Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 18:40
Articles parus dans Ouest-France des 7 et 19 février 2017
Articles parus dans Ouest-France des 7 et 19 février 2017

Articles parus dans Ouest-France des 7 et 19 février 2017

Pollution maritime aux particules fines...

Qui se soucie de cette émission qui ne concerne en fait que les océans et leurs habitants aquatiques? A part quelques chercheurs et quelques écologistes, rares sont ceux qui sont conscients des conséquences de ces émanations.

 

En ce qui concerne la cause, il est reconnu que les navires sont de très importants consommateurs de fioul, même si c'est un fioul lourd, "moins coûteux", mais avec un rendement énergétique modeste. Il est temps de songer et surtout de passer à l'action par l'utilisation d'énergies de propulsion renouvelables certes plus coûteuses pour l'armateur mais plus bénéfiques pour notre planète.

 

Quant à l'effet, les pluies acides sont déjà bien identifiées. Rappelez-vous! Ces forets meurtries par des précipitations agressives par une anormale abondance en acides nitrique, sulfurique issues de nos échappements divers et "avariants" jaillissant de nos cheminées, des pots de nos véhicules, voitures et camions. Que faudra-t-il hurler en 2050 quand 17% des échappements proviendront des navires qui sillonnent nos océans? Et les retombées dans l'eau de mer? L'acidité croissante de l'eau de mar dans certaines zones maritimes du globe (Mer du Nord, Manche...), de par des flux marins insuffisants pour brasser cet apport extérieur, entraînera forcément une modification progressive et sournoise des écosystèmes marins (oiseaux de mer, poissons, plancton et autres habitants de ces territoires). Ce n'est pas tout. Il y a les particules fines riches en carbone qui vont rester en suspension dans l'air ou retomberont sur l'eau (peu de chance qu'elles soient absorbées par cette dernière) qui auront les mêmes effets sur les écosystèmes précédents cités que sur l'homme.

 

Toute cause a son effet et aussi son remède. Il y a de quoi s'inquiéter.

 

Dans un premier temps contraindre tous ces armateurs qui font fi de la pollution comme aussi des conditions de travail (mais c'est un autre sujet que nous aborderont!) à faire en sorte que ces monstres de moteurs qui équipent leurs navires soient moins "gourmands" en carburant mais aussi moins "contaminants". L'effort demandé aux citoyens, comme les moteurs à faible consommation, les filtres à particules ou les pots d'échappement catalytiques, dans ce domaine s'applique à tous.

Dans un second temps penser à généraliser des moyens de propulsion propres dans leurs émissions et pas conséquent nécessitant des énergies disponibles à l'infini comme le vent, la lumière, par le biais de technologies pouvant les capter demandant aussi à être amélioré et à être diversifié. Mat éolien ou voile pour le premier cas ou panneau photovoltaïque à haut rendement pour le second cas, ces technologies étant associées à une automatisation croissante dans la recherche d'une utilisation optimisée de ces méthodes.

Dans un troisième temps, qui peut parfaitement être simultanément au second, en dehors de ces deux sources abondantes que sont le vent et la lumière, peut-être aussi faut-il s'intéresser aux flux sous-marins afin de faciliter la progression de tels navires. L'aérodynamisme et l'hydrodynamisme sont aussi à améliorer dans le même objectif de faire en sorte que tous ces "géants", qui fréquentent nos mers, les laissent aussi propres après qu'avant.

 

Christiane Migot

PRG29

 

Table des matières des articles parus:

Chapitre 0: 3 mars 2017

Chapitre 1: 14 juin 2017

Chapitre 1: 14 juin 2017

Chapitre 2: 14 juin 2017

Chapitre 4: 4 mars 2017

Chapitre 6: 17 février 2017

Chapitre 7: 5 février 2017

Chapitre 9: 21 février 2017

Chapitre 9: 9 mars 2017

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires