hydrogène, alors qu'on exploite depuis maintenant deux ans des émanations naturelles d'hydrogène sur terre.

Enfin, comme en première lecture, nous espérons que la fiscalité écologique sera à l'honneur lors de l'examen du prochain projet de loi de finances. Mais il convient d'être vigilants pour que la valeur cible de la tonne carbone, adoptée par la commission des affaires économiques du Sénat en nouvelle lecture, ne se traduise pas par une fiscalité supplémentaire pesant notamment sur les ménages les plus modestes.

Madame la ministre, qu'est devenue la grande réforme fiscale promise par le Gouvernement ? Une remise à plat s'impose sous peine d'accentuer la crise de légitimité de l'impôt.

Pour conclure, mes chers collègues, j'indique que le groupe du RDSE, favorable à la transition énergétique, qu'il conçoit comme un passage progressif – j'insiste sur cet adjectif – de notre modèle actuel de production d'énergie centralisé et limité vers un modèle moins émetteur de gaz à effet de serre, décentralisé et interconnecté, et s'appuyant sur la force et l'excellence de sa filière nucléaire, prendra une nouvelle fois toute sa part dans la discussion qui s'ouvre devant la Haute Assemblée. (Applaudissements sur plusieurs travées du groupe socialiste et républicain, de l'UDI-UC et du groupe Les Républicains.)

Partager cet article

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Actualités du PRG National Ecologie
commenter cet article

commentaires