Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : LRDG 29 - Archives
  • : Bienvenue sur les archives des Radicaux de Gauche en Finistère.
  • Contact

Rechercher Dans Nos Archives

13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 09:09

La droite veut écrabouiller les "trente-cinq heures", tous les moyens sont bons, il s'agit de réduire les acquits sociaux, tout ce qui fait que l'on puisse, pour une grande majorité de gens,  vivre a peu prés correctement  dans notre pays. Mais cela c'est trop pour les tenants de la droite extrême,     celle des très riches, il faut réduire en esclavage, éliminer la valetaille, nettoyer, karcheriser...

 

Alors on essaye de culpabiliser le citoyen, tu ne travailles pas assez, regarde les allemands etc .Le dernier rapport  utilisé par la droite  réutilise les mêmes arguments, les mêmes méthodes que ceux utilisés lors du passage en force sur les retraites. Et pourtant les solutions des "droits dans leurs bottes" ne conduisent qu'à une seule perspective : augmenter leurs profits? Le reste ? quoi le reste ! Rien à F... La polémique est donc relancée par la droite avec l'aide des aboyeurs des médias.

PRG29

 

Le journal Le Monde revient sur ce rapport et le démonte voir ci après :

 

Les Français travaillent-ils moins

que la majorité des Européens ?

COE-Rexecode relance le débat

 

 

La polémique sur les 35 heures va-t-elle repartir ? L'institut COE-Rexecode, proche du patronat, s'y emploie. Il a publié, mercredi 11 janvier, des données inédites d'Eurostat montrant que la France a été en 2010 l'un des pays de l'Union européenne où les salariés à temps complet ont le moins travaillé : 1 679 heures, juste devant la Finlande (1 670 heures) et loin derrière l'Allemagne (1 904 heures). Or, jusqu'alors l'organisme statistique européen plaçait la France un peu au-dessous de la moyenne européenne, mais pas en queue de peloton.

Le chiffre de 1 679 heures de durée effective annuelle du travail pour les salariés français à temps complet est confirmé par l'institut français Insee. Quant aux nouvelles données européennes, elles résultent d'un changement de calcul d'Eurostat qui intègre désormais les personnes en congés ou en arrêt maladie lors de la semaine de l'enquête. Cela permet pour la première fois, précise COE-Rexecode à qui l'on doit ce progrès, de disposer de statistiques comparables et homogènes pour tous les pays de l'Union européenne.

Contrairement à la durée effective moyenne de travail des salariés à temps complet, celle des non-salariés à temps complet (2 453 heures) et celle des salariés à temps partiel (930 heures) se situe dans la moyenne européenne, montrent les chiffres d'Eurostat.

Problème méthodologique

Peut-on à partir de là revisiter les années 1998-2010 comme le fait COE-Rexecode ? Rien n'est moins sûr : les comparaisons d'Eurostat et de COE-Rexecode soulèvent sur cette décennie un vrai problème méthodologique. Il tient au fait qu'entre 2002 et 2003, "l'enquête emploi" française a été profondément remaniée : elle est désormais effectuée en continu au lieu d'être faite en mars (qui n'est pas une période où les vacances sont importantes).

Il n'y a pas d'autre explication, analysent Fabrice Lenglart (Insee) et l'économiste Philippe Askenazy, au fait que la durée annuelle moyenne de travail des salariés en France (et pas seulement des salariés à temps plein) soit passée entre ces deux années de 1 717 à 1 583 heures.

« Le passage à une enquête emploi en continu a été un changement majeur. Il permet à l'Insee et à la Dares [le service statisque du ministère du travail] de publier tous les ans depuis 2003 une durée annuelle effective du travail. Mais  la comparaison avec les enquêtes emploi antérieures à 2003 n'est pas possible », observe M. Lenglart. Seules les comptes nationaux permettent, pour la France, de comparer valablement l'évolution sur la durée du temps de travail.

La nuance est importante. Coe-Rexecode, sur la base des nouveaux calculs d'Eurostat, estime que la durée effective de travail des salariés à temps plein a baissé de 13,9 % en France entre 1999 et 2010, soit « la plus forte baisse de tous les pays européens ». Or, selon les comptes nationaux de l'Insee, cette baisse n'a été en réalité que de 5,2%, soit moins qu'en Allemagne (- 6,1%).

Des observations frappées au coin de l'idéologie

De ces comparaisons, pour partie non fondées, COE-Rexecode tire aussi la conclusion que « la baisse de la durée du travail en France a manqué l'objectif de créations d'emploi et de partage du travail ». Mais, ironise Eric Heyer de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), cette observation frappée au coin de l'idéologie est contredite à la page 38 de son étude. Un tableau comparatif y montre en effet qu'entre 1999 et 2010, l'emploi a augmenté de 7,3% en Allemagne et  de 14,2% en France. Il révèle aussi que la proportion de salariés à temps partiel, autrement dit de précaires, a augmenté de 7,1% en Allemagne et de seulement 0,3% en France.

Déjà en 2011, dans un rapport sur la compétitivité comparée de la France et de l'Allemagne, qui avait beaucoup fait parler de lui, COE-Rexecode avait fait état d'une augmentation spectaculaire du coût du travail français par rapport à celui de l'Allemagne. Elle résultait pour une large part d'une erreur de calcul...

 

http://bercy.blog.lemonde.fr/2012/01/12/les-francais-travaillent-ils-moins-que-la-majorite-des-europeens-coe-rexecode-relance-le-debat/

Source : WWW.LeMonde.fr  :

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 13:55

Est-ce que le cerveau de Sarkozy fonctionne ? A le voir s'agiter en tout sens, dire une chose et son contraire, le citoyen peut s'interroger? En tous les cas je m'interroge sur la santé mentale du président. Un coup il est contre la TVA sociale, un autre jour il est pour mais sachant qu'elle ne peut être appliquée de suite et en l'état et que finalement ce serait mieux d'y renoncer. Même chose avec la taxe Tonin, celle-ci ou une forme approchante a déjà été adoptée par le parlement - sous l'ère Jospin cela remonte à loin - mais on n'a jamais souhaité la mettre réellement en application. Surtout les riches supporters de l'UMP.

 

A ce train là, il va réellement finir par fondre les plombs, mais c'est peut-être bien voulu - après tout. Pendant ce temps là nous ne parlons pas du bilan de 5 ans de présidence et gouvernance Sarkozy-Fillon. Pendant ce temps là, pas de débat citoyen sur l'avenir de notre société, l'avenir de notre pays, l'avenir des jeunes, l'avenir de l'Europe, l'avenir de notre santé publique, non on occulte.

 

Le quinquennat sarkozyste a fait exploser les garanties sociales, à fait exploser la dette de notre pays, fait exploser les profits des plus riches et permis la refondation des privilèges au bénéfice des plus aisés.

 

Cela nous tend à nous ramener plus de deux cents ans en arrière tout cela.

 

Erwan MARIE

PRG29

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 16:06

C'est l'époque de l'année qui veut cela. Encore que cette pratique remonte au-dela de l'antiquité, les puissants ont souvent laissé traîner une oreille attentive aux dires des mages, voyants, sorciers, instituts de sondages...

Petit rappel :  La prévision est, d’une façon générale, la science de la description de l’avenir. Elle se distingue de la prédiction en ce qu’elle est affectée d’un caractère aléatoire dû à l’incertitude de l’avenir, tandis que les prédictions résultent de modèles mathématiques déterministes.

Un modèle mathématique est une traduction de la réalité pour pouvoir lui appliquer les outils, les techniques et les théories mathématiques.

Les résultats obtenus dans ce paradigme mathématique, vont être utilisés dans un environnement réel pour prédire son évolution.

Il y a deux grandes méthodes de prédiction :

  • La prédiction dynamique inventée par Newton et Leibniz
  • La raison : Si on connaît des lois prédictives on peut faire des déductions qui conduisent à des prédictions. (sources Wikipédia)

Aujourd’hui, le modèle mathématique de "futurise-moi" ne permet pas de prédire le futur avec certitude. Nous nous contenterons donc de dire que’il permet juste d’en prévoir les tendances, les contours.

 

Alors, utilisant les talents du "grand goëland déplumé" je vous livre ici, in extenso, ses prédictions  pour l'année 2012.

Janvier : "On va se cailler les plumes, le petit corbeau hongrois attrapera un rhume homérique et tentera de se soigner en abusant des grogs sondagiers. Ce qui ne lui clarifiera pas pour autant les voies impériales de son avenir. La morosité et la nervosité gagneront le clan.

 

Février : "Bien que survolant et croassant au dessus de nombres de clochers de nos villages aux frais de la princesse,  les rumeurs sondagières n'éclaireront pas le ciel élyséen de notre corvidé. Le doute s'installera dans le clan, le grand héron cendré des pins des villes s'installant plus haut dans les sondages et faisant figure de remplaçant.

 

Mars : "Malgré la fougue des corvidés inféodés pour le protéger, la justice s'intéressera de près aux actions d'un corbeau ministre du budget. Tandis que le vieil hibou ballamou sera entendu par les hermines et envoyés devant a cour de justice de la République. Dans le même temps le corvidé maléfique s'activera pour enfermer les hermines et  les  bâillonner . 

 

Avril : "La mouette atricille moranesque se mélangera les plumes et au lieu de dégager le terrain de son cri sarcastique s'essayera aux twitt twitt numériques.

 

Mai : "Le mollusque du Mans arrivera trop tard dans la deuxième circonscription de Paris. Le petit corbeau hongrois fera un malaise vagal sans gravité à l'annonce des résultats  des derniers sondages. Sa caille bottine  anticipera un mouvement migratoire vers la botte italienne pour se requinquer"

 

Bloavez Mad

 

Erwan MARIE

PRG29

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 11:20

Bafouer la séparation des pouvoirs entre l'exécutif et la justice, c'est bafouer la Constitution. A se demander si la France est une véritable démocratie.

Le tribunal de Grande Instance de Paris Philippe Wojazer / Reuters

- Le tribunal de Grande Instance de Paris Philippe Wojazer / Reuters -

Un article de Dominique Coujard. Magistrat depuis 1974. Il a présidé la cour d’assises de Paris de 2000 à 2009. Il est aujourd’hui président de chambre au tribunal de grande instance de Rouen. Article paru en février 2011 dans Slate.fr, il permet d'étoffer notre réflexion sur l'évolution de notre organisation républicaine à envisager dans cette pérode pré-électorale..

L’affaire dite de Laëtitia est l’illustration parfaite d’une bataille politique menée par le pouvoir contre ses juges et dont l’enjeu est l’opinion publique. Une bataille qui propage l’illusion d’une société sans crime alors que chacun sait qu’une telle société n’existe pas. Une bataille calculée délibérément contre tout raisonnement logique, qui exacerbe l’esprit de lynchage et le goût de la condamnation sans procès.

Telle semble bien être en effet l’intention du président de la république: condamner a priori les juges chaque fois qu’un drame vient fortement émouvoir l’opinion. Il suffit que le principal suspect ait déjà connu la prison pour que se déclenche l’anathème, même si aucune faute n’est retenue contre eux. En témoigne la déclaration faite par M Sarkozy le 25 janvier 2011 devant les dockers de Pornic: la récidive criminelle n'est pas une fatalité, a-t-il déclaré, et je ne me contenterai pas d'une enquête sans suite...

Cette annonce venant de quelqu’un qui n’a aucun pouvoir de sanction sur les juges, est aux antipodes d’une culture qui refuse les condamnations sans preuve et sans débat contradictoire préalable. Celui qui la profère se place commodément, à partir d’une appréciation rétrospective des faits, une fois le drame accompli, du bon côté, celui de la victime et de ses proches et renvoie les juges de l’autre, du côté du crime et de ses auteurs.

On pourrait objecter que si le juge doit rechercher par la peine qu’il prononce, l’amendement et la réinsertion du délinquant et, par là même, qu’il prévienne, autant que possible, la récidive, il ne saurait peser sur lui qu’une obligation de moyens - et ceux-ci sont dérisoires, on le sait - et non une obligation de résultat. Il est impensable de pouvoir déterminer à coup sûr un comportement futur, quel qu’il soit.

On peut répéter à l’envi que désigner les juges comme coupables a priori est d’autant plus injuste que le crime et ses victimes sont leur lot quotidien. Chaque jour, ils les côtoient. Chaque jour, ils sont bousculés par l’horreur de faits insupportables. Chaque jour, ils voient des victimes et leurs proches. Ils les écoutent, ils leur parlent. Ils sont ébranlés par leur récit. Aucun juge ne demeure indemne de cette expérience- là. Ils rentrent chez eux parfois avec une boule au ventre. Qui met du temps à passer. Ou qui ne passe pas. Ils ont tous connu ces moments qu’ils sont incapables d’oublier et qui les accompagneront toujours. Ils se taisent  pourtant. Par pudeur. Par respect. Par obligation de remplir une mission qui leur interdit de préjuger, de généraliser, d’opposer les uns aux autres. Dans la facilité.

Parce qu’ils entendent aussi ceux qu’on accuse de ces crimes et qui, parfois les ont commis. Leur humanité, parfois, et l’horreur de leur récit les cueille, pareil, de plein fouet et ils sortent sonnés de certaines audiences, incapables de reprendre le chemin vers leur domicile sans devoir souffler un peu. 

On pourrait révéler que lorsqu’un juge de l’application des peines prend en charge un condamné avec les moyens misérables dont il dispose, il ne fait pas le malin. Qu’il sait que son choix comporte une part inévitable d’incertitude de l’avenir et constitue un risque énorme pour autrui. Qu’il sait que la foi en l’humanité ne suffit pas et que l’avenir d’un condamné risque de tourner tragiquement à la moindre occasion. Croit-on qu’il ne pense pas au petit matin d’une joggeuse qui aura croisé la route de celui dont le dossier, pourtant, semblait exclure  qu’on le revoie jamais? Tous vivent avec cette hantise du drame qui s’abattrait sur ceux qui n’ont rien demandé d’autre que de vivre en paix. 

Mais aucun raisonnement n’est vraiment efficace devant cette charge délibérée qui désigne les juges comme les coupables du crime. Ni l’exigence d’une faute, ni la nécessité d’un lien entre cette faute supposée et la récidive, ni le rappel des réductions de peine automatiques qu’on pourrait aussi bien reprocher aux parlementaires. Rien! Nous sommes dans le domaine du pur  cynisme qui mise sur l’exécration du pouvoir des juges comme substitut à  l’exécration du pouvoir politique.

C’est d’Italie, après l’opération Mani Pulite, qu’est venue l’offensive contre les juges. Elle y a pris un tour d’autant plus violent que, dans ce pays, les parquets sont désormais indépendants. C’est donc sans surprise excessive que nous assistons à ces attaques récurrentes dirigées contre la magistrature française par media interposés. Elles ne sont pas dénuées efficacité, les sondages en attestent. Malgré leur réputation de compétence et d’intégrité qui demeure, juges et procureurs sont régulièrement présentés à l’opinion qui s’y laisse parfois prendre, comme une caste de Brahmanes irresponsables.

Cette attaque est piquante lorsqu’elle émane de ceux qui ne supportent pas de se voir appliquer la même loi que le commun et retournent contre leurs juges le bénéfice d’une impunité qu’ils revendiquent à leur profit. Elle est mensongère car les juges sont responsables, civilement par le biais de l’action récursoire de l’Etat contre ses agents, pénalement et disciplinairement. Ils prennent leurs responsabilités et les assument quotidiennement avec le peu de moyens qu’on leur donne.

Mais si le propos tend à exiger que toute réformation d’une décision de justice par une juridiction supérieure soit sanctionnée disciplinairement, on transforme alors le juge en fonctionnaire hiérarchisé et l’on porte atteinte à l’acte de juger. Est-ce le dessein caché de l’entreprise? 

Dans le conflit dialectique qui oppose le primat de la souveraineté populaire, né de la révolution, aux idées de séparation des pouvoirs chères à Tocqueville et Montesquieu, ces dernières ont plus de succès à l’étranger qu’en France. Nul n’est prophète en son pays! La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen affirme pourtant dans son article 16: Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution.

Dominique Coujard

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 09:12

La loi réprimant la négation des génocides a donc été votée à l'Assemblée Nationale.
Quand le gouvernement, pour aller draguer des voix en vue des prochaines élections, se lance dans la surenchère législative et multiplie les textes inutiles, car déjà existants - c'est le cas  avec la loi du 29 janvier 2001, il gaspille le temps des parlementaires et celui des contribuables, tout en prenant le risque de décevoir nos alliés. Mais, plus probablement, le gouvernement et Sarkozy en tête ont marqué ainsi leur manque de sens diplomatique.  C'est bien Sarkozy, lui-même, qui est à l'origine de cette loi. Seul au gouvernement, si l'on en croît le "Canard enchaîné", Alain Juppé a dit tout le mal qu'il pensait de cette action. François Fillon comme d'habitude a fait le mollusque.
Les Radicaux de Gauche , eux, savaient ce qu'ils avaient à faire :
                                         
 - Communiqué de Presse -
"Jean-Michel Baylet, président du Parti Radical de Gauche, les sénateurs radicaux ne voteront pas la proposition de loi portant transposition du droit communautaire sur la lutte contre le racisme et réprimant la contestation de l'existence du génocide arménien.

Les Radicaux de gauche sont opposés à cette nouvelle loi mémorielle. En effet, la France a déjà reconnu le génocide arménien par la loi du 29 janvier 2001, il est donc inutile de légiférer à nouveau sur cette question."
 
Jean-Pierre BERNARD
PRG29
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 08:42

Alors que la fin de l’année 2011 approche à grand pas, loin de nous l’idée de faire un bilan de la vie politique française, celui-ci serait trop morose et risquerait d’achever le moral des Français qui semble déjà bien bas car rythmé depuis trop longtemps par les délocalisations, le chômage de masse, la perte d’identité…

 

Alors réjouissons-nous d’une décision juste, logique et cohérente, celle de la condamnation de Jacques Chirac dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Que Jacques Chirac soit âgé ? Soit. Que les faits soient anciens ? Peut-être. Cependant, personne ne doit oublier qu’un vrai Républicain se doit de rendre compte de ses actes devant ceux qui lui ont si longtemps accordé leur confiance : les citoyens.

 

Qu’un homme à la fois puissant par son réseau et fort de sa popularité auprès des Français puisse être condamné pour des faits avérés par notre justice est signe d’une République saine et sereine. Preuve que notre nation a des ressources …

 

Joyeuses fêtes à tous.

 

JRG29

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 16:47
 
 
Parti Socialiste   Parti Radical de Gauche   Les Jeunes Socialistes   Le PES   Homosexualités et Socialisme
 
 
 
Le comité de soutien du PRG Finistère
à François Hollande
vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année.
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 13:01

 

Le bilan de la droite Sarkozyste se réduit comme peau de chagrin. En disant cela, on peut remarquer qu'il n'y a pas vraiment lieu de s'en réjouir car au final ce sont les citoyens ordinaires qui en pâtissent. L'INSEE parle de récession, de recrudescence du chômage. 

 

"La France, estime l'INSEE dans sa dernière livraison,  devrait connaître une brève récession au quatrième trimestre 2011 et au premier trimestre 2012 et il sera "difficile" d'atteindre l'an prochain la prévision de 1% de croissance sur laquelle le gouvernement a basé son deuxième plan de rigueur". "L'activité économique redémarrera faiblement au deuxième trimestre mais l'acquis de croissance pour 2012 sera alors fin juin de 0%" complète l'Institut. Enfin, "Notre scénario prévoit beaucoup d'inertie", a résumé Sandrine Duchêne de l'INSEE. "Pourquoi cette inertie ? Parce que les moteurs de la reprise française pendant deux ans, l'investissement et l'emploi, calent". "Et quand un tel phénomène se produit, redémarrer la machine économique prend beaucoup de temps", a-t-elle expliqué.

 

Dans un article du Monde de ce jour, Claire Guélaud décrit la situation ainsi : "Nicolas Sarkozy candidat se rêvait en président du pouvoir d'achat. Son slogan du "travailler plus pour gagner plus", décliné dans la loi sur le travail, l'emploi et le pouvoir d'achat (TEPA) d'août 2007, avait fait mouche dans un pays où le revenu salarial a faiblement progressé depuis une vingtaine d'années.

"Un mantra qui lui avait probablement rallié les suffrages d'une partie des classes populaires. Cinq années et deux récessions plus tard, force est de constater que, dans ce domaine, le quinquennat s'achève sur un échec.

"Les ménages vont devoir se serrer la ceinture, et probablement pendant de longues années. Leur pouvoir d'achat global, en hausse de 1,4 % en 2011, reculerait en effet d'un petit 0,1 % au premier semestre 2012, comme cela avait été le cas deux ans plus tôt, selon les prévisions de l'Insee.

"Cette baisse serait encore plus forte par habitant (–0,3 %) et par unité de consommation (–0,4 %), c'est-à-dire en tenant compte de la taille et du nombre des foyers (le premier adulte compte pour une unité de consommation ou UC ; les autres personnes de 14 ans et plus pour 0,5 UC, les enfants de moins de 14 ans pour 0, 3 UC).

L'horizon devient sombre. Alors, se pose la question cruciale : " Comment la Gauche va-t-elle redonner de l'espoir aux citoyens ?" C'est  une question clé, en effet, François Hollande va devoir tour à tour insister que l'analyse de la situation engendrée par la droite UMP, qu'il a avancée devant les français, était pertinente. Les faits aujourd'hui lui donnent raison. Il va falloir  ensuite convaincre les citoyens que d'autres solutions sont possibles, certes elles ne viendront pas de la facilité, mais qu'elles seront équitablement réparties. Il devra également combattre les médias qui, pour beaucoup, sont verrouillés par le pouvoir, y compris dans les médias de service public pour expliquer aux français les choix qu'il fera et proposera. Le candidat de la gauche ne doit pas être aphone.

Erwan MARIE

PRG29

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 10:53

Le Bureau du PRG Finistère a participé à la conférence débat sur le thème de la laïcité, de l'art et des religions. qui s'est tenu en la mairie annexe de Saint-Marc à Brest. Il n'était pas question pour nous ici de propagande ou de prosélytisme mais de marquer une présence. Le fait que la salle était bien remplie nous assure  de la validité de notre action en faveur de la laïcité. Elle permet, en toute certitude, de défendre le "vivre ensemble" dans le respect des croyances des uns et des autres. 

 

Organisée par  Nathalie Chaline, la conférence débat organisée dans sa mairie à l'occasion de la date anniversaire de la loi de 1905  a mis en présence des catholiques, des musulmans et des laïcs. La parole était libre et a permis de resituer les préoccupations  dans leur contexte historique et émotionnel. Parmi les thèmes abordés celui du "blasphème",  qui est essentiellement une notion de nature religieuse. Il apparaît que prendre le temps de s'installer pour" parler à son voisin" est probablement une des voies pour accepter l'autre et lui manifester son respect. 

 

En remerciement une des  participantes  souligne que : "La laïcité, sujet complexe, mérite bien quelques explications de texte car nombreux sont ceux qui instrumentalisent le mot « laïcité » comme un écran de fumée . Pour que la laïcité ne soit pas un instrument au service des jeux de pouvoir, il est nécessaire de contribuer à l’esprit critique par des apports de connaissances". On ne peut mieux dire.

 

 A noter sur vos agendas: le vendredi 13 janvier de 18 h à 20 h à la faculté Victor Ségalen, le CREDI invite Emile Poulat, historien et sociologue, directeur de recherches émérite à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, spécialiste de la laïcité. Thème de la conférence: "Laïcité : un air connu, des textes méconnus"

 

 http://religion.info/french/entretiens/article_93.shtml

 http://www.saphirnews.com/Emile-Poulat-Il-y-a-la-laicite-dans-les-textes-et-la-laicite-dans-les-tetes-_a12473.html

 
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 16:01

Sarkozy est en panne. Il est en "rade" dans les sondages, Il n'a plus vraiment la main. Le dernier sommet de Bruxelles n'a pas ét un franc succès à moins que ce ne soit, malheureusement un franc échec. Accusé désormais de brader la France , de s'aligner sur les décisions allemandes, après avoir sacrifier l'emploi et favoriser la désindustrialisation de notre pays par son engagement ultra libéral, le voici maintenant contraint au rétropédalage.

 

Après le "travailler plus pour gagner plus", qui a fait long feu et se  traduit par "travailler plus pour gagner moins" pour les classes moyennes et fragiles, il emboîte le "produire en France" réclamé par : les syndicats, la gauche et Bayrou maintenant. Cet homme ayant une mémoire hyper sélective, il oublie ses engagements précédents. 

 

Perdu, sans projet, il va et vient d'une option à son contraire, s'agite et poursuit ses effets de manches. Mais désormais qui le croit encore ? Et peut-être plus, qui le craint encore ? On sent un coup de mou dans les porteurs des éléments de langage élyséen.

 

Aujourd'hui la liste des candidats à la présidentielle est longue, la venue de "de Villepin" dans la course va probablement donner des regrets à Borloo.

 

La campagne électorale de Sarkozy, qu'il a engagée au frais des contribuables malgré ses dénégations, ne montre  guère de dynamisme et ne semble enchanter que ses thuriféraires officiels et imposés par bus entiers.

 

Ceci dit, ne sonnons pas encore l'hallali, les mois qui viennent sont décisifs et la gauche doit encore travailler à convaincre. De plus, le candidat du Parti Radical de Gauche, François Hollande, n'est pas vraiment aidé par ses amis de son propre camp, le PS. Cela est préoccupant...

 

Erwan MARIE

PRG29

Partager cet article
Repost0