Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 14:08
Science - Histoire - Brest - Christiane Migot

Discours d'entrée pour le colloque "Sciences et Histoire"

à Brest le 2 février 2017

 

Je suis particulièrement heureuse et fière de vous accueillir dans cet auditorium situé au cœur de ce nouvel et merveilleux outil qu’est la médiathèque située sur le Plateau des Capucins. Ces réalisations symbolisent pleinement l’harmonie entre le passé et l’avenir. Permettez-moi de féliciter les organisateurs de ce colloque « Sciences et Histoire » à savoir le Service Historique de la marine Nationale et le service patrimoine de la Ville de Brest.

 

Cette rencontre est placée sous le signe des échanges entre disciplines : sciences et histoire, entre des sources et des ressources brestoises sur la mer, entre deux institutions : la défense à savoir le Service Historique de la Défense et le Service patrimoine de la Ville, entre chercheurs et citoyens.

 

Brest est une ville dont l’Histoire ancienne est faîte de conquêtes, de découvertes et de rencontres entre les peuples. Depuis la création de l’Académie de la Marine en 1752 à Brest par Louis XV et à la suite des grandes explorations scientifiques dont les archives sont conservées au Service Historique de la Défense, la ville continue à s’inscrire au XXIème siècle dans un pôle d’excellence marqué par une recherche scientifique et historique toujours aussi pertinente et riche (Ifremer, l’Institut Polaire, l’Institut Européen de la Mer par exemple) ainsi que la recherche historique actuelle par la modélisation de bâtiments, de bateaux comme le Kléber à l’Ecole Navale et les objets industriels comme le marteau-pilon ou le pont-tournant. Sans oublier la Marine Nationale présente.

 

La place de Brest dans le paysage international est du autant à la très forte capacité des acteurs locaux à s’unir qu’à l’Histoire de la cité.

 

Au cours des siècles, le visage de notre ville a changé parfois douloureusement par sa destruction à 80% lors de la Seconde Guerre Mondiale. Avec force et détermination cette ville s’est reconstruite et Brest est plus que jamais ouverte au monde, à l’accueil des idées nouvelles et à ceux qui les portent.

 

La ville s’est engagée dans la démarche de la demande du label « ville d’art et d’histoire » autour de quatre axes : la défense, la ville palimpseste, la dynamique sociale et la mer et l’international. Ce dossier sera présenté à la Commission Nationale en novembre prochain.

 

L’objectif de ce colloque est de développer des passerelles entre le monde de la recherche historique et celui de la recherche scientifique inscrites depuis plusieurs siècles dans les fibres de la Ville de Brest.

 

Dans cette perspective de mutualisation des savoirs, un travail commun avec l’Université de Bretagne Occidentale, le Technopole Brest-Iroise, Océanopolis paraît pertinent et source d’enrichissement intellectuel.

 

Valoriser la dimension scientifique de Brest par le croisement de disciplines rarement invitées à se confronter pourrait susciter de nouvelles possibilités de recherches et tracer les voies du futur pour notre agglomération.

 

Vos travaux seront les bienvenus

 

Bon colloque

 

Christiane Migot

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 14:05

Programme Primaires 2017

(extrait)

#48

 

(en rouge: rajouts du PRG29)

 

Faire de l’écologie le moteur de l’économie de demain

  • La transition écologique doit devenir le moteur d’une nouvelle révolution industrielle et d’une relance durable de notre activité économique. Pour cela l’Etat doit s’investir à tous les niveaux afin de ne pas laisser passer des opportunités considérables que de nombreux pays ont déjà commencé à saisir. Il s’agit notamment de mettre en place des politiques plus incitatives de réduction des coûts par la diversification des sources d’énergie, la réduction de la consommation et la rationalisation du fonctionnement afin d’améliorer la compétitivité de nos entreprises et le pouvoir d’achat des ménages.
  • Inciter à la restructuration des bâtiments. Pour les locaux tertiaires et industriels étant soumis à une obsolescence accélérée due à la mutation rapide des usages, des gains importants en termes d’économies d’énergie et donc de coûts de fonctionnement sont possibles afin qu’ils soient mieux adaptés à l’activité qu’ils hébergent.
  • Favoriser en termes de règlements, d’infrastructures et de fiscalité le développement des filières industrielles d’énergies et matériaux renouvelables, des transports non-polluants, de constructions vertes et de l’économie maritime qui sont des secteurs potentiellement fortement créateurs d’emplois.
  • Faire du bâtiment un modèle de réduction des coûts et d’opportunité économique issue de la transition écologique afin d’atteindre des objectifs d’efficacité énergétique ambitieux et de relancer le secteur. Il faut agir non seulement de façon normative, mais également en incitant à un usage plus grand des dispositifs publics (fiscaux notamment) de soutien à la rénovation énergétique déjà existants. Pour cela, les services d’information sur les économies d’énergies doivent être renforcés, facilitant l’accès au financement et à des conseils adaptés pour faire le bon choix de travaux.
  • Faire des transports un secteur clef de la transition énergétique :
  • Par un soutien accru à l’évolution des technologies (start&go, allègement des véhicules) et des comportements (covoiturage, développement de l’usage du vélo et des transports en commun) avec des mesures favorisant le développement de la voiture électrique, par exemple.
  • Par l’optimisation intra européenne du transport de marchandises.
  • Par le levier de plus long terme qui est très certainement l’urbanisme. En cherchant un urbanisme qui rapproche des zones d’activités et des zones résidentielles, en favorisant aussi la mobilité résidentielle des ménages, on peut imaginer réduire à terme les déplacements contraints et lutter contre la crise du logement.
  • Revoir à la baisse la place de l’énergie nucléaire dans notre pays. La France est le pays où la part du nucléaire dans le mix énergétique est la plus importante. La Cour des comptes a souligné dans un rapport que les coûts de production de l’énergie nucléaire ont augmenté de 20,6% en 3 ans. En cause : les coûts d’exploitation, les investissements nécessaires au prolongement de la durée de vie des réacteurs en activité, les retards enregistrés sur le développement de l’EPR. Il faudrait y ajouter le coût des démantèlements, ou du traitement des déchets. Ces coûts vont à terme peser trop lourd sur le prix de production et donc sur le prix de l’énergie pour les citoyens et entreprises françaises.
  • Donner plus de moyens à la recherche et au développement, privés comme publics, afin de faire de la France un leader mondial en la matière. Il s’agit d’assurer ainsi à nos entreprises des débouchés pérennes, à nos concitoyens des emplois durables et à l’Etat une balance commerciale rééquilibrée profitants d’exportations nouvelles et de la baisse de notre facture énergétique.

 

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 11:51
Article paru dans Ouest-France du 1 février 2017

Article paru dans Ouest-France du 1 février 2017

Pollution au pétrole, Inaction au Sommet!

 

Depuis le 23 décembre 2016, les premières présumées innocentes conséquences de l'échouage des deux coques au large de l'îie de Sein se manifestent. Il n'y jamais hasard. La coincidence est évidente. En date du 1er février, un article de presse révèle l'apparition de boulettes de pétrole sur des plages du Finistère vers Brignogan.

 

Dans ce même article tout est au conditionnel. il faut attendre les autorisation avant de lancer les investigations chimiques et physiques pour faire le lien entre la cause et la finalité. Mais soyons rassurés, rien n'est prévu!!!

 

La terre tourne et rien ne change. A croire que nous sommes toujours en 1978, année de l'échouage de l'Amoco Cadiz sur les côtes du Nord Finistère.

PRG29

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 11:43

Partis:

l'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira

se dit "atterrée" par l'effet d'Emmanuel Macron

"sur de jeunes esprits"

L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira se dit "atterrée" par l'effet d'Emmanuel Macron "sur de jeunes esprits", lui reprochant de méconnaître le clivage droite/gauche, dans une interview aux Inrocks du mercredi 1 février 2017.

"Il a une vraie capacité de séduction, il en joue, c'est même sa carte maîtresse. Il doit beaucoup aux médias. Macron se dit antisystème mais c'est un pur produit du système. Je suis atterrée par son effet sur de jeunes esprits", affirme Mme Taubira.

"Quand on a plus de trente ans d'engagement, qu'on a pris au sérieux la politique, qu'on a accepté de prendre des coups, qu'on a vu ses enfants prendre des coups, qu'on a vu des gens souffrir, on connaît la différence entre les politiques de gauche et de droite", lui reproche-t-elle.

"François Fillon ne donne pas la migraine: il appartient à la droite dure. Entendre quelqu'un qui prétend à la magistrature suprême dire qu'il n'y a pas de différences entre droite et gauche m'atterre", poursuit l'ex Garde des Sceaux.

Interrogé sur Benoît Hamon, Mme Taubira juge que "dans la campagne, sa voix est un vrai renouvellement". "Merci de dire que la droite et la gauche, c'est différent. Les femmes et hommes de gauche qui racontent l'inverse sont juste en train de trahir", dit-elle.

L'ancienne ministre, partie du gouvernement début 2016 en raison de son désaccord sur la déchéance de nationalité, épingle sans le nommer l'ancien Premier ministre Manuel Valls.

"Se prétendre le champion de la sécurité comme une fin en soi, alors qu'elle est un droit, ou se proclamer champion de la laïcité intégrale pour exclure, ce ne sont pas des marqueurs de gauche", attaque-t-elle.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, elle juge qu'il a "bifurqué". "Il a fait une très belle campagne en 2012 et depuis il s'est un peu perdu dans les sables".

Christiane Taubira

Ca c'est envoyé...

PRG29

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Billet d'humeur Elections
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 15:40
Résumé de présentation lors de la cérémonie du 20 mars 2015 à la Société Chimique de France

Résumé de présentation lors de la cérémonie du 20 mars 2015 à la Société Chimique de France

Rappel

Un de nos adhérents, Monsieur Jean-Louis Migot, s'est vu remettre le 20 mars 2015 le Prix de la Division Enseignement-Formation de la Société Chimique de France pour ses activités d'enseignant en chimie, d'animateur de blog aussi de chimie et d'auteur de livres de chimie aux éditions Hermann.

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 08:08
Article paru dans Ouest-France du 18/01/2017

Article paru dans Ouest-France du 18/01/2017

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 17:55
Articles parus dans Ouest-France les 23 décembre 2016, 5 et 7 janvier 2017
Articles parus dans Ouest-France les 23 décembre 2016, 5 et 7 janvier 2017
Articles parus dans Ouest-France les 23 décembre 2016, 5 et 7 janvier 2017

Articles parus dans Ouest-France les 23 décembre 2016, 5 et 7 janvier 2017

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 17:29

• H •

HANDICAPÉS. Mot sidérant qui se conjugue en général au plurie ; groupes organisés prétendant parler au nom des personnes et réclamant avec de plus en plus d’insistance des droits sur la société.

HISTOIRE, sans histoire. Mot trompeur ; précision systématiquement apportée par les médias lorsqu’un crime ou un délit a été commis par une personne issue de l’immigration : elle est toujours issue d’un quartier ou d’une famille « sans histoire » comme pour suggérer que son comportement serait tout à fait exceptionnel et donc presque excusable (contraire : « bien connu des services de police »). Note : le recours à « incompréhensible » (ex. :un geste incompréhensible.) remplit la même fonction lénifiante. Voir aussi « Déséquilibré ».

HUMANISME. Terme trompeur ayant changé de sens ; il n’a plus de rapport avec la culture enracinée des « humanités » mais désigne l’idéologie des droits de l’homme ou l’idéologie de la franc-maçonnerie (trad. : idéologie).

HUMANITAIRE. Activité principale des forces armées des pays de l’Union européenne au-delà de leurs frontières ; « désastre humanitaire » : médiatisation des malheurs de certaines populations africaines ou d’Asie ; « action humanitaire » : médiatisation de la tentative d’imposer les valeurs occidentales à des populations plus ou moins rétives ; on dit aussi « faire de l’humanitaire » car il s’agit souvent pour certains d’un véritable métier.

• I •

IDENTITÉ. Terme tabou sauf lors des discours électoraux ; pour l’élite dirigeante l’identité de la France réside cependant dans ses « valeurs » uniquement (trad. : nature). Note : la manifestation de l’identité des « autres » s’appelle « communautarisme ».

IMMIGRATION. L’immigration est une « chance pour la France » sauf lorsqu’elle provient de l’est de l’Europe (trad. : peuplement).

INACCEPTABLE. Adverbe trompeur : se dit en général des situations que le système est incapable de maîtriser (ex « les violences sont inacceptables ») (trad. : toléré) ; appliqué à des « propos » que le système médiatique considère comme à caractère raciste ou antisémite, ce qualificatif signifie que leur auteur fera prochainement l’objet de poursuites pénales.

INCIVILITÉS. Mot trompeur : actes réprimés par la loi sauf lorsqu’ils sont commis par des personnes issues de l’immigration africaine et maghrébine (trad. : violences, délits)

INCOMPRÉHENSIBLE. Voir « Histoires »

INCONTOURNABLE. Mot sidérant ; il traduit la volonté d’enfermer la réflexion et la décision dans les seules alternatives autorisées par le Système (trad. : obligatoire).

INDEPENDANCE. Terme tabou désormais interdit aux Européens et politiquement incorrect au sein de l’Union européenne, qui préfère le concept « d’autonomie stratégique » (trad. : souveraineté, liberté).

INELUCTABLE. Terme sidérant exprimant la croyance que celui qui l’utilise connaît le sens de l’histoire et destiné à désarmer toute opposition (trad. : possible, souhaité).

INFORMATION. Terme trompeur véhiculé par la classe médiatique pour faire croire à son rôle de défense des libertés alors que sa fonction réelle est de tuer tout débat (trad. : fabrication).

INGERENCE. Terme connoté positivement désormais dès lors que cette ingérence prétend se faire au nom de « l’humanitaire » ou du « maintien de la paix » (trad. : violation).

INQUIETUDE (parfois associé à « vive »). Mot politiquement correct employé quand on veut minorer l’ampleur des atteintes ou des menaces pesant sur les personnes ou les intérêts européens ou catholiques (ex. « les inquiétudes de la communauté catholique d’Algérie », « Le Monde » du 26/02/2008). Note : la référence au « sentiment » remplit la même fonction lénifiante (ex. : « le sentiment d’insécurité » pour éviter d’écrire « délinquance »)

INSERTION. Voir « Intégration ».

INTEGRATION. Mot trompeur ; politique destinée à favoriser l’installation de communautés immigrées en France dans le respect contradictoire de leur « identité » propre et de celui des « valeurs » de la République, après l’échec des politiques d’assimimilation ; dans le discours dominant elle n’est jamais suffisante et il faut toujours appeler les Français – jamais les étrangers – à plus d’efforts en la matière (trad. : éclatement).

INTOLERANCE. Terme sidérant employé de façon péjorative pour toute manifestation identitaire sans distinction dès lors qu’elle émane des Français de souche.

ISLAM. Religion de paix, de tolérance et d’ouverture à l’autre ; prétendre le contraire expose à des poursuites judiciaires ou à des fatwas ; « islamisme » : comportement des musulmans qui ne correspond pas à la définition politiquement correcte de l’Islam (trad. Islam).

• J •

JARDIN. Quand il est « à la française », le terme est désormais à connotation péjorative pour l’élite dirigeante Note : pour elle le jardin anglais, c’est mieux.

JEUNES, JEUNES MAJEURS. Mot trompeur ; personnes de nationalité française ou non, issues de l’immigration africaine (et/ou maghrébine) ; s’emploie en général quand elles commettent des violences en groupes (trad. : d’origine immigrée). Voir aussi « Jeune homme » et « Préadolescent ».

JOURNAL. Voir « Gratuit ».

JUIF. Mot tabou ; rarement employé sauf si le locuteur se déclare juif lui-même ; s’emploie avec un qualificatif positif exclusivement (ex. : « les enfants juifs ») ; voir « Antisémite ».

• K •

KAMIKAZE. Mot trompeur car utilisé à contresens ; désigne aujourd’hui les auteurs surarmés d’attentats suicides contre des civils sans défense (alors que le kamikaze était un militaire qui en temps de guerre attaquait des cibles militaires extrêmement bien défendues) (trad. : attentat suicide).

• L •

LAÏCITÉ. Mot trompeur ayant changé de sens à la fin du XXe siècle ; à l’origine, séparation de l’Eglise et de l’Etat ; aujourd’hui, soutien apporté par les collectivités publiques à l’exercice des religions autres que chrétienne (« laïcité positive ») trad. : soutien à l’islam).

LEADER. Mot subliminal employé uniquement pour désigner les présidents et responsables nationaux des partis populistes et d’extrême droite (par référence subliminale à Führer, sans doute) (trad. : président).

LIBERATION, LIBERTE. Mot trompeur ; définition de la liberté réduite à la seule expression des pulsions individuelles et principalement entendue comme la remise en cause des normes comportementales admises dans les sociétés européennes. Terme employé pour marginaliser la définition de la liberté entendue comme participation à la vie publique et maîtrise de son destin. Note : ce terme convient par conséquent parfaitement aux individus consommateurs/sujets du Système (trad. : dérèglement).

• M •

MAJORITE (ex. : « les partis de la majorité »). Mot trompeur destiné à suggérer que les partis aux pouvoirs rassemblent la majorité des français (trad. les partis de la majorité représentée au Parlement)

MARCHÉ. Mot sidérant. Mode de régulation de l’économie considéré comme intrinsèquement supérieur à tout autre dans tous les domaines ; censé avoir « triomphé de tous les autres modes de régulation ; s’écrit en général au pluriel pour faire plus rassurant (trad. : gouvernement des choses).

MALIN. Adjectif trompeur désignant les consommateurs qui croient avoir fait de bonnes affaires alors qu’ils sont en réalité instrumentalisés par la publicité (trad. : naïf).

MECHANTS. Note : il est intéressant de remarquer qui incarne aujourd’hui le méchant au cinéma ou dans les téléfilms : le méchant est en général un blanc (si possible russe ou serbe) ou à la rigueur un chinois, un militaire (spécialement s’il est européen) ou un prêtre (s’il est catholique) ; le blanc est violent, raciste, homophobe et souvent borné ; le méchant est aussi incarné par le terroriste originaire du Moyen-Orient. Voir aussi « stéréotype »

MEMOIRE. Mot sidérant ; culpabilisation du passé national et dénigrement de l’identité française et européenne (trad. : dénigrement).

METISSAGE. Mot sidérant présenté comme l’avenir de l’humanité et destiné en réalité à valoriser l’immigration de peuplement en Europe ; par extension qualité valorisée par l’élite dirigeante (ex. : « musiques métisses ») ; voir aussi « Mêlées des cultures » expression que le système a tenté de promouvoir à l’occasion de la coupe du monde de rugby

MICHU. (cf Mme Michu). Terme méprisant désignant dans le discours de l’élite dirigeante la Française de base, lectrice de la presse « people » et foncièrement bornée (trad. : les électeurs). Note : cette expression curieusement ne dérange pas du tout les féministes.

MINORITÉS. Terme trompeur s’employant de préférence au pluriel et désignant les groupes qui cherchent à imposer leurs préférences à la majorité (trad. : factions) ; « minorités visibles » : personnes de couleur ou issues de l’immigration africaine. Note : l’utilisation du mot « minorité » vise à faire oublier que dans certains lieux ces « minorités » sont en fait majoritaires.

MOBILISATION (cf. « Borloo mobilise la planète »). Mot trompeur emprunté à la chose militaire pour donner une image résolue à des politiques qui le sont en général moins ; voir aussi « Se mobiliser » (trad. : gesticulation), mot désignant aussi les initiatives prises par les organisations de gauche et d’extrème gauche (ex. : « mobilisation en faveur des sans-papiers »).

MODERNISATION. Mot trompeur ; action conduite par le gouvernement pour faire évoluer la société et les institutions françaises conformément au modèle marchand anglo-saxon et en général en allant à l’encontre de la volonté nationale (trad. : mise au pas) ; voir aussi « Changement », « Réforme ».

MONDIAL. Terme marqueur du discours cosmopolite (voir aussi « Planète ») (trad. : international).

MONDIALISATION. Terme confus destiné à remplacer « capitalisme mondial » qui faisait vieux jeu mais qui désigne la même chose (trad. : capitalisme).

MORT. Mot tabou sauf si elle est spectaculaire (cf « une mort tragique »).

MOSAÏQUE. Mot marqueur du discours cosmopolite et destiné à valoriser le métissage culturel ou autre (trad. : cacophonie).

MOUVEMENTS SOCIAUX. Action de ceux qui, en s’arrêtant de travailler pour obtenir des avantages sociaux ou professionnels, obligent les autres à se déplacer à pied ou à voiture (trad. : grèves).

MUSÉE. Très à la mode et donne une bonne idée de la façon dont le Système conçoit la culture européenne : comme un objet mort mis en exposition (trad. : morgue).

MUSIQUE. Mot trompeur ; bruit habituellement fortement rythmé et associé à des paroles de sonorité anglaise, qui envahit l’espace privé et public et qui est destiné à empêcher les personnes de penser en silence et à les déculturer (trad. : brouillage).

• N •

NATION. Mot tabou ; construction réputée arbitraire, à la source de tous les maux de l’Europe et constituant un obstacle à l’efficacité totale du marché selon l’idéologie dominante (voir « Frontières »).

NATIONALITE. Formalité pour le moment encore nécessaire au sein de l’Union européenne à l’exercice de certains droits ou à l’accès à certaines professions ; depuis la loi Pleven de 1972 la préférence nationale est jugée discriminatoire (trad. : avantage, papiers).

NAUSEABOND. Mot sidérant en général associé à des propos critiques relatifs à des personnes issues de l’immigration ou d’origine juive ou bien concernant l’Etat d’Israël ; voir aussi : « Relents nauséabonds ».

NAZI. Incarnation moderne de Satan, en particulier sous sa forme « néo-nazi » ; sous sa forme groupusculaire le « néo-nazi » est très utile au système pour renforcer la législation liberticide

NEGATIONNISME. Mot sidérant pour « révisionnisme ». Note : l’élite au pouvoir qui pratique un révisionnisme permanent et culpabilisant à l’égard de l’histoire nationale engage pourtant une lutte résolue contre les révisionnistes.

NEGRE. Mot tabou sauf sous la plume d’un écrivain africain ou antillais.

NOIR. Mot tabou sauf si le locuteur est noir lui-même ; personne pauvre et ayant été discriminée par les Blancs ; on se doit de déplorer de ne pas en voir assez à la télévision ; dans les téléfilms les Noirs incarnent en général les bons, les médecins et les policiers (trad. : Noir). Note : les races n’existent pas, mais certains noirs se définissent comme tels et réclament la reconnaissance de leur « communauté » avec la création du CRAN (conseil représentatif des associations noires).

NOMADE. Qualificatif valorisant associé aux comportements d’essence cosmopolite (trad. : vagabond).

• O •

OBSERVATOIRE. Structure mise en place par les pouvoirs publics quand il ne peut empécher certaines choses ; il se borne alors à « observer » (ex. : « observatoire de la délinquance »).

OGM. « organismes génétiquement modifiés ». Expression sidérante. Les OGM sont réputés dangereux pour la santé pour la principale raison qu’on ne connaît pas leurs effets sur la santé ; ne pas confondre avec ONG (organisations non gouvernementales) qui, elles, sont toujours bénéfiques et doivent être respectées car elles concurrencent utilement les nations.

ORDRE. Mot tabou sauf s’il se prétend « mondial » (trad. : chaos).

OUTING. Manifestation publique de l’inclination homosexuelle ou de l’affiliation à la franc-maçonnerie d’un personnage politique et qui ne lui procure que des avantages médiatiques (trad. confession hypocrite)

OUVERTURE. Mot trompeur qui qualifie le ralliement au parti au pouvoir de personnes issues des partis politiques de gauche ou de la « société civile » ; l’ouverture ne se fait jamais à droite et on réclame en général « plus d’ouverture » (trad. : tromperie).

• P •

PAIX. Mot trompeur ; ce qu’est censée apporter l’Union européenne aux Européens voire aux autres peuples lorsqu’elle prétend s’interposer pour prévenir les conflits (ex. : « force de paix ») (trad. : soumission).

PARITÉ. Mot sidérant ; se dit quand on veut au moins la moitié de personnes de sexe féminin dans un groupe (trad. : féminisation). Voir « Femme ».

PARTAGE. Mot trompeur ; se dit de la bienveillance des institutions publiques à l’égard des immigrés (trad. : préférence étrangère) ; « partagé » : terme destiné à faire croire à la bienveillance d’une institution à l’égard de ceux qui ne bénéficient pas des services qu’elle rend (ex. : « Le progrès ne vaut que s’il est partagé », slogan de la SNCF) (trad. : réservé).

PARTENAIRE. Mot valorisant utilisé à la place d’associé ou de fournisseur, qui font trop mercantile.

PATRIE. Mot tabou car considéré comme trop connoté à droite depuis 1940. Note : « patrie » renvoie à « identité » et à « nation », deux concepts hautement suspects pour l’élite dirigeante ; dans les médias, le seul patriotisme autorisé est celui des Etats-Ubis et d’une façon générale des peuples qui ne sont pas européens.

PATRIMOINE. L’Establishment veut « changer la France » (cf. N. Sarkozy le 8 janvier 2008) mais prétend sauvegarder son patrimoine (trad. : apparences).

PAUVRE. Mot tabou ; personne non solvable donc inintéressante pour le Système, sauf si elle permet de faire appel à la générosité médiatisée. Note : on préfère le vocable plus sociologisant de « pauvreté » mot rarement employé : on préfère le vocable plus sociologisant de « pauvreté » (trad. : pauvre).

PEDAGOGIE. Mot trompeur ; l’élite dominante considère qu’il faut en faire quand elle rencontre une opposition ou une résistance qu’elle ne soupçonnait pas (trad. : propagande).

PEDOPHILE. Mot sidérant ; personnage qui sert de prétexte périodiquement à renforcer le contrôle policier de l’usage d’Internet (ex. : « un réseau pédophile démantelé »). Note : au cinéma les prêtres catholiques sont souvent pédophiles.

PEOPLE (prononcer pipole). Qualificatif un peu méprisant appliqué à la presse qui met en scène la vie privée de la nouvelle classe dirigeante, ce qui est censé intéresser le peuple.

PERPETUITE. Mot trompeur ; condamnation pénale permettant d’être libéré pour bonne conduite au bout d’un peu plus de temps que les autres.

PEUPLE. Mot tabou y compris à gauche ; en général ne s’écrit plus qu’au pluriel pour désigner ceux qui ne sont pas européens ; les peuples européens sont en effet réputés constituer un obstacle aux « réformes », à l’Union européenne et mal voter.

PEUR. Mot sidérant ; quand elles s’écrivent au pluriel, elles sont condamnables car elles expriment la « frilosité » des Français de souche devant la mondialisation ; pour l’Establishment, la seule peur légitime et obligatoire est celle du réchauffement climatique (trad. : dénonciation).

PHOBIES. Mot sidérant ; voir « Exclusion ».

PLANETE. Terme marqueur de tout discours cosmopolite (voir « Mondial »).

PLURIEL. Mot trompeur ; nouvelle qualité intrinsèque des choses pour l’élite dirigeante (ex. : « la France plurielle », « la majorité plurielle ») : terme voulant signifier que le manque d’homogénéité serait une qualité (trad. : carnavalesque).

POPULAIRE (cf « quartier populaire »). Terme trompeur qui désigne aujourd’hui les zones où la population est majoritairement d’origine immigrée (trad. : immigré) ; voir « Banlieue ».

POPULISME. Mot sidérant destiné à disqualifier la prise en compte des aspirations populaires lorsqu’elles vont à l’encontre de l’idéologie dominante (trad. : démocratie).

POLEMIQUE. Mot sidérant exclusivement employé lorsqu’un personnage politique fait une déclaration ou prend une initiative susceptible d’aller à l’encontre de l’idéologie dominante. On dit alors qu’il « suscite la polémique » ou « une levée de boucliers » ; lorsque cette personne appartient à la droite de conviction on dit « tollé » ; de même « controverse », « réactions ».

POUTINE. Second grand Satan derrière Ben Laden ; présenté comme une nouvelle incarnation de Staline car il prétend résister au nouvel ordre mondial Note : le Staline d’après 1948 seulement. En général, on ne dit pas le « président » Poutine.

PRAGMATISME. Mot trompeur ; qualité valorisée par le Système car censée caractériser l’esprit anglo-saxon ; tend à valoriser le comportement de l’élite dirigeante quand elle ne respecte pas les règles qu’elle impose au reste de la société (trad. : hypocrisie).

PRECAUTION (PRINCIPE DE). Doit s’appliquer en tout sous le contrôle vigilant de la justice, sauf en matière de peuplement (trad. : pusillanimité).

PREFERENCES SEXUELLES. Terme trompeur ayant pour finalité de banaliser l’homosexualité ; de même « orientation sexuelle » (trad. : homosexualité).

PREMIER. Terme subliminal destiné à remplacer et à valoriser celui de « primitif » (ex. : « Musée des arts premiers ») (trad. : primitif).

PROBLEME. Terme passe-partout qui sert à donner la posture de l’expert à celui qui l’utilise.

PROPRE. Se dit d’un dispositif censé limiter les rejets d’émissions toxiques dans l’atmosphère (ex. : « voiture propre ») (trad. : argument publicitaire). Voir aussi « douces »

PROXIMITE (cf. « juge de proximité », « police de proximité »). Elle est réputée curieusement tout résoudre pour ceux qui font profession de foi mondialiste.

• Q •

QUARTIER. Doit être « sensible » sinon n’intéresse pas ; voir « Banlieue ».

QUOTIDIEN (cf. « le quotidien des Français »). Trad. : les conditions de vie.

• R •

RACE. Mot tabou ; les races n’existent pas et prétendre le contraire expose à des poursuites judiciaires ; on peut à la rigueur employer le mot « ethnie », « interethnique » ou « communauté » mais avec prudence et si possible toujours au pluriel (ex. : « les violences interethniques au Keny ») (trad. autorisée : ethnie). Note : pour ne pas utiliser le mot race les médias ont recours à des formulations alambiquées, ex. : « les violences politico-ethniques au kenya », « Les Echos » du 26/02/08.

RACISTE. Mot sidérant ayant changé de sens ; au siècle précédent : personne affirmant en général la supériorité d’une race (la sienne) par rapport aux autres ; aujourd’hui : personne affirmant que les races humaines existent (trad. : observateur).

RACISME. Voir « Xénophobie ».

REFORMES. Mot trompeur ; principale activité de la classe politique consistant à essayer de modifier les sociétés européennes dans le sens conforme à l’idéologie dominante et non pas conformément aux attentes des citoyens (trad. : bouleversements) Voir aussi « Rupture » et « Changement ».

REFUGIE. Mot trompeur ; étranger réclamant et en général obtenant le droit de s’installer en France au motif de l’instabilité politique de son pays d’origine (trad. : immigrant fin connaisseur de notre droit).

REGULARISATION. Acte par lequel la personne publique donne des droits à ceux dont elle n’a pu empêcher l’entrée sur le territoire ou l’activité illégale (trad. : encouragement).

RELIGION. Mot employé de préférence au pluriel et sans déterminant particulier pour bien marquer que l’Europe « ne doit pas être un club chrétien » (J. Attali). Voir aussi l’expression « le retour du religieux » qui remplit la même fonction.

RESSOURCE HUMAINE. Le mot « ressource » est révélateur de l’estime portée à la personne humaine par le Système marchand (trad. : personnel).

RESPECT. Mot trompeur repris du langage des banlieues ; les « jeunes » voulant qu’on leur témoigne du respect (trad. : soumission). « Respect de l’autre » : nouvel impératif moral de l’Establishment signifiant qu’il convient prioritairement de ne se préoccuper ni de ses proches ni de ses concitoyens (trad. : xénophilie, soumission).

REPENTANCE. Mot sidérant ; déformation du repentir car elle consiste à faire repentance pour des fautes que l’on n’a pas commises (voir « Mémoire ») (trad. : rééducation).

REPROBATION, REPROBATION UNANIME. Mot sidérant destiné à suggérer que celui qui tient des propos ou qui agit à contresens de l’idéologie dominante suscite la réprobation de la majorité du peuple français, alors qu’il ne suscite que celle de l’élite dirigeante. Voir aussi « Polémique » et « Tollé »

RESPONSABLE. Mot trompeur destiné à valoriser les comportements conformes aux attentes de l’Establishment (cf. « éco-responsable ») ; voir « Citoyen ».

RICHES. Mot tabou sauf dans la presse « people ».

RISQUE (cf. « risques majeurs »). L’élite dirigeante aime à dire qu’elle se préoccupe de les prévenir (voir « Précaution ») et donc qu’elle sait gouverner et prévoir.

ROM. Trad. : Romanichel.

RUPTURE. Mot trompeur car utilisé par toutes les familles politiques (cf. « rupture avec le capitalisme », « rupture avec le socialisme ») ; désigne aujourd’hui l’action visant à détruire les défenses immunitaires de la société contre la domination du marché et du cosmopolitisme.

RUSSIE. Mot sidérant ; sorte d’enfer mafieux toujours opposé au paradis libéral de la société multiraciale et mondialisée. Dans les films, les Russes (si possible d’extrême droite) incarnent de plus en plus souvent les méchants.

• S •

SANS ABRI, SANS DOMICILE FIXE. Personnes n’ayant plus leur place dans le Système, sinon périodiquement comme faire-valoir de la classe médiatique ; n’intéressent que s’ils ne sont pas d’origine européenne (trad. : miséreux).

SANS PAPIERS. Néologisme trompeur désignant un étranger ayant franchi irrégulièrement les frontières de l’Union européenne et obtenant de ce fait même le droit aux prestations sociales et à un titre de séjour par le pays d’accueil à l’issue de quelques manifestations médiatisées et de durée variable (trad. : parasite). Note : On ne dit pas encore « Sans argent » pour désigner un voleur.

SECURITE. Mot trompeur ; prétexte à une réduction permanente des libertés des citoyens (trad. : surveillance). Note : « pour votre sécurité » est aussi devenue l’explication passe-partout à tous les dysfonctionnements liés à des travaux.

SENIORS. Personnes âgées et qui ne veulent pas le reconnaître (trad. : âgé).

SENSIBLE. Mot trompeur ; se dit d’une zone d’habitation comprenant une majorité de résidents issus de l’immigration ; voir « Banlieue » (trad. : étranger).

SENSIBILITÉS. Mot trompeur s’écrivant en général au pluriel (ex. : « les différentes sensibilités associatives et politiques ») ; l’Establishment veut en tenir le plus grand compte sauf si elles sont discordantes par rapport à l’idéologie dominante (trad. : les opinions et tendances de gauche).

SIDA. Maladie suscitant une mobilisation permanente des pouvoirs publics et des médias car en Europe elle touche prioritairement les Africains et les homosexuels.

SIECLE. Club influent au sein de l’Etablishment dont les médias ne parlent jamais (« le Siècle »).

SOCIAL. Mot trompeur, qualifiant des comportements qui ont souvent pour effet de créer des difficultés d’existence pour certaines catégories de la population (ex « plan social » = plan de licenciement

SOCIETE CIVILE. Mot trompeur ; qualifie les représentants autoproclamés de groupes qui prétendent parler au nom du peuple français mais sans l’onction de son suffrage (trad. : groupes de pression).

SOLDES. Grande fête populaire dédiée à la Consommation qui succède habituellement au Nouvel An et qui conduit des gens à acheter avec enthousiasme des produits souvent de mauvaise qualité mais réputés « moins chers » (trad. : arnaque).

SOLIDARITE, SOLIDAIRE. Mot trompeur ; prétexte à agitation médiatique et en général à de nouveaux prélèvements, grâce à la mise en scène de « victimes » « emblématiques ».

SOMBRE. Mot sidérant (cf. « les heures sombres de notre histoire ») ; se dit principalement de la période historique qui s’étend, selon les pays, de 1933 à 1945 et en France de 1940 à 1945, par opposition aux heures lumineuses que nous vivons aujourd’hui ; par extension, désigne toute période de l’histoire européenne que l’élite au pouvoir décide de condamner (ex. : « L’aventure coloniale a été en son principe une page sombre de notre histoire », Bernard-Henri Lévy dans « Le Point » du 8/12/05).

SOUVERAINETE. Mot tabou et de plus en plus incorrect pour l’élite dirigeante qui considère que seuls les marchés exercent une souveraineté légitime (ex. : « les fonds souverains »). Voir « Indépendance ».

SPORT. Activité encouragée par l’élite dirigeante car elle permet de tenter de canaliser l’énergie de la jeunesse, parce qu’elle est devenue un commerce et enfin parce qu’elle est présentée comme un modèle « d’intégration », seule activité où la passion nationale est licite (trad. : spectacle).

STEREOTYPES. L’élite dirigeante aime dénoncer les stéréotypes (par exemple sexistes) que véhiculerait notre culture ; mais c’est pour imposer finalement ses propres stéréotypes par exemple dans le cinéma ( ex : valorisation de la femme dominante et libérée, valorisation de l’homme blanc homosexuel, dévalorisation du mariage, valorisation du métissage, de l’homme de couleur tolérant et victime du méchant blanc raciste et borné, dévalorisation du prêtre pédophile, opposition entre le héros viril américain, et le méchant russe ou le méchant chinois, le gentil musulman et le méchant terroriste )

STIGMATISER. Mot sidérant ; comportement, sanctionné par les tribunaux, attribué à un Français de souche quand il désigne une personne appartenant à une autre communauté ayant commis des délits (trad. : désigner). Voir aussi « Bouc émissaire ».

SUBSIDIARITE. Mot subliminal utilisé au sein de l’Union européenne pour faire comprendre que les Etats n’exercent plus que des compétences résiduelles (trad. : abandon).

SUPER. Adjectif imprécis à la mode destiné à valoriser artificiellement certaines personnes ou certaines choses (son contraire est « nul »).

SYSTEME. Mot tabou car il désigne justement la nouvelle répartition des pouvoirs intervenue au sein des sociétés occidentales depuis la chute de l’Union soviétique (trad. : oligarchie).

• T •

TCHETCHENES. Mot trompeur ; présentés par les médias avant tout comme des « séparatistes » sans préciser en général qu’ils sont musulmans et se réclament souvent d’Al Quaïda (trad. : terroristes).

TECHNOLOGIES. Elles doivent être « nouvelles » pour intéresser.

TELEVISION (« télé »). Système de conditionnement de la population et destiné à vendre de la publicité et à réduire le temps libre des individus (trad. : chaînes).

TENTATION. Mot sidérant souvent associé à « protectionniste » et d’une façon générale à des comportements ou des paroles allant à l’encontre de l’idéologie dominante ; la référence subliminale au concept chrétien de tentation est destinée à suggérer le caractère diabolique et pervers de la démarche (trad. : solution).

TERRORISME. Il faut le « condamner fermement » ; désigne les violences et les attentats commis par les islamistes contre les Etats-Unis, les pays occidentaux et leurs alliés ; en revanche, lorsqu’elles sont commises en Russie elles sont compréhensibles et ce sont les forces de l’ordre qu’il faut condamner.

TESTING. Mot trompeur ; procédé par lequel les associations dites « antiracistes » s’efforcent de démontrer que des discriminations ont lieu et sont le fait des Français de souche ; le testing est désormais reconnu au rang de preuve par la HALDE (trad. : provocation). Note : aucun testing n’est organisé dans les banlieues dites « sensibles ».

TOLERANCE. Mot trompeur ; vertu affichée par le Système, sauf à l’égard de ceux qui contestent sa domination, et qui vise à encourager les comportements destructeurs des valeurs de la société traditionnelle (trad. : laxisme, encouragement).

TOLLÉ. Voir « Polémique ».

TRANSATLANTIQUE. Mot trompeur ; se dit des relations inégales entre l’Europe et les Etats-Unis (« liens transatlantiques ») (trad. : sujétion).

TRANSPARENCE. Qualité revendiquée par un nombre croissant d’organisations et censée être une composante de la démocratie : une activité transparente est en réalité une activité qui fournit aux « marchés » toute l’information, notamment financière, qu’ils demandent pour faire des bénéfices à coup sûr.

TRAVAILLEUR. Mot employé périodiquement par Mme Laguiller lors des élections présidentielles mais qui a changé de sens : au XXe siècle désignait une condition réputée servile ; aujourd’hui désigne plutôt une situation enviée surtout si le travailleur bénéficie d’un contrat à durée indéterminée. « Travailleur immigré » : expression trompeuse car l’essentiel de l’immigration est familiale et non liée au travail.

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES . Expression employée lorsqu’une personne issue de l’immigration ou d’une confession autre que catholique commet des délits : elle est alors présentée comme relevant de « troubles psychologiques » ce qui permet d’inférer que son comportement est anormal et ne correspond pas à la norme du groupe correspondant. Voir aussi « Fragile psychologiquement » et « Déséquilibré »

TSUNAMI. Raz de marée mais en plus savant ; constitue la preuve que le climat se réchauffe et pour la classe médiatique une excellente « information ».

TURQUIE. Pays laïc (voir « Laïcité »), moderne, européen, membre de l’OTAN et que les Etats-Unis souhaiteraient faire entrer dans l’Union européenne ; prétendre le contraire vous exclut de l’élite dirigeante.

• U •

ULTRANATIONALISTE. Terme sidérant pour désigner les mouvements populistes d’Europe orientale et de Russie (trad. : patriote).

UNION EUROPEENNE. Expression trompeuse ; espace sans frontières déterminé uniquement par l’adhésion de ses membres aux « valeurs » du marché, de l’atlantisme et des droits de l’homme et destiné à s’éten

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Culture
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 15:50
Article paru dans Ouest-France du 21 janvier 2017

Article paru dans Ouest-France du 21 janvier 2017

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 15:35
Articles parus dans Ouest-France du 23 et du 24 janvier 2017
Articles parus dans Ouest-France du 23 et du 24 janvier 2017

Articles parus dans Ouest-France du 23 et du 24 janvier 2017

Sylvia Pinel: 563 voix soit 1.55% des voix dans le Finistère

Ses meilleurs scores (en pourcentage) sont à:

dont 2.67 à Bourg-Blanc, 1.41 à Brest, 2.06 à Briec, 3.43 à Carantec, 2.50 à Chateaulin, 2.29 à Clohars-Carnoët, 2.52 à Combrit, 3.15 à Crozon, 3.19 à Douarnenez, 2.60 à Ergué-Gabéric, 4.71 à Guiclan, 2.08 à Guipavas, 5.13 à Ile de Batz, 2.23 à Lanmeur, 2.08 à Lannilis, 3.27 à Locmaria-Plouzané, 2.97 à Locquirec, 2.37 à Milizac, 2.45 à Moëlan sur Mer, 2.07 à Pleyben, 2.00 à Plonéour-Lanvern, 2.60 à Plonévez-Porzay, 2.80 à Plouénan, 2.24 à Plougasnou, 2.02 à Plouguerneau, 2.12 à Plouzané, 1.99 à Plozévet, 2.79 à Rosporden, 2.16 à Saint-Renan, 2.70 à Sainte-Sève et 5.96 à Scaër, 

 

 

Ses meilleurs scores (en nombre de voix) sont à:

77 à Brest, 7 à Briec, 8 à Carantec, 8 à Chateaulin, 7 à Clohars-Carnoët, 7 à Combrit, 11 à Concarneau, 11 à Crozon, 11 à Daoulas, 25 à Douarnenez, 10 à Ergué-Gabéric, 11 à Fouesnant, 13 à Guipavas, 13 à Landerneau, 7 à Landivisiau, 9 à Lanmeur, 8 à Lannilis, 7 au Guilvinec, 8 au Relecq-Kerhuon, 8 à Lesneven, 9 à Locmaria-Plouzané, 9 à Moëlan sur Mer, 7 à Plougasnou, 7 à Plouguerneau, 15 à Plouzané, 7 à Plozévet, 39 à Quimper, 9 à Quimperlé, 7 à Rosporden, 8 à Saint-Pol-de-Léon, 12 à Saint-Renan, 9 à Scaër.

 

 

De ces résultats il ressort que cinq zones, apportant des voix à Sylvia Pinel, se détachent:

la ceinture brestoise, la grande ceinture brestoisela Cornouaille, la Presqu'Ile de Crozon élargie, le Léon.

 

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien
commenter cet article