Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 16:37

COMMUNICATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

GUILLAUME LACROIX

À L’ISSUE DU BUREAU NATIONAL

DU 17 SEPTEMBRE
 

JEUDI 18 SEPTEMBRE 2014


Le Parti Radical de Gauche, dernier allié du Parti socialiste au sein de la majorité gouvernementale, souhaite plus que jamais faire valoir ses propositions pour redresser le pays. Lors du vote de confiance mardi 16 septembre il manquait 4 voix au groupe socialiste (253 voix) pour obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés (257 voix), la confiance n’aurait donc pas été accordée sans le soutien des radicaux de gauche.

Nous nous félicitons de la garantie, renouvelée lors du discours de Manuel Valls devant l’Assemblée nationale, du maintien des Conseil généraux dans les départements ruraux. Nous tenons également à saluer l’annonce de la revalorisation du minimum vieillesse et la création d’une prime exceptionnelle destinée aux retraités ayant des pensions inférieures à 1200 euros par mois.

Ce sont deux revendications que le PRG défend avec force depuis plusieurs mois qui ont été reprises par le Premier ministre.

Par ailleurs, nous soutenons le discours profondément réformateur et pragmatique de Manuel Valls qui a su rester ferme sur les valeurs de la République. Il était en effet indispensable, pour les radicaux de gauche, de rappeler notre union autour de ces valeurs fondamentales d’égalité, de laïcité mais aussi autour de la défense de notre modèle social. Nous sommes donc satisfaits tant par la reprise de certaines de nos propositions que par le ton et la détermination du Premier ministre qui a clairement exprimé sa volonté de continuer de réformer notre pays dans la justice.

Cependant, bien que nous ayons voté la confiance au Gouvernement Valls II, ce n’est en aucun cas un blanc-seing absolu. La continuité de ce soutien impose le maintien de la qualité du dialogue, du respect et à la prise en compte de nos propositions par notre partenaire socialiste.

Les mesures prises récemment et notamment le CICE et le Pacte de Responsabilité et de Solidarité vont dans le bon sens et participent au redressement économique du pays. Toutefois, nous attendons plus de contreparties et des actes clairs de la part du MEDEF afin que les efforts consentis par nos concitoyens servent véritablement l’emploi et la croissance. Ce redressement économique voulu par Manuel Valls est indispensable, mais les radicaux de gauche continuent de faire preuve de créativité et d’imagination afin d’aller plus loin dans le travail de réforme entrepris depuis le début du quinquennat.

Suite à l’annonce du Premier ministre, nous réclamons une profonde réforme fiscale. Pour les citoyens, afin que l’impôt soit plus lisible, plus compréhensible et donc mieux accepté avec la création d’un impôt personnel, unique et progressif par la fusion de l’impôt sur le revenu, de la CSG et des cotisations sociales salariées. Pour les collectivités territoriales, afin d’assurer correctement leurs missions et de continuer à remplir leur rôle central dans l’investissement et le soutien à l’innovation en leur octroyant des ressources pérennes et dynamiques comme une fraction de la TVA proportionnelle à leur population. Pour les entreprises, afin de mettre enfin en place la progressivité de l’impôt sur les sociétés selon leur bénéfice et favoriser ainsi nos PME. Il s’agirait concrètement de taxer les plus petits bénéfices à 15%, les bénéfices moyens à 25% et les bénéfices plus importants à 35%.

Bien qu’ayant obtenu la confiance de l’Assemblée nationale, personne ne doit nier la fébrilité des institutions de la Vème République face à la crise.

Dans ce contexte il est urgent d’agir et de refonder notre République.

Notre projet de VIème République répond à ce constat et le Forum Républicain intitulé « Pour une République moderne » que nous organisons les 17,18 et 19 octobre prochains sera l’occasion de finaliser et de détailler nos propositions à ce sujet. Elles seront l’objet d’initiatives législatives de la part de nos groupes parlementaires au Sénat et à l’Assemblée national.

________________________________________________________________________________

Partager cet article

Repost 0

commentaires