Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 07:15
TAFTA/TTIP. - Négociation - Jean-Louis Migot

TAFTA / TTIP ? 

Le Parti Radical de Gauche finistérien se positionne contre.

 

 

Historiquement, c’est en 2013 que sont évoquées les premières négociations pour la création d’un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement ou TTIP entre les USA et l’Union Européenne « censé imposer des standards mondiaux pour le XXIème siècle, les négociations devront s’inspirer des valeurs transatlantiques : un « haut niveau de protection » du citoyen et une croyance sans faille dans les vertus de la libéralisation de l’économie ».

 

Déjà il faut s’interroger sur le choix des expressions « standards mondiaux », « valeurs transatlantiques », « haut niveau de protection du citoyen », croyance sans faille » et « vertus de la libéralisation de l’économie ». L’amalgame démocratie – économie – religiosité révèle principalement la volonté d’imposer un libéralisme déchaîné et une standardisation accrue et « convergente » n’allant pas forcément dans le sens d’une amélioration de la condition humaine.

 

Puis en 2014 il est question plus froidement de « lien entre la stabilité mondiale et la prospérité visée par les négociations transatlantiques »  ou « d’avoir une influence mondiale et… d’imposer nos standards à l’avenir ».

 

Là une marche est gravie où les bons sentiments d’antan s’envolent et l’hégémonie néo-libérale américano-anglosaxonne transpire politiquement et économiquement.

 

Néanmoins l’objectif apparaîtrait louable puisqu’il vise à « créer de la croissance et de l’emploi pour un grand marché de 820 millions de consommateurs » et ce dans les plus brefs délais comme le souhaitent les plus hautes instances de part et d’autre de l’Océan Atlantique, à savoir 2016 !

 

Poudre aux yeux, écran de fumée, parlons-en de la croissance et du pouvoir d’achat ! Les estimations de gain vont de 14 euros dans le meilleur des cas et de 1 euro dans le pire des cas et ce par personne et par an. Quant aux emplois, le chiffre de la création d’emplois, aussitôt contesté par la Commission Européenne, serait  au mieux de 122.000 pour la France, alors que nous attendons toujours le million d’emplois promis par le MEDEF… et de plus cette « espérance » ne tient pas compte des difficultés sectorielles engendrées par la concurrence.

 

La plus grande confusion règne même entre les spécialistes qui ont pourtant comme supports les conclusions tirées des précédents (et toujours d’actualité) accords de libre-échange.

 

De toute évidence le consommateur, d’où qu’il soit, ne sera pas le gagnant. De même, d’ailleurs, que l’agriculteur français menacé outre-Atlantique par exemple par l’élevage intensif des bovins gonflés aux OGM, aux hormones. Du côté des gagnants les entreprises ? Elles croient y voir une chance, principalement celles orientées vers l’agroalimentaire, les travaux publics, l’énergie ou le transport, rien n’est garanti dans le monde économique, loin de là.

 

 

Aujourd’hui, chacun s’abriterait derrière ses propres normes ! Les normes européennes  nous protégent du point de vue : sanitaire, évolutions technologiques dangereuses, culturel, cela à donc aussi des aspects positifs.  Ces normes, érigées, selon le discours néo-libéral, comme "une muraille le long des côtes européennes ou américaines" pourraient être rapprochées. C’est une épreuve difficile, de longue haleine, mais pas impossible. Devant cet « obstacle » et pour faire fondre les récalcitrants certains, principalement à la commission européenne, n’hésitent pas à utiliser la politique du marteau et de la peur en prétendant qu’il vaut mieux le TTIP en chantier qu’un éventuel copié-collé TTIP USA-Pacifique ! Etonnant tout de même, NON ?

 

Trois alternatives s’offrent aux politiques américains et européens pour la prochaine décennie :

- Soit le statut-quo qui entretiendra des blocages pour des motifs souvent protectionnistes également liés à la défiance suscitée par les méthodes opaques et secrètes des négociateurs ;

- soit l’acceptation du TTIP avec les déséquilibres industriels, les incertitudes écologiques et les potentielles reconversions humaines qu’il entraînera ;

- soit l’élaboration consensuelle, autour de la même table, d’un TTIP où tous les partenaires sociaux, économiques, politiques, syndicaux et écologiques seraient présents, en toute transparence, autour de la même table.

 

Gardons aussi à l’esprit ce que montre le scandale mondiale de l’évasion fiscale d’aujourd’hui. Les USA conservent leurs propres paradis fiscaux sur leur territoire et ils mènent, en réalité, une politique isolationniste pour protéger l’empire américain, les discours des candidats républicains sont limpides, la démocrate Clinton n’est pas loin d’être sur la même ligne. Seul le candidat Bernie Sanders se démarque.

 

Annick Girardin, Ministre de la fonction Publique, Virginie Rozières, Eurodéputée, toutes deux radicales de gauche, ont exprimée leurs doutes, leurs réticences sur cet accord biaisé par nature.

Entendons les.

PRG29

Partager cet article

Repost 0

commentaires