Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 09:51
Article paru dans Ouest-France du 25 mars 2017

Article paru dans Ouest-France du 25 mars 2017

Jeu de bascule dans l'arène du cirque

 

Rétablissons les choses. Est-ce le rebelle qui a forcément tort?

 

En fait nous avons vu lentement mais inexorablement la politique des socialistes glissée vers le centre gauche et passée d'une vision sociale et humaine vers une vision libérale et froide. Alors qui est le plus socialiste des deux ?

 

Est-ce celui qui a été le suppôt et le complice d'une équipe sous étiquette "socialiste" et imposant en force la loi travail?

 

Est-ce celui qui prétendu "frondeur" d'un collectif sous étiquette "socialiste" à freiner cette loi agressive à l'égard des travailleurs?

 

Il y a deux décennies, au Parti Socialiste, le premier aurait été exclu voir même refusé d'adhésion et le second aurait été entouré d'un groupe d'élu(e)s, d'adhérent(e)s, de militant(e)s et de sympathisant(e)s, tous prêt(e)s à le suivre dans sa vision du futur "désirable".

 

Voilà un parti où l'idéologie est passée d'une utopikpolitik vers une réalpolitik!

 

Jean-Louis Migot

PRG29

Repost 0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 09:49

2ème partie

Démocratie directe, démocratie participative

 

2-1 Directe et/ou participative

La représentation du peuple étant universelle, la question se pose-t-elle sur la forme ? Cela ne devrait être mais il s’avère que la situation actuelle n’est qu’un voile hypocrite afin de dérober au peuple sa représentation légitime et sa participation active à la vie de la cité ? Que le citoyen lambda soit solliciter pour exprimer son avis et son action est une évidence et c’est dans la remise à plat de la manifestation représentative de la démocratie qu’il faut axer sa réflexion. Il faut bien se rendre compte que la tendance actuelle est à la main mise d’une élite sur cette dynamique virtuelle et que très rarement l’origine des représentants du peuple n’a obéit à un large éventail social. Et pire encore est l’ignorance du terrain de ces délégués soi-disant du peuple intra-désignés pour des raisons « philosophiques » ou opportunistes. Il y a eu perversion de la représentation démocratique avec un excès de fonctions pour un minimum d’élus. Les multiples mandats étant monopolisés par une minorité le besoin de satisfaire le besoin d’actions d’une majorité  a été satisfait par la création de fonctions d’un intérêt moindre et d’une élévation mineure. Cet enchaînement explique la fracture entre les citoyens spoliés de leur représentativité et les élus ainsi que l’abstention grandissante à chaque élection.

 

Tout individu a dans sa logique interne le besoin intellectuel et philosophique de s’élever. Comme tous ne peuvent parvenir actuellement à cette progression et l’offre multiple ne peut que favoriser cet élan à condition que cette multiplicité soit réelle. Ce choix n’est plus car la facilité aidée par la pensée unique se satisfait souvent d’un minimum de penseurs investis des plus hautes fonctions et ne souffre pas des altérations d’un trop grand nombre incontrôlable.

 

Proposition n°5 : limiter à un seul mandat par élu(e). La concertation n’en sera que plus efficace.

Proposition n°6 : reconnaître à égalité les représentants populaires quelque soit leur niveau de responsabilité et favoriser leur identification par le peuple.

 

2-2 l’indispensable nécessité de l’élu

L’élu ou l’élue est un maillon inévitable. Mais tout est à repenser. Il faut revoir la chaîne de la manifestation de la démocratie et l’aborder sous forme d’une boucle en cinq étapes : l’électeur, le prétendant, l’élection, l’élu et le retour à l’électeur.

 

L’électeur a le droit mais aussi le devoir de participer à une élection. Cet acte se doit d’être automatique ou à défaut obligatoire et ne pas être ressenti comme une sanction. De toute façon la participation se doit d’être globale pour être significative.

 

Proposition n°7 : rendre obligatoire l’acte de voter.

Proposition n°8 : procéder à leur déroulement en semaine.

 

 

Le prétendant représente un parti aux niveaux des idées générales et non des siennes qui sont souvent mal définies ou équivoques.

 

Proposition n°9 : imposer le passage par une primaire interne à tout parti.

Proposition n°10 : s’assurer de l’intégrité morale des postulants.

Proposition n°11 : s’assurer de la diversité sociale des citoyens afin que toutes les couches populaires soient représentées.

 

L’élection en tant qu’acte n’est qu’une technique. L’objectif est la participation aisée de tous. L’application de nouvelles technologies est à envisager avec toutes les précautions qui s’imposent, mais ce dernier recours doit s’avérer limité.

 

Proposition n°12 : simplifier la méthode de vote en développant le vote par procuration.

Proposition n°13 : faciliter dans certain cas humain bien précis le vote électronique.

 

L’élu est le représentant d’une entité et se doit d’agir dans le sens du contrat qui l’a fait élire. Aussi il se doit de consulter régulièrement sur le terrain ses électeurs dans leur généralité dans le but d’une présence interactive là où il a été élu. Dit d’une autre façon le programme électorale c’est bien et va dans le sens élu vers électeur mais les situations évoluent et l’adaptation à l’actualité du territoire impose une action électeur vers élu. Il est l’image de son territoire dans son intégralité et non d’une minorité bien pensante par rapport à lui.

 

Proposition n°14 : inciter l’élu à défendre ou à résoudre directement et activement les intérêts ou les problèmes de ses électeurs et éviter l’acte de présence.

 

Le retour à l’électeur est le lien entre l’élu et l’électeur suite à en quelque sorte un contrat signé entre les deux parties lors de l’élection. Il est de son devoir de répercuter régulièrement son action et non celle de son parti. Certes il a été élu sur ses idées mais aussi par une représentativité territoriale ce qui impose ce devoir de réciprocité.

 

Proposition n°15 : rendre obligatoire le compte-rendu des actions orales, épistolaires ou autres de l’élu.

Proposition n°16 : imposer un calendrier de rencontre directe avec les électeurs au cours du mandat.

Proposition n°17 : imposer la transparence quant aux actions financières issues du budget de l’élu.

 

C’est très louable de proposer des élections aux citoyens et citoyennes mais lesquelles ? N’y-en-a-t-il pas de trop ? Et sont-elles toutes très clairement définies pour le citoyen ? Nous en sommes à six à suffrage populaire direct : les élections européennes, présidentielles, les législatives, les régionales, les départementales et les municipales. Souvent il est dit « trop d’infos tue l’info » et bien ici la transposition est raisonnable.

 

Proposition n°18 : faciliter au maximum le regroupement de certaines élections le même jour de la semaine.

Repost 0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 09:46

Pratiquons la table rase et tout reprendre à zéro.

 

1ère partie

Quelle forme doit prendre le pouvoir actuellement ?

 

1-1 Démocratie

Dans le terme de démocratie il est question de pouvoir par le peuple dans toute sa diversité humaine et sociale.

 

Toute société a besoin d’une direction, d’un horizon pour évoluer, condition indispensable afin d’éviter le retour en arrière et de faire en sorte que demain soit meilleur qu’hier. La nécessité de règles étendues à tous et entendues par tous assure l’élan vers un monde moins pire. Ce code s’articule sur un référentiel  collectif dont le plus évolutif est le progrès justifiant l’indispensabilité d’une démarche commune. Progrès humaniste, progrès social, progrès humain, progrès scientifique entre autres concernent les diverses strates de cette société collectivement mais aussi séparément. A chacun revient sa part de progrès mais qui n’est pas forcément identique à celle de l’autre. Le progrès est donc multiple concernant l’un ou l’autre ou l’ensemble. Il apparait qu’il n’est pas envisageable d’extraire une ligne directrice de cette évolution positive à partir de l’ensemble de la société. La proposition se doit d’être proposée par un groupe représentatif de la diversité de la société à la destination de tous. Arrive ainsi la notion de choix, nécessaire à quelque stade que se fasse la réflexion. 

 

1-2 Les représentants du peuple

Le choix de ce groupe représentatif apparait comme la seule alternative subjective du devenir d’une société. Cet enjeu implique une exigence obéissant à la règle des trois unités de temps, d’action et de lieu. Groupe représentatif adopté selon son homogénéité de pensée, ses compétences, sa représentation sociale et son unité, il se voit lié à la société qui l’a désigné par un contrat dont le temps préalablement défini laisse à l’action la possibilité de se développer dans le lieu d’existence de la société. L’idée de devoir envers la société implique une responsabilité forte collective et surtout individuelle de la part du groupe représentatif et des membres le constituant. La désignation d’un responsable de ce groupe, quelque soit le nom qui peut lui être donné, se justifie par le fait que la société dans son ensemble a besoin de s’identifier en celui-ci, référence issu d’une envie collective liée à une réalité individuelle. La nature du choix découle de cette logique par la proposition simultanée d’un ensemble cohérent de représentants de la société sous l’égide d’un responsable issu de la même pensée.

 

Proposition n°1 : logique, l’obligation d’un choix d’équipe dont la dynamique est maintenue pendant une durée bien précise et à définir.

 

1-3 Les représentants de la société

Cette première approche constitue en quelque sorte la forme du fond. En reprenant ce qui est écrit plus haut, toute société a besoin d’un code pour exister. La nécessité de principes étendus à tous garantit le bon entendement entre toutes les constituantes de la société et une harmonie universelle et pacifique. Ces principes constituent l’ossature de l’assurance de la cohésion de la société mais aussi possèdent une bonne aptitude à l’évolution en fonction des changements qu’effectue le temps sur la société. Le maintien de l’harmonie de cette dernière impose une réactivité réfléchie mais réelle de ces principes.

 

A qui confier cette vigilance ? L’indépendance, le recul et l’objectivité sont corrélés aux qualités d’analyse, de réflexion et de conclusion d’une entité non soumise à l’action et libre de tout arbitrage du groupe représentatif précédent. La multiplicité de la réflexion pour qu’elle soit efficace, non répétitive et non accaparante,  justifie un élargissement à un « plus que groupe » ou assemblée dont le libre arbitre s’accompagne d’une séparation exempte de toute influence extérieure. Sa composition se doit de refléter l’éventail de la société de par ses représentants issus de toutes ses strates mais aussi par des conceptions diversifiée où l’évolution des idées ne peut venir que de leur mise en commun mais aussi de leur confrontation. L’intégration de toute vision convergente ou divergente s’impose afin d’intégrer et d’assimiler dans la réflexion les composantes de cette assemblée issues de territoires variés et quantitativement égalitairement répartis.

 

Proposition n°2 : indispensable la construction d’une assemblée aux missions clairement définies dans le domaine de l’existence ou de la cohésion non figée de la société.

 

Proposition n°3 : l’indépendance sur le fond des deux représentations précédentes entre elles.

 

1-4 Les représentants de la République

Une vision du meilleur des mondes ne peut s’arrêter là. L’indépendance assure la dynamique de la réflexion respective mais l’ambition collective ou l’utopie excessive se doivent d’être soumises à un regard réciproque ou extérieur afin de canaliser les devenirs dans les cadres d’un projet d’avenir soient  sur les règles soient sur les principes.  Réciproque ou extérieur ? La neutralité penche pour la seconde alternative sous la forme d’un collège veillant à toute garantie de raisonnabilité ou tout maintien de légitimité. La république s’impose une vigilance constructive sur ses représentants du peuple ou les représentants de la société sous la forme d’un comité restreint mais à l’autorité indiscutable. Quantitativement l’abondance freine la réactivité des décisions. Le besoin d’éviter les interférences entraîne une décomposition en deux tiers proposés par les représentants élus des deux collectifs précédents qui proposent de moitié pour un tiers des personnalités issues de la société civile dans toute sa diversité impérativement.

 

Proposition n°4 : la disponibilité d’une instance attentive à la logique continuité de l’action des représentations élus démocratiquement.

 

Repost 0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 16:28
Article paru dans Ouest-France du 16 mars 2017

Article paru dans Ouest-France du 16 mars 2017

Prophétie de Michel de Nostredame dit Nostradamus

Centurie 21 quatrain 3

Du dix le trône ravira

Du neuf rien n'apportera

De huit avec haut t'annoncera

De sept le maître oubliera

De six l'échelle gravira

De cinq la plume t'élèvera

De quatre au moulin siégera

Du trois le temps pliera

De deux la muse reniera

De un  la plus haute place convoitera.

De rien le demain tien sera.

Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 16:58
Vue partielle de l'Assemblée Générale du PRG29 le 3 janvier 2017

Vue partielle de l'Assemblée Générale du PRG29 le 3 janvier 2017

Lors de l'Assemblée générale du 3 janvier 2017, où étaient présents et présentes entre autres, Christiane Migot, Jean-Pierre Bernard, Thierry Biger, Jean-Louis Migot et Guillaume Castel, Marie-Louise Scolan, ancienne présidente du PRG29 et conseillère municipale à la ville de Brest de 1989 à 2001 et son mari Bernard Scolan nous ont rendu visites. Ils n'ont jamais quitté de vue, malgré la retraite, les activités de la Fédération du Finistère et participé à maintes réunions, maintes campagnes d'adhésion ou d'affichage ou électorales.

Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 16:49
Inauguration de la Médiathèque des Capucins de Brest le 16 février 2017

Inauguration de la Médiathèque des Capucins de Brest le 16 février 2017

François Hollande, président de la République Française

 

avec

Christiane Migot, présidente de la Fédération du Finistère du Parti Radical de Gauche et conseillère municipale à la Culture de la ville de Brest 

 

lors de l'inauguration de la Médiathèque des Capucins de Brest le 16 février 2017.

Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 15:49

Je n'invoquerai que deux motifs un purement objectif, voir même scientifique, l'autre purement politique, et je dirais barycentrique, pour justifier un potentiel soutien à Benoit Hamon.

 

Le premier est que contrairement à tous ces élus et élues qui dérivent vers Emmanuel Macron il n'est pas possible de soutenir un mouvement de "marcheurs" qui vont dans des directions politiques opposées. Un mouvement comme "En Marche" nécessite des sympathisants ayant la même ligne bleue des Vosges en ligne de mire. Certes ils pourraient nous répondre avec leur emphase et aussi leur mépris que la grandeur du pays est leur seul but et que de toutes façons je cite "les français et les françaises les comprennent". Qu'allez faire dans cette galère qui va s'avérer ingouvernable ou alors avec un gouvernement hétéroclite composé de politiques déjà anciennement placés et de tout bord!

 

Mais comprennent-ils que dans leur programme il n’y ait que peu d’allusion à  l’agriculture (2 paragraphes sur 96), à la pêche, à la santé (5 points sur 96), à l’écologie (2 paragraphes sur 96), à la transition énergétique (1 paragraphe sur 96), à la culture ? Comprennent-ils qu’en 30 pages et 12 chapitres, la réflexion de fonds occupe 12 paragraphes sur 96 et ce programme n’est en fait qu’un catalogue de propositions (en majorité économiques) couteuses et à financer ? Comprennent-ils que les propositions sur l’Europe (10 paragraphes sur 96) sont caduques puisque l’unanimité est nécessaire pour faire bouger « le monstre » ? Il apparait que ce programme n’est qu’un « listing » de doléances glanées au cours des déplacements de campagne présidentielle. Le candidat ne part pas avec un programme, il revient avec son programme. La démarche n’est pas négative même plutôt une forme de démocratie participative non argumentée certes et facile. Il est aisé d’accepter tout ce dit et de faire un programme à partir de rien ou plutôt du tout des autres.

 

Le second est plus profond. Il me semble que les valeurs des radicaux de gauche sont plus proches de Benoît Hamon que d'Emmanuel Macron. Il est vrai que cela indiffèrent beaucoup de nos élus ou élues actuel(le)s qui pensent plus à l'endroit où ils poseront leurs fesses que l'usage qu'ils feront de leur cerveau. Cependant tout être sage est celui qui évolue.

 

Dans ce programme très factuel avez-vous remarqué que sur 96 points, 8 parlent directement d’argent et 16 indirectement ? Et certains points sont déjà en application. Pouvoir d’achat, formation, apprentissage, coût du travail, précarité, dialogue social, transition environnementale, système de retraite, fraude fiscale, travail détaché, incivilités, laïcité, langue française, discrimination, moralisation de la vie publique, participation des citoyens sont des mots-clés qui « claquent » sans qu’il y ait une réflexion de fond. Quid de la santé publique, de l’instruction publique, des luttes contre l’inflation déguisée et contre la pauvreté croissante, d’une réforme en profondeur de nos institutions, de la protection sociale des seniors, du renforcement des services publics en milieux urbain et rural ? Non au soutien de l’investissement privé !  Non au renforcement de l’autonomie des universités menant quasiment à leur privatisation ! Non au passe-droit concernant la laïcité à l’université !  Non au marché unique européen de l’énergie et donc au risque de monopole ! Non au statuquo des normes nationales face aux normes européennes affaiblissant la qualité des produits « made in France » !  Non à la mainmise sur les services publics ! Non au protectionnisme des parlementaires par d’autres parlementaires ! Non à l’unicité dans l’offre des transports privilégiant les grandes lignes !

 

            Quant au programme de Benoît Hamon, il y a dedans une philosophie, à savoir presque un modèle de société allant au delà du quinquennat. Il vogue déjà vers la VIème république et le « Futur désirable » et s’axe sur le Progrès social et l’écologie, une République bienveillante et humaniste, une France indépendante et protectrice. Conscience d’un modèle de développement respectueux de l’homme, prise de conscience de l’environnement comme bien commun, rapport au travail, combat contre la raréfaction du travail, nouveau modèle économique et professionnel, droit universel à la formation tout au long de la vie et de un. 49-3 citoyen, démocratie participative, implication du citoyen, réforme du sénat, transition vers la VIème république et de deux. Nouveau contrat politique pour l’Europe autour de la défense européenne, transition écologique, convergence européenne sociale et fiscale, Gauche des libertés, Droit de mourir dans la dignité et de trois. Ces expressions-clés reflètent une vision à longue portée qui porte un pays vers une amélioration de sa destinée sans oublier ses citoyens et citoyennes avec le Revenu universel d’existence, l’économie sociale et solidaire,  la taxe robotique, la création de nouvelles filières de formations, la présence au futur Sénat, la lutte contre le terrorisme…

 

A la lecture de ce programme un élan, une dynamique aussi bien fondamentale que pragmatique ressort et nous mène vers une remise à plat de ce qui est pour aller vers un nouveau modèle de société et de république. Le vouloir c’est bien. Mais le pouvoir dépend de la volonté d’un homme et aussi de l’efficacité d’un groupe en symbiose avec ce programme et majoritairement dépourvu de toute ambition carriériste dont le choix judicieux, précoce et annoncé va surement apparaître comme moteur pour la réussite de cette élection présidentielle 2017.

Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 15:22

La parole donnée



Le Parti Radical de Gauche réuni en comité directeur ce 15 mars à Paris a confirmé par la voix de sa Présidente Sylvia Pinel qu'il respecterait la parole donnée de soutenir le vainqueur des primaires de la belle alliance.
 

La fédération Finistère du Parti Radical de Gauche est satisfaite de cette décision car elle n'entendait pas que les radicaux de gauche jouent les girouettes.


Dans ces temps politiques incertains, les radicaux de gauche estiment que le respect de la parole est aussi une forme de loyauté vis à vis des électeurs à la primaire mais aussi à l'ensemble des citoyens.


Christiane Migot

Secrétaire générale

Présidente du PRG29

Repost 0
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 15:10
Article paru dans Ouest-France du 8 mars 2017

Article paru dans Ouest-France du 8 mars 2017

Souvenir, souvenir...

1967

 

Il a fallu ce coup de canon pour que nos dirigeants de l'époque et à venir prennent conscience de l'usage abusif de nos océans et aussi de l'irrespect face à ce monde fait d'eau salée. Et encore avec des pincettes!

Le principe fondamental dominant de ces décennies prospères était l'utilisation sans limite de ces immensités qui étaient la propriété de "personne" dans la mesure où la surveillance était inexistante. Et c'étaient les portes ouvertes à tous les outrages au monde aquatique. Rejets de déchets de toute nature, Dégazages en toute liberté, Coulages de navires encombrants avec ou sans chargements encombrants et dangereux... Pratiques récurrentes depuis plus d'un demi-siècle.

 

"Cela ne se voit pas, donc cela n'est pas gênant" tel était l'adage de l'avant 1967

Imaginons que comme dans une baignoire nous puissions vider nos océans, ou ne serait-ce qu'un microcosme marin, quelle serait notre surprise de voir tout ce qui a pu s'accumuler sur plus d'un siècle? Il n' y a qu'à observer le pitoyable spectacle de nos fonds de fleuves, de rivières, de lacs ou d'autres étendues pour imaginer ce que sont nos fonds marins!

 

Positivons...

Certes les abus se sont freinés suite aux observations satellitaires, militaires et autres mais qui nous dit que dans certaines contrées, peu soucieuses de la qualité de leur environnement comme d'ailleurs de leurs populations, cela ne continue pas ou sous des apparences trompeuses, enveloppées de bons sentiments.

 

Mondialisons...

Pour une fois, ce n'est pas coutume, une vision et une action préventive comme dissuasive s'impose. Aussi l'Organisation des Nations Unies, dont l'efficacité et l'utilité est souvent mis en cause, ne pourrait-elle pas prendre en charge et éradiquer ce drame qui frappe nos océans et mers en surface comme en profondeur...

 

Christiane Migot

PRG29

 

 

Table des matières des articles parus:

Chapitre 0: 3 mars 2017

Chapitre 1: 14 juin 2017

Chapitre 1: 14 juin 2017

Chapitre 2: 14 juin 2017

Chapitre 4: 4 mars 2017

Chapitre 6: 17 février 2017

Chapitre 7: 5 février 2017

Chapitre 9: 21 février 2017

Chapitre 9: 9 mars 2017

Repost 0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 13:59
Journée internationale de la femme - 8 mars 2017 - PRG - Dominique Nouet - PRG29
Journée internationale de la femme - 8 mars 2017 - PRG - Dominique Nouet - PRG29

Journée internationale de la femme

le 8 mars 2017

Egalité femmes - hommes

 

#1 réaliser l'égalité salariale et professionnelle

ne serait-ce que faire en sorte que la petite enfance soit aussi une responsabilité masculine!

#2 lutter pour la conquête de droits nouveaux

ne serait-ce que, pour une bonne fois pour toute, l'accès à l'IVG soit un acquis inaliénable et irréversible!

#3 combattre les violences

ne serait-ce que la démarche des femmes victimes de violences soit naturelle et sans blocage et que la parole des femmes victimes de violences soit entendu sans à priori!

#4 défendre l'égalité pour les hommes

ne serait-ce que la contraception masculine et surtout féminine soit maîtrisé chimiquement comme médicalement et sans conséquences avouées sur la santé!

#5 apprendre et transmettre l'égalité

ne serait-ce que supprimer cette idée reçue, entendue encore récemment, que, scolairement, les filles sont travailleuses et les garçons imaginatifs!

#6 améliorer la santé des femmes

ne serait-ce que de se dire que la contraception n'est pas uniquement une responsabilité féminine!

#7 lutter contre les discriminations

ne serait-ce que de faire en sorte que les sports soient accessibles aux hommes et aux femmes non pas séparément mais collectivement? 

#8 promouvoir la laïcité

ne serait-que d'imposer l'homogénéité des tenues vestimentaires entre hommes et femmes!

PRG29

Repost 0