Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 12:49

Ils ont un comportement étrange ces gens de l'UMP. Rien que dans l'actualité récente, on apprend que l'attachée de presse du président du Conseil général des Alpes Maritimes Eric Ciotti, bien connu pour ses superbes idées empruntent du meilleur goût..., avait témoignée, faussement, sur TF1. En gros, elle a "bidonné" se faisant passer pour une mère, qu'elle n'est pas, désemparée par l'absentéisme de son enfant et enfin soulagée par la mise en place du Contrat de Responsabilité Parentale. La chaîne TV TF1 n'est pas contente... Mais la jeune femme n'était elle pas en mission?

 

Prenons Guéant, maintenant, ci-devant ministre de l'intérieur, lui,  il a tellement tordu les chiffres de l'INSEE pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas, qu'il a mis le bazar à l'institut national de la statistique. Obligeant du coup son directeur à se tortiller du "popotin" pour répondre aux citoyens scandalisés, aux syndicats et ne pas embarrasser le Ministre. Carrière oblige, j'imagine.

 

 Xavier Bertrand, lui s'attaque aux seniors au chômage et proches de la retraite et qui, étant donné notre conjoncture économique et  la situation de l'emploi déprimée, ne sont pas près de retrouver l'emploi qu'ils souhaitent. En effet il indique que L'Etat ne financera pas un renouvellement de l'allocation équivalent retraite » dans la mesure ou sa priorité est de : « ramener vers l'emploi les salariés les plus âgés »... C'est la garantie que prés de 30.000 seniors chômeurs  ne toucheront plus que 461€, soit  le minima social mensuel pour chômeurs en fin de droit. Fillon, l'excellent Premier Ministre de Sarkozy, ayant déclaré  lui qu'il mettrait en place un système équivalent  à l'Allocation équivalent Retraite, pérenne , pour les travailleurs les plus âgés...

 

Luc Chatel... Et puis non ! Quand on les prend un par un, c'est : mensonge et intox à tous les étages. 

 

Il faut dire que l'exemple vient d'en haut avec Sarkozy et ses fausses référence à l'Allemagne pour le bouclier fiscal, les retraites etc. La gauche a eu aussi ses mensonges.

 

Ne peut-on espérer retrouver un fond d'honnêteté? Agir pour retrouver la confiance des citoyens. Cela me plairait bien comme programme.

Yves Marie

PRG29

Repost 0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 19:52

> Enseigner le genre : contre une censure archaïque


> Pétition, ROCHEFORT Florence
> 18 juin 2011

> Plus d'informations sur ce site :
http://lapetition.be/en-ligne/petit...


>
> > Dans une lettre ouverte du 31 mai adressée au ministre de l’Éducation nationale, Christine Boutin brandit la menace « des scrutins qui s’annoncent ». C’est pour exiger de Luc Chatel le retrait puis la correction des manuels de Sciences de la vie et de la terre des classes de Première L et ES qui viennent d’être publiés conformément aux nouveaux programmes : elle leur reproche en effet d’offrir « un enseignement directement et explicitement inspiré de la théorie du genre. » De quoi s’agit-il au juste ? Un des objets d’étude au programme est intitulé : « Devenir homme ou femme ». Selon le Bulletin officiel du 30 septembre 2010, « ce thème vise à fournir à l’élève des connaissances scientifiques clairement établies, qui ne laissent de place ni aux informations erronées sur le fonctionnement de son corps ni aux préjugés. Ce sera également l’occasion d’affirmer que si l’identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l’orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée. »
>
> > Christine Boutin s’indigne qu’on enseigne le « genre » : « Comment ce qui n’est qu’une théorie, qu’un courant de pensée, peut-il faire partie d’un programme de sciences ? Comment peut-on présenter dans un manuel, qui se veut scientifique, une idéologie qui consiste à nier la réalité : l’altérité sexuelle de l’homme et la femme ? [… ] Je ne peux accepter que nous trompions [les adolescents] en leur présentant comme une explication scientifique ce qui relève d’un parti-pris idéologique. »
>
> > Pourtant, il n’appartient nullement aux politiques de juger de la scientificité des objets, des méthodes ou des théories. Seule la communauté savante peut évaluer les travaux de ses pairs : le champ scientifique, par ses contrôles, en garantit la rigueur. Si nous restons silencieux aujourd’hui, nous dira-t-on demain que l’évolution n’est qu’une idéologie ? À quand les pressions pour imposer l’enseignement du créationnisme, au nom de la liberté de conscience ?
>
> > Pour nous, membres de l’Institut Émilie du Châtelet qui vise au développement et à la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre, une telle censure politique serait inacceptable – et d’autant plus que l’ancienne ministre justifie sa demande d’interdiction « au nom du respect de la liberté de conscience. » Pour nous, universitaires et chercheur-e-s, une telle ingérence religieuse dans l’enseignement serait insupportable – et d’autant plus que la présidente du Parti chrétien-démocrate invoque sans rire « la neutralité des valeurs républicaines ». Or sa lettre au ministre ne fait que relayer celle du lobby des Associations familiales catholiques, dont Christian Vanneste, député UMP de la Droite populaire, s’est fait l’écho à son tour dans une question au gouvernement datée du 7 juin.
>
> > Le site de L’Évangile de la vie, qui défend la vie « depuis sa conception », rapporte dès le 20 mai la naissance de cette campagne : « Avertie la semaine dernière par le lycée Saint-Joseph de Draguignan (Dominicaines du Saint-Esprit) qui venait de recevoir les tout nouveaux manuels […], la commission bioéthique en lien avec l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon a pu mesurer la gravité des changements opérés par le ministère de l’Éducation nationale par rapport aux précédents programmes. »
>
> > En réalité, la présidente du Parti chrétien-démocrate se fait la porte-parole du Vatican, qui ne cesse de marteler son opposition aux études de genre – depuis la conférence des Nations Unies sur les femmes de Pékin en 1995 jusqu’aux dernières interventions de Benoît XVI, en passant par la « Lettre aux Évêques sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Église » de celui qui n’était encore en 2004 que le Cardinal Ratzinger.
>
> > On aurait tort de croire que nous ne faisons que défendre ici notre pré carré de chercheur-e-s et d’enseignant-e-s. La vigilance s’impose aujourd’hui à chacune et à chacun. Le responsable de la commission bioéthique du diocèse de Fréjus-Toulon ne s’en cache pas : « Si l’on regarde de l’autre côté des Pyrénées, on s’aperçoit que des dizaines de milliers de familles catholiques avec le soutien appuyé de la Conférence épiscopale espagnole et le concours de juristes compétents se sont d’ores et déjà organisées pour contester les cours obligatoires sur le gender du gouvernement Zapatero, voire retirer leurs enfants en posant un acte d’objection de conscience. Allons-nous devoir en arriver là en France ? ». La menace qui pèse sur la laïcité est claire.
>
> > Nous, chercheur-e-s et universitaires engagé-e-s dans des travaux sur les femmes, le sexe et le genre, spécialistes d’anthropologie biologique et culturelle, de neurologie et de génétique, de médecine et d’épidémiologie, de psychologie et de psychanalyse, de droit et de science politique, de démographie, d’histoire et de géographie, de sociologie, de sciences de l’éducation et d’économie, de philosophie et d’histoire des sciences, d’arts du spectacle et de cinéma, de littérature et de linguistique, et d’autres domaines encore, nous élevons avec force contre des conceptions anti-scientifiques qui s’autorisent du « bon sens » pour imposer leur ordre rétrograde.
>
> > Interroger les « préjugés » et les « stéréotypes » pour les remettre en cause, c’est précisément le point de départ de la démarche scientifique. C’est encore plus nécessaire lorsqu’il s’agit des différences entre les sexes, qui sont toujours présentées comme naturelles pour justifier les inégalités : la « réalité » selon la droite religieuse, c’est en réalité une hiérarchie entre les sexes dont nos travaux, issus de disciplines multiples, convergent tous pour contester qu’elle soit produite par la nature. La science rejoint ici le féminisme : on ne naît pas femme, ni homme d’ailleurs, on le devient. Bref, en démocratie, l’anatomie ne doit plus être un destin.
>

 

Florence Rochefort,

présidente, et les membres de l’Institut Émilie du Châtelet

pour le développement et la diffusion des recherches

sur les femmes, le sexe et le genre.


>
> > Avec le soutien, notamment, d’associations et de revues scientifiques spécialisées dans ce domaine :
>
> > [
http://www.europe-solidaire.org/squelettes-dist/puce.gif] Associations : AFFDU Association française des femmes diplômées des universités, ANEF Association nationale des études féministes, Archives du féminisme, EFIGIES Association-Réseau de travail et d’échanges entre doctorant-e-s en Études Féministes, Genre et Sexualités, MNEMOSYNE pour le développement de l’histoire des femmes et du genre, Fédération de recherche sur le genre RING, SIEFAR société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime.
>
> > [
http://www.europe-solidaire.org/squelettes-dist/puce.gif] Revues : Cahiers du genre, Clio. Histoire Femmes et Sociétés, Genre et Histoire, Genre, sexualité & société.
>
> > Signer la pétition
>
> >
http://lapetition.be/en-ligne/petit...

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Elections Billet d'humeur
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 10:50

Et bien, ça y est, c'est voté...

Et voila, dernier acte, le tour de passe-passe est joué gagnant dans une indifférence quasiment générale. Les français vont pouvoir payer plus cher leur électricité pour alimenter encore un peu plus les actionnaires !

Bonne lecture !


PS : ATTENTION vis à vis des fameux nouveaux compteurs, maintenant c'est individuellement qu'il faudra résister pour ne rien signer !!! 


AUJOURD'HUI DÉBUT ET FIN DE LA SESSION PARLEMENTAIRE AU SÉNAT POUR PASSER LE PROJET DE LOI NOME  ...

 

et les Nouveaux Compteurs EDF !

DANS QUELQUES JOURS CE NE SERA PLUS UN PROJET MAIS UNE VÉRITABLE LOI SCÉLÉRATE AVEC


APPLICATION AU 1er JANVIER 2012.
 

QUAND NOS FACTURES ET CELLES DE NOS AMIS AUGMENTERONT ON NE POURRA PLUS DIRE QUE L'ON NE SAVAIT PAS.


 A DIFFUSER LARGEMENT ÉVIDEMMENT !

 

APRÈS FRANCE TÉLÉCOM, LA POSTE, LA SNCF, ETC... EDF


Pour les fameux Compteurs qui devraient être installés bientôt et qui devraient nous être facturés au prix très très Fort (vers les 300 € ) , et qui, de surcroît, ne seraient pas fiables : il ne faudra rien signer.


On ne peut pas refuser à EDF d’accéder aux Compteurs, et de les changer : par contre comme nous n’avons rien demandé, nous n’avons aucune Obligation de Signer quelque Document que ce soit, et, du moment que nous n’aurons rien signé, EDF ne pourra pas nous obliger à payer ces Compteurs….


Attention aux Signatures : aucune, même pour la Réception de Travaux, etc.
 

 

LES TARIFS D’ÉLECTRICITÉ VONT AUGMENTER POUR PERMETTRE LA CONCURRENCE !

 

À TERME, L’USAGER PEUT S’ATTENDRE À DES HAUSSES SUBSTANTIELLES DE SA FACTURE, COMME CELA S’EST DÉJÀ PRODUIT POUR LE GAZ.

 

NE LAISSONS PAS FAIRE !

 

 
C'est la Loi Nome, soit la Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité, concoctée par le Gouvernement.

 

 
Le principe en est simple : constatant que la Concurrence ne fonctionne pas (plus de 96 % des Français restent Fidèles à l’Opérateur Historique (EDF), le Gouvernement a décidé de la créer… artificiellement.

 

La Loi étant passée dans une relative indifférence, à partir du 1er Janvier 2011, EDF aura obligation de revendre à ses Concurrents jusqu’à 25 % de sa Production d’Electricité.

 

Un Véritable hold-up !

 

Les Fournisseurs d‘Electricité vont se voir offrir un quart de la Production, que les Français ont déjà payé avec leur Facture, pour qu’ils puissent réaliser des Profits, au seul bénéfice de leurs Actionnaires.

 

 
C’est une première que d’obliger une Entreprise, dans le Monde de la "Concurrence libre et non faussée", à céder une partie de ses Atouts à des Concurrents qui produisent peu ou pas du tout d’électricité.

 

Si vous êtes scandalisé, diffusez au moins ce message !

 

Une fois livré à la Concurrence et surtout au " Privé " ce sera trop tard. Le Prix de l'Electricité sera fixé par des Groupes Privés qui en fait seront des Filiales d'un Seul et Unique Groupe ! Vous n'y croyez pas ?

 

Alors remettez vous dans le contexte de nos chères Autoroutes Françaises que nous, nos Parents et Grands Parents avons payé avec nos impôts et qui ont été Vendues et Bradées à de Grands Groupes Privés …

 

Cela profite à qui ? Et le Prix à payer pour y circuler ? N'est-ce pas Scandaleux?

 

Mais c'est trop tard, car ce Réseau Routier n'appartient plus en totalité à l'Etat ! Et pour le reste ce sera pareil !

 

Aujourd'hui le service public coûte cher, mais ce n'est rien face à ce qui nous attend si nous le bradons à des Groupes Privés !

 


Faites Circuler sans Modération autour de vous ce Message,

surtout n'hésitez pas !!

Repost 0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 17:22

Côté face un humour décapant, que les pisse-froids qualifient de vulgaire, côté pile les restos du coeur. Coluche n'a pas fait semblant, il a vécu sa vie comme une fusée mais il a su atteindre le firmament de la reconnaissance de quelques millions de français, sans se renier.

 

Son nom commence comme celui de Coluche mais l'ineffable Monsieur Copé ne pourra jamais espérer atteindre la grandeur de notre regretté amuseur. Il n'en a pas la stature, encore moins l'esprit. Il vient de s'enfermer, pour tenter de se faire briller, dans la peau de l'anti démocrate en voulant torpiller les primaires socialistes. C'est mesquin, petit, et risque finalement de lui revenir à la figure comme un boomerang. Avançant masqué : " il faut préserver les français d'un fichage politique" dit-il, alors qu'il a lui aussi défendu avec son camp la mise en place de fichiers ethniques... Allez comprendre.

 

Coluche, Copé, deux mondes. Mais Monsieur Copé ne vit, lui, que pour défendre : un esprit de réforme visant l’adaptation des citoyens à un processus de régression de leurs niveaux de vie. Espérant ensuite atteindre le Nirvâna que serait l'Elysée...

Jean-Pierre Bernard

PRG29

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 11:53

Lagarde ne se rend pas...

 

Comme je ne souhaite la mort de personne je ne n'ai pas écrit la première partie de la déclaration de ce Général d'Empire Nantais plus connu pour le mot de cinq lettres qui lui fut attribué, a tort ou à raison, qu'importe. Mais Madame Lagarde ministre de l'économie "par intérim ?" ne s'est donc pas rendu à Lorient pour inaugurer un des nouveaux bâtiments de "la Royale". Elle préfère mener son "lobbying" personnel, au frais du contribuable français, pour accrocher le poste de Directeur du FMI... Plus de 150.000 euros, tout de même, hors hébergement et frais de bouche.

 

Après tout, on se procure les hochets que l'on peut. Mais à y réfléchir quel atout a-t-elle? Certes il paraît qu'elle parle bien l'anglais. En passant, remarquons qu'elle ne respecte guère les lois qui demandent aux agents de l'état de parler français dans leur service. Madame Lagarde est connue à Bercy pour jargonner en réunion. Mais l'histoire ne retiendra pas grand chose de son long passage au Ministère de finances cadrée qu'elle était par l'Elysée, Matignon et ses secrétaires d'état plus politiques  qu'elle même. Elle a foiré la lutte contre l'inflation qui grignote les très rares avancées sur les bas salaires...

 

On comprend que les milieux réclamant une nouvelle gouvernance du FMI et surtout une véritable refondation de la gestion du monde de la finance, ne sont pas enchantés par cette candidature.

 

DSK avait fait bouger , un peu, les lignes ; avec Lagarde, donnée quasi gagnante pour le poste de directrice du FMI, les actionnaires aux gros cigares peuvent continuer à se goberger.

 

Ainsi va le monde. Pauvre monde.

 

Yves Marie

PRG29

Repost 0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 20:14

Il paraît que la presse de droite (Le Figaro Magazine) se lamente sur les "assistés" , c'est à dire ces milliers de français qui reçoivent un petit pécule pour survivre car ils n'ont plus de travail n'en auront probablement plus parce que les emplois ont disparus.

 

La droite parlementaire, les  "ultras" font feu de tout bois pour forcer les chômeurs, Rmistes, pour qu'ils travaillent "gratos". Sous couvert de permettre à "ces gens"  de retrouver un environnement de travail on rétablit une forme de travail forcé. L'esclavage serait pour le deuxième quinquennat peut-être?

 

Mais qui sont les vrais assistés? Ne serait-ce point ces banquiers, financiers, ces patrons de grandes entreprises qui délocalisent pour préserver leur profit à deux chiffres. Ces messieurs "15/20%" qui licencient en catimini, déménagent leurs usines, cassent les entreprises ? L'exemple de France-Télécom est assez exemplaire, le passage de Monsieur "BON" fut catastrophique et il persiste ailleurs, ou bien celui de Renault, et maintenant PSA... 

 

Qu'a fait la droite depuis qu'elle est au pouvoir ? Elle a réduit les libertés, cassées les structures, rempli les prisons, perdu des emplois; MAIS elle a préservé les biens des RICHES, les a SECURISES, les a ASSISTES pour qu'ils maintiennent et accroissent leurs privilèges.

 

Il faut que cela change pour les français. Il faut redonner de l'espérance aux millions de jeunes.

 

Jean-Pierre Bernard

PRG29

Repost 0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 15:08

Cela ne peut étonner personne, à priori,  mais parfois cela peut-être salvateur de le rappeler et de souligner que la presse joue aussi et à fond le rôle de manipulateur d'opinion.

Le journal Marianne publie un article,que nous reprenons in extenso ci après. Il est assez éclairant sur le contenu d'une tribune récente des Echos.

Quant Les Echos collent un 0 pointé à Thomas Piketty

Emmanuel Lévy - Marianne | Jeudi 2 Juin 2011 à 12:01 | Lu 2675 fois

 
 

« Fiscalité : l’erreur de Thomas Piketty ». Le titre en une du quotidien économique de référence est sans appel. En publiant une note de l’Ifrap, un think tank libéral, le journal tape sur l'économiste le plus audacieux en matière de fiscalité.

 

 

« Fiscalité : l’erreur de M. Piketty ». La tribune cosignée du dirigeant historique de l’Ifrap, le plus libéral des think tank de cette obédience, trône ce mardi 31 mai en une des Echos. Si les journalistes du quotidien économique de référence de la presse française font un travail remarquable, le plus souvent équilibré, les éléments éditoriaux comme les tribunes ouvrent largement leurs colonnes aux idées les plus en vogues dans la sphère libérale. « L’idée de Thomas Piketty selon laquelle les pauvres paieraient sur leur revenus plus d’impôts que les riches est fausse », ainsi est introduite la contribution de l’Ifrap. Autrement dit, si le système de prélèvements sociaux fiscaux en France est injuste il l’est envers les riches qui payent trop d’impôts.

Avec la campagne présidentielle qui s’ouvre, et pour laquelle la question de la fiscalité occupera le devant de la scène, Thomas Piketty risque de devenir un vrai putching ball dans les pages idées du quotidien dirigé par Nicolas Beytou (alias Bradtout dans le dernier roman de Joseph Macé-Scaron*).

 

 

La tribune proprement dite est pourtant moins affirmative que ne le laisse penser le petit paragraphe en une et surtout le titre, tous deux élaborés par Les Echos. A les lire, on imagine le pire. Ce qui est suggéré, sinon soufflé par le quotidien propriété de Bernard Arnault n’est rien moins que : les travaux des trois économistes auteurs de Pour une révolution fiscale sont viciés par des erreurs méthodologiques. La pire des insultes dans le monde universitaire, qui pourtant a unanimement reconnu la validité des travaux. D’ailleurs le titre original des auteurs« Et si notre fiscalité était déjà progressive ? », que Marianne s’est procuré, s’éloigne sensiblement de ce qu’à choisi de mettre en une Les Echos.

 

 

L’Ifrap tente cependant bien de montrer que contrairement à ce qu’affirme les trois économistes, le système français reste progressif. Pour ce faire, sont utilisés les chiffres et les données laissés à la libre disposition des internautes sur le site revolutionfiscale.fr. « Nous on est d’accord avec eux, puisqu’ils reprennent nos propres chiffres, s’amuse Thomas Piketty. Idem, quand ils disent que la régressivité fiscale ne concerne que le très haut du panier. En gros ce système est légèrement progressif sur les classes populaires, moyennes puis aisées, pour devenir régressif sur les très aisés. » D’ailleurs la note de l’Ifrap ne le conteste pas, mais veut montrer que le phénomène ne se situe que sur le très haut du panier. « Il faut sortir son microscope, ce n’est pas à partir des 4 % ou 5 % de la population qu’apparaît la régressivité mais vers les 0,01%... », explique Bernard Zimmern, l’indéboulonnable patron de l’Ifrap. 

 

 

Vrai, sauf que ce n’est que sur l’impôt sur le revenu que se déclenche la régressivité au niveau des 0,01%. « Si l’on y ajoute les autres prélèvements, le basculement apparaît sans doute là ou les travaux de Piketty and co le montrent », explique un magistrat de la Cour des comptes. Les magistrats de la rue Cambon ont récemment produit un rapport, « Prélèvements obligatoires sur les ménages : progressivité et effets redistributifs », allant dans le même sens que les travaux des trois économistes. Utilisant une méthodologie différente, s’intéressant non pas aux revenus fiscaux des foyers, aux niveaux de vie des individus qui les composent, ils arrivent au même résultat…  

 

 

Dans le langage feutré de la Cour cela donne : « Le taux moyen d’imposition des ménages (en incluant les prestations et la fiscalité indirecte en aval) croît rapidement pour atteindre 40 % pour un niveau de vie net annuel de 20 000 €, puis est stable à ce niveau jusqu’à 50 000 € de niveau de vie net. Il n’a pas pu être mesuré au-delà, mais est probablement dégressif au sommet de la distribution puisque les contributions sociales non contributives sont proportionnelles, que la fiscalité indirecte est dégressive, et qu’au sommet de cette distribution, l’IR le devient également. » Traduction en off : « il est certain que cela régresse, sans doute dans les même proportions que les calculs de Piketty and co.» 

 

 

Dernier argument de l’Ifrap : on ne peut faire dire au tableau de Piketty, Landais et Saez, que le chômeur paye moins d’impôts que madame Bettencourt, tout simplement parce que les chômeurs et les personnes de plus de 65 ans ne sont pas dans le tableau. Voilà un argument qui pourrait faire mouche, sauf que… non. L’Ifrap est allé un peu vite en besogne. De fait, le tableau mentionne bien que seules sont pris en compte les personnes de 18 à 65 ans travaillant plus d’un trois quart temps, excluant du même coup les chômeurs ainsi que Liliane Bettencourt. « Mais cela n’invalide pas leurs résultats », poursuit-on à la Cour des comptes.  

 

 

L’affaire Woerth-Bettencourt a permis de dévoiler la faiblesse de l’imposition supportée par la femme la plus riche de France : 25 millions d’euros d’Impôt sur le revenu, 40 millions d’ISF, 21 millions pour la CSG et l’ISF, soit 86 millions, auxquels il faut retrancher 30 millions de bouclier fiscal, soit 56 millions sur 280 millions d’euros de dividendes issus de ses titres L’Oreal. Soit un taux de 20%....   

 

* Directeur adjoint de la rédaction de Marianne.

Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 19:20

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur OverBlog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'OverBlog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs OverBlog

Repost 0
Published by OverBlog - dans Billet d'humeur
commenter cet article