Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 09:55

 

pavillons-en-berne.jpg

"je suis CHARLIE"

 

La Fédération Départementale du Parti Radical de Gauche du Finistère tient à exprimer son indignation face à l’attentat perpétré contre Charlie Hebdo.

 

Elle s’associe à la douleur des familles des journalistes et policiers qui ont été lâchement assassinés et leur adresse ses plus sincères condoléances. 

 

Cet acte terroriste est une attaque frontale contre la démocratie, la liberté d’expression et la liberté de la presse et nous rappelle que les libertés et les valeurs les plus fondamentales de la République doivent être défendus solidairement au quotidien. 

 

Les Radicaux de Gauche du Finistère appelle l'ensemble des citoyens à se rassembler autour de la Tolérance, de la Liberté, de l'Egalité et de la Laïcité et d'en faire le meilleur rempart de notre Démocratie.

 

Pour la Fédération Finistère

Christiane Migot 

Présidente du PRG 29 et membre du bureau national

 

"Mes pensées vont vers les militants de la liberté,

morts pour la liberté d'expression, leurs familles, leurs amis, la presse libre".

_________________________________________________________________________________________

Repost 0
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 09:54

La droite silencieuse sur ECOMOUV. Ben tiens donc !

 

Coup de gueule

 

Un scandale d'état se révèle, les têtes de l'UMP y sont mouillées, on retrouve NKM , Wauquiez, Mariani, et on en oublie. Jean-Louis Borloo Ministre "de l'écologie" est dans le chaudron également. Médiapart livre une enquête sur le sujet. Cela débouchera-t-il sur quelques choses ? Nul le sait encore, toutefois une chose est certaine, l'Etat, donc nous les citoyens allons devoir, si rien n'est fait passer à la caisse à hauteur de plus de 800 millions d'euros.

 

Incidemment nous nous rendons compte que le processus dit "PPP" (Partenariat Public Privé), dénoncé par la cour des comptes, mais favorisé par les trés hauts fonctionnaires est un marché de dupes qui permet au "privé" de s'affranchir de toutes les règles. L'actuel Ministre de l'économie Macron est dans cette mouvance.

 

Cela commence à bien faire.

Erwan Marie

PRG29

Voir ici le lien  : link

__________________________________________________________

Repost 0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 17:32

Berthegille, mardi 28 octobre 2014.

 

Lettre ouverte

 

         Monsieur Thierry CARCENAC,

vous êtes à la fois pathétique et consternant !

Consternant, en tant que maitre d’œuvre pour la réalisation du barrage de Sivens, sur le fond de ce dossier.

Comment peut-on porter un projet public, mobilisant 100% de crédits publics sur un projet sans se poser les bonnes questions, dès le départ ?

Le projet de barrage vient du fait que le Tescou subit, depuis 30 ans, des étiages sévères. Monsieur CARCENAC, vous êtes-vous interrogé sur les causes de ces étiages sévères et quelles évolutions de pratiques pourraient en être à l’origine ? Visiblement non, car vous auriez rapidement pu faire le lien entre ces étiages sévères et le développement important des surfaces en maïs hybride sur le bassin versant du Tescou.

Le Conseil Général du Tarn devait-il donc, face à cette situation, avec 100 % d’argent publique, accepter de réaliser, dans une fuite en avant, un équipement qui ne vient qu’en soutien de ces pratiques agricoles peu respectueuses de la ressource en eau, tant sur le plan quantitatif que qualitatif d’ailleurs, ou explorer, avec cette même enveloppe, de 8,5 millions d’euros, des alternatives à ce modèle agricole qui touche le fond ?

La réponse ne peut que trouver ses fondements dans le bon sens paysan !

Monsieur CARCENAC, vous invoquez le nécessaire soutien à ce projet au motif que cette agriculture est plus « rentable » grâce à l’irrigation.

 Mais comment expliquer alors, que ces maïsiculteurs, grands bénéficiaires des aides publiques de la PAC (Politique Agricole Commune), expliquant d’ailleurs la majeure partie de la rentabilité de cette culture, ne puissent pas, au nom de cette rentabilité, financer eux-mêmes, un tel projet ?

Faisons, maintenant un peu de mathématiques.

Monsieur CARCENAC, vous expliquez que les exploitations moyennes concernées, pourraient irriguer environ 40 hectares chacune grâce au 1,5 millions de mètres cubes stockés dans le barrage de Sivens. Contrairement à ce que vous dites, la grande majorité des surfaces qui seraient irriguées grâce ce projet (cf : enquête publique) sont des surfaces en maïs ! Pour irriguer 1 hectare de maïs hydride, il est nécessaire de mobiliser, en moyenne 2 000 m3 d’eau. Ce barrage permettrait donc l’irrigation d’environ 800 hectares de ce maïs. Pour une moyenne de 40 hectares par exploitation, le projet ne peut donc que concerner environ 20 exploitations ! Ce qui signifie qu’un projet de 8,5 millions d’euros, d’argent publique, pour stocker de l’eau, ne va bénéficier qu’à 20 exploitations agricoles, parmi celles d’ailleurs les mieux dotées en aides publiques de la PAC ! Belle logique vertueuse ! En gros, sans trop caricaturer, 20 exploitations agricoles, parmi les mieux dotées d’aides publiques de la PAC, vont se voir attribuer une nouvelle aide publique indirecte d’un peu plus de 400 000 euros chacune ! 400 000 euros qu’elles ne peuvent pas financer seules et qui pourtant va servir à irriguer une plante, parait-il très rentable, à laquelle elles ne peuvent donc renoncer, et qui justifie donc la réalisation de ce barrage.

Qui parlait de bon sens paysan ?

Sur le fond toujours, Monsieur CARCENAC, vous convoquez le changement climatique, et vous avez raison, et les travaux de Garonne 2050 sur le sujet.

Ce que vous ne dites pas, Monsieur CARCENAC, c’est que ce scénario Garonne 2050, occulte, dans son analyse du changement climatique, le poids de l’agriculture dans ce changement climatique, et le rôle qu’elle peut jouer pour le limiter !

En effet l’agriculture est émettrice, en moyenne, de 20 % des gaz à effet de serre. Et ce n’est pas les moteurs des tracteurs les responsables, pas davantage d’ailleurs que les vaches qui pètent dans les prairies ! La contribution majeure de l’agriculture à la fourniture de gaz à effet de serre est liée à sa dépendance aux substances chimiques de synthèse, dérivées du pétrole, que sont pesticides et engrais azotés, dont on connait par ailleurs, les dégâts considérables dont ils sont responsables, sur cette même ressource en eau, mais aussi sur les équilibres, la biodiversité, et la santé.

Pour produire 1 kilo d’azote, il faut mobiliser 1,5 litres de pétrole. Sur un hectare de maïs, de blé ou de colza, le modèle agricole dominant apporte environ 200 à 250 kilos de cette azote de synthèse, induisant une dépendance au pétrole (et donc alimentant la fourniture de gaz à effet de serre) de 300 à presque 400 litres de pétrole par hectare, avant même d’avoir tourné la clef du tracteur !

L’agriculture occupe environ 70 % des surfaces de nos territoires et c’est une activité économique qui mobilise énormément d’argent publique via la PAC.

Ne devriez-vous pas, Monsieur CARCENAC, puisque ce changement climatique vous tracasse visiblement, accompagner, avec autant d’argent publique,  un modèle agricole qui, d’une part, renonce aux substances de synthèse et qui, d’autre part, redécouvre les vertus d’une agronomie qui sait s’en affranchir en mobilisant les ressources parfaitement gratuites et inépuisables que sont, l’azote atmosphérique, le carbone, la lumière, la vie des sols, etc. etc. ?

Ne devriez-vous pas intégrer, qu’avec autant d’argent publique fléché vers cette activité économique, il est urgent de restaurer un contrat moral décent avec la société civile, avec les contribuables, et faire en sorte que ces 70 % d’espaces occupés par l’agriculture soient des espaces de séquestration du carbone, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, tant l’usage massif de ces substances de synthèse (la France reste le premier utilisateur mondial de pesticides, en dose par hectare ! source ONU) ont dévasté la vie et donc, la fertilité, et par conséquent, la faculté des sols à séquestrer le carbone ? Les prairies humides semblables à celles que vous dévastez sur le Testet sont d’ailleurs unanimement reconnues comme de remarquables puits de carbone, contrairement à la pratique du maïs, qui elle, émet du carbone ! Ces deux paramètres fondamentaux, sont parfaitement occultés dans les différents scénarii de Garonne 2050 ! Et c’est pourtant là que sont les plus grandes marges de manœuvre pour lutter contre le changement climatique, plutôt que dans une posture fataliste, passive, qui ne prend pas le sujet à bras le corps, et qui préfère les fuites en avant en tentant de résoudre des équations, impossibles à résoudre justement ! Comment pensez-vous pouvoir, au motif de ce changement climatique, pouvoir répondre à des augmentations de températures, associés à des régimes hydrographiques sévères, nécessitant l’irrigation toujours plus exigeantes des cultures vidées de toute rusticité par la sélection génétique de plantes homogénéisées et standardisées, à partir d’une ressource de plus en plus rare et pour laquelle les priorités de gestion en bon père de famille, restent, d’abord l’eau potable, ensuite le bon état des milieux et enfin l’irrigation (article 2 de la loi sur l’eau) ?

Le stockage de l’eau n’est donc pas la bonne réponse ! Même Garonne 2050 le dit !

Savez-vous, Monsieur CARCENAC, qu’avec autant d’argent public, vous pourriez soutenir un modèle agricole, basé sur l’agronomie, apte à limiter et s’adapter au changement climatique, sachant s’affranchir des substances de synthèse (engrais & pesticides), sachant produire, oui, PRODUIRE, en s’appuyant sur des ressources parfaitement gratuites et inépuisables, préparant l’après pétrole, préservant les équilibres, les ressources et l’eau en particulier, la biodiversité (sauvage et domestique, animale et végétales), le climat et la santé ?

Que ce modèle, en respectant les capacités de la terre (avec un petit t) et la Terre (avec un grand T) à produire demain, garantit un avenir décent pour les générations futures ?

Savez-vous qu’il existe des variétés de maïs, mais aussi de tournesol, de blé, d’orge, d’avoine, et dans toutes les espèces, qu’on appelle « variétés populations » obtenues par une sélection convergente des hommes et du milieu, comme le faisaient déjà avant nous les mayas et les aztèques, il y a des millénaires, qui ont des caractéristiques techniques redoutables (fort taux de protéines par exemple) et qui permettent d’obtenir des rendements surprenants en cultures sèches, justement parce qu’elle sont parfaitement adaptées à leur zone de production, qui n’ont rien à voir avec les variétés standardisées proposées par les firmes semencières, et qui, de surcroit, redonnent aux paysans leur autonomie alimentaire, semencière et génétique ?

Savez-vous encore que l’arbre, que le modèle agricole de ces dernières décennies s’est acharné à faire disparaitre, que vous vous acharnez à faire disparaître sur la zone humide du Testet, est l’acteur central de ce modèle vertueux (agroforesterie, associant arbres et productions agricoles), qui fonctionne partout dans le monde en général, et en particulier, dans le Tarn  et qui « nous garantira demain la possibilité d’atteindre la souveraineté alimentaire sur toutes les zones de la planète » (Olivier de SCHUTTER, rapporteur spécial pour l’agriculture et l’alimentation à l’ONU) ?

Que ce modèle agricole vertueux est aussi la meilleure réponse économique pour les agriculteurs eux-mêmes qui voient leurs coûts de production diminuer de façon spectaculaire tout en faisant progresser leur rendement de 40 %, en moyenne, en France (source : INRA) ?

Réalisez-vous que dans un contexte où l’argent public se fait rare, que d’autres activités sont impactées négativement par ce modèle agricole chimique, comme la pêche ou la conchyliculture sur notre littoral. Que les contribuables sont mis à contribution à hauteur de 54 milliards d’euros par an (source : Cour des comptes - 2011), pour financer le retrait dans l’eau des seules pollutions agricoles pour obtenir de l’eau potable. Qu’engager des politiques, des logiques préventives, coûtent, en moyenne, 26 à 27 fois moins que s’acharner sur les logiques curatives, comme par exemple, le stockage de l’eau qui vient en soutien de ce modèle agricole qui refuse de se remettre en cause et qui transfert le coût des dégâts de ses pratiques sur le plus grand nombre? A savoir les contribuables, comme vous le faites vous-même en finançant ce projet de barrage et qui sont déjà ceux qui alimentent l’enveloppe PAC (11,5 milliards d’euros en France), distribuées à ces mêmes agriculteurs.

Ne pensez vous pas qu’il est désormais urgent de changer, d’avoir un peu de créativité, d’audace et de courage politique pour porter avec l’argent public, les vraies bonnes solutions, celles qui allument des cercles vertueux, qui préparent l’avenir des générations futures, loin des logiques corporatistes qui aveuglent à grands coup de propagandes et nous éloignent des véritables approches globales ?

 

Sur la forme maintenant, Monsieur CARCENAC, vous êtes cette fois pathétique. J’ai pris le temps de rédiger ce long courrier pour que la mort de Rémi ne soit pas vaine, ne soit pas inutile. Pour vous expliquez ce que vous n’avez visiblement toujours pas compris, et que vous sachiez que ce jeune étudiant de 21 ans, lui l’avait compris et que c’est pour ça qu’il était là-bas sur place, au Testet, pour préserver l’intérêt supérieur des générations futures !

Oui, il est mort, pour des idées, parce qu’il avait compris ce qu’en humble et modeste ambassadeur, j’essaye de vous expliquer dans ce courrier. J’aurais pu être Rémi, car je me suis également rendu sur place, où j’y ai d’ailleurs pu constater l’extrême violence des forces de l’ordre face à des militants pacifiques. Rémi aurait également pu être l’une de mes deux filles ou l’un de mes trois fils, tant ils sont également convaincus que de telles politiques publiques sont suicidaires pour les générations futures !

Rémi, jeune toulousain étudiant en biologie de 21 ans, a donc donné sa vie pour tenter de préserver l’intérêt supérieur qu’est l’avenir des générations futures !

Et cette mort, ne sera ni stupide, ni bête, comme vous le dites, si vous prenez maintenant conscience du message qu’il était venu porter sur la zone humide du Testet, lui et tous les nombreux autres citoyens opposants, si vous cessez immédiatement de tels travaux, si vous replantez des arbres au Testet, et si vous utilisez l’argent public du projet pour accompagner et pour soutenir une alternative agricole vertueuse, animée par une véritable approche globale, pour en faire un projet remarquable et exemplaire ! Et je suis prêt, si vous avez (enfin !) cette étincelle de lucidité, de conscience et d’humanisme, à mettre à votre service, gracieusement, en la mémoire de Rémi, de sa clairvoyance et de son engagement, mes connaissances, mes compétences, mes expériences et les réseaux capables d’accompagner un tel projet pour en garantir la réussite ! Faisons le ensemble Monsieur CARCENAC, pour qu’effectivement la mort de Rémi ne soit ni vaine, ni stupide, ni bête !

 

Benoît BITEAU

Parti Radical de Gauche (Secrétaire National (Agriculture) & Délégué Régional)

Vice Président de la Région Poitou-Charentes,
Président de la commission "Ruralité, Agriculture, Pêche & Cultures marines".

Membre du Conseil Maritime de Façade "Sud Atlantique" & Président de la Commission Mixte "Lien Terre - Mer"
Administrateur de l'Agence de l'Eau Adour - Garonne & Président de la Commission Territoriale « Charente »
Membre de l'Agence de l'Eau Loire - Bretagne
Administrateur du Conservatoire Régional des Espaces Naturels & du Conservatoire du Littoral
Élu référent du Conseil Régional pour le pays Marennes - Oléron.
Président de CA du Lycée de la mer.


Ingénieur des Techniques Agricoles.
Conservateur du Patrimoine Technique, Scientifique & Naturel.
Paysan Bio.

Lauréat 2009 du Trophée National de l'Agriculture Durable.

Repost 0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 19:53

Quatrième meeting du candidat

à la présidence de l'UMP, hier, et toujours un flot nourri de contre-vérités.

Libération.fr nous révèle les arrangements de Sarkozy avec la réalité.

 

sarkozy-toulouse.jpg

 

 

SarkoTour, épisode 4. Après Lambersart, Troyes, Vélizy, l’ex-Président était à Toulouse, mercredi. Le détecteur de bobards de Désintox l’a suivi. Il a tinté quelques fois, à nouveau.

 

LES HEURES SUP, «C’ÉTAIT 200, 250, 300 EUROS PAR MOIS»

 

INTOX. Nicolas Sarkozy, depuis son retour, promet de remettre en place son dispositif de défiscalisation et d’exonération des heures sup. Une mesure dont il a rappelé qu’elle profitait aux classes populaires : 

«Les heures supplémentaires défiscalisées et exonérées, c’était 9,2 millions de salariés qui ont pu augmenter leur pouvoir d’achat : on dit, 200, 250, 300 euros par mois. Mais ça fait les vacances ! A la fin de l’année, c’est pas rien.»

DESINTOX. Pour sûr, 300 euros de plus par mois, ce n’est pas rien. Mais c’est beaucoup plus que ce qu’ont touché en moyenne les salariés bénéficiaires de l’exonération et de la défiscalisation des heures sup. Il suffit pour s’en convaincre de poser une petite opération mathématique : 250 euros mensuels x 12 x 9,2 millions de salariés = 27 milliards d’euros. Soit six fois plus que ce qu’a coûté le dispositif des heures sup au budget de l’Etat… En fait, le gain moyen pour les 9 millions de salariés ayant bénéficié du dispositif a été bien moindre, comme l’ont démontré les députés Jean-Pierre Gorges et Jean Mallot, auteurs du rapport référent sur le sujet. 

Le dispositif des heures permettait aux salariés de gagner sur trois plans : 

1) D’une part via une exonération de cotisations salariales (21,5% du «brut») sur les heures sup qu’ils réalisaient.

2) D’autre part via la défiscalisation du fruit des mêmes heures sup. Le rapport évalue l’avantage fiscal moyen annuel à 162 euros… et l’avantage médian à 45 euros (sachant qu’un tiers des foyers fiscaux où au moins une personne a déclaré des heures supplémentaires étaient non imposables, et n’ont donc pas bénéficié de cet avantage fiscal).

3) Enfin, via le pouvoir d’achat correspondant non plus à l’optimisation des heures sup qui étaient déjà réalisées, mais à l’augmentation du volume d’heures supplémentaires suscité par la loi, en partant du principe que le système de promotion des heures sup de la loi Tepa (notamment le volet exonérations de cotisations) a poussé les patrons à augmenter ce volume. Ce dernier point est évidemment très difficile à chiffrer, comme le reconnaît le rapport. Alors que le nombre d’heures sup n’a guère progressé depuis la mise en place de la loi Tepa, il est quasi impossible de savoir comment il aurait évolué sans le dispositif mis en place par Nicolas Sarkozy.

Au total, les deux députés estiment en s’appuyant sur des données de la direction du Budget, que le gain moyen par salarié et par an a été de 500 euros, soit 42 euros par mois, et que le gain médian a été de 350 euros par an.

Bien loin des 200, 250 ou 300 euros mensuels évoqués par Nicolas Sarkozy.

 

UNE ACADÉMIE A DEMANDÉ AUX GARÇONS DE S’HABILLER EN FILLE

 

INTOX. Depuis son premier meeting, Nicolas Sarkozy le répète : il est scan-da-li-sé par la façon dont le gouvernement traite la famille.

«Il y a même une académie où le jour de la journée de la femme, on a dit aux garçons de se mettre en fille. Ce n’est pas une plaisanterie, c’est vrai !»

DESINTOX. Et hop, un petit coucou du côté de la Manif pour tous et autres pourfendeurs de la prétendue «théorie du genre». Sauf que cette histoire que véhicule Nicolas Sarkozy tient du hoax, à partir d’une initiative lycéenne gonflée par le Figaro. Tout cela avait été expliqué par Libération à l’époque.

En mai, à Nantes, des élus du Conseil académique à la vie lycéenne (instance élue par les lycéens) ont été à l’initiative d’une journée spéciale, intitulée «Ce que soulève la jupe». L’idée était «d’inviter filles et garçons, élèves et adultes, le temps d’une journée événement, à porter une jupe ou un autocollant "je lutte contre le sexisme, et vous ?"». 

Une petite trentaine d’établissements (sur 142) ont suivi l’initiative, qui n’avait donc rien d’une injonction de l’académie. Cela n’empêchera pas le Figaro de titrer à l’époque : «Lycées : l’académie de Nantes demande aux garçons de se mettre en jupe le 16 mai».

Et cela n’a pas empêché pas Nicolas Sarkozy de reprendre le bobard, mercredi.

 

CES ENSEIGNANTS QUI, BIEN SOUVENT,

NE SONT QUE DEUX JOURS AU COLLÈGE…

 

Sur l’éducation, Nicolas Sarkozy a tapé fort, merccredi soir. Et d’abord avec l’annonce fracassante de la suppression de 30% du corps enseignant. «30% d’heures en plus pour les enseignants, 30% de rémunération en plus pour les enseignants et 30% d’enseignants en moins : cela me semble une politique adaptée à la situation que connaît notre pays.» Une bombe que le porte-parole du candidat, Gérald Darmanin, a dû corriger après-coup, comme l’a raconté le Huffigtonpost. Nicolas Sarkozy, sautant de 30% en 30%, se serait emballé. Il n’est finalement pas question de supprimer un tiers des professeurs. 

Mais au delà de cette vraie-fausse proposition, Nicolas Sarkozy a aussi livré sa vision très particulière du métier de professeur : 

«Je voudrais que chaque enseignant puisse consacrer quatre ou cinq heures en plus pour aider en dehors de la classe des enfants dans l’établissement qui ont du mal à suivre dans la classe. Or, la vérité, c’est qu’avec dix-huit heures d’obligation de service, bien souvent les enseignants concentrent sur deux jours, et il n’y a plus d’adulte pour aider les enfants en difficulté dans le collège ou le lycée.»

Si la proposition d’une augmentation des heures de travail en échange d’une hausse de la rémunération n’est pas nouvelle (Nicolas Sarkozy l’avait déjà préconisée en 2012), les professeurs seront ravis d’apprendre que «bien souvent», ils ne travaillent - à raison de neuf heures de cours par jour, croit-on comprendre - que deux jours par semaine. 

Outre le fait qu’il est quasiment impossible pour un enseignant de caser neuf heures de cours dans une journée qui bien souvent n’en compte pas autant (au collège, les journées finissent en général vers 16h30), Nicolas Sarkozy oublie que le temps de travail des enseignants ne se limite pas au temps passé devant la classe… 

Une étude de juillet 2013 sur le temps de travail des enseignants du second degré précisait qu’en moyenne, les enseignants dépassaient les quarante heures. Incluant vingt heures en moyenne de temps passé devant les élèves (y compris les heures supplémentaires), mais aussi près de trois heures passées dans l’établissement au titre d’activités avec la communauté éducatives (rencontre avec les parents, réunion entre professeurs, etc.)

 

50% DES CRIMES ET DÉLITS SONT LE FAIT DE 5% DES DÉLINQUANTS

 

Une des promesses de Nicolas Sarkozy est le rétablissement des peines planchers pour les récidivistes. Sur ce sujet, l’ex-président a une statistique prête à l’emploi, qu’il utilise en continu depuis 2007, et qu’il a donc répétée à Toulouse : «50% des crimes et délits sont le fait de 5% des délinquants.»

Libe Désintox a déjà expliqué que cette intox «vintage» de Nicolas Sarkozy est un détournement des plus abusifs d’une étude sociologique menée en 2001 par le chercheur Sebastian Roché.

L’enquête s’appuyait sur les témoignages anonymes de 2 300 jeunes de 13 à 19 ans questionnés dans des collèges et lycées de Saint-Etienne et Grenoble. Elle aboutissait à la conclusion que, sur les jeunes se déclarant délinquants, les 5% les plus actifs commettaient 35% des petits délits, 35% des délits graves, et 60% des actes de trafic. 

Une conclusion que Nicolas Sarkozy a gaillardement transformée en une vérité générale, non plus pour les jeunes, mais pour l’ensemble de la délinquance. En dépit du fait que l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale affirme qu’il n’existe aucune statistique permettant une telle extrapolation.

Cédric MATHIOT

_________________________________________________________________________________________

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Scandales-Affaires Billet d'humeur
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 07:46


Comment faire passer pour un acte considérable,

une action inévitable, c'est le rôle de la COM ?

 

 


Les médias s'embêtaient peut-être alors il fallait occuper le terrain face à l'opinion. C'est fait ! Etablissons que F. Hollande et son premier ministre n'avaient guère d'autre choix que la démission du gouvernement après la quasi déclaration de guerre de quelques ministres d'importance.

Valls I est suivi par Valls II. Pas de gros changements. Si tout de même ! Un, nous récupèrons un banquier à l'économie, ce n'est pas forcément gage de réussite, mais c'est surement une victoire du lobby patronal et celui de la Finance. Certes on affuble M Macron du label social devant celui de libéral, appellation qui se veut rassurante. Mais qui dit clairement que nous n'avons plus de gouvernement de gauche.

E. Macron, ex secretaire général adjoint de l'Elysée, aurait "convaincu" F Hollande de faire baisser le coût du travail... Ce qui signifie : "rogner sur tous les postes du salaires des salariés". 

Il est probable que F Hollande n'exécutera qu'un mandat. Dans deux années, quels résultats significatifs pourra-t-il avancer pour l'emploi des jeunes, pour la remise en ordre (un meilleur contrôle) du monde de la Finance, pour la relance économique ? Pour cette dernière, le MEDEF - surement ravi de la tournure des évènements,  joue à fond l'attentisme sur le pacte de responsabilité: "on est dans le flou, on attend de voir, etc". Mais "on" ne se prive pas de pouvoir engranger la manne de 40 milliards d'euros associée au plan de responsabilité et ... de distribuer des dividendes aux actionnaires (entre 15 et 30 % de plus cette année selon les sources) par anticipation ? Les citoyens ont déjà commencé à faire les comptes et ils ont déjà distribuer les cartons jaunes, avant de changer de couleur.


Pour conclure, constatons, cependant, que la tendance de relocalisation de l'industrie se confirme, le résultat de l'action d'Arnaud Montebourg.

Quant aux Radicaux de Gauche ils restent au gouvernement. Loyauté oblige  mais surtout réalisme face aux prochaines échéances. D'ailleurs JM Baylet est persuadé qu'un autre remaniement interviendra selon des déclarations reprises dans la presse. Le point d'achoppement sera la conduite de la réforme territoriale.

La rentrée est là.


Erwan MARIE

PRG29


_____________________________________________________________________________________________

Repost 0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 14:42

Plage de Bretagne 2014

IMG_7055-copie-1.jpg

Le blog prend quelques repos,

il sera mis à jour de manière aléatoire et suivant l'inspiration.

___________________________________________________________________

Repost 0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 10:54

Jusqu'où laissera-t-on aller le FHaine ?

Voici un article sur l'ignominieuse Le Pen.

 

L’appel de Marine Le Pen aux juifs, une insupportable provocation :
play ÉCOUTEZ L'appel de Marine Le Pen aux juifs, une insupportable provocation 00:00 | 00:00 mute

Chaque matin à 8h24, Hervé Gattegno, rédacteur en chef (Enquêtes/Investigation) à Vanity Fair, décrypte avec impertinence l’actualité politique dans la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Dans le magazine Valeurs Actuelles, Marine Le Pen répond à la polémique déclenchée par les propos de son père en présentant le FN comme « le meilleur bouclier des juifs ».

Votre parti pris : l’appel de Marine Le Pen aux juifs, une insupportable provocation. Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?

La ficelle est énorme. Pour s’extirper de l’imbroglio politico-familial que son père a provoqué avec sa phrase odieuse sur Patrick Bruel, Marine Le Pen renverse l’accusation d’antisémitisme et proclame le FN meilleur protecteur des juifs contre ce qu’elle appelle « le seul vrai ennemi » : l’islamisme. C’est à la fois disproportionné (nous ne sommes pas en guerre), déraisonnable (la meilleure protection, c’est l’État) et d’un culot stupéfiant, s’agissant d’un parti qui tolère parmi ses dirigeants un récidiviste de l’antisémitisme et du négationnisme. Marine Le Pen nous devait une clarification : sa réponse relève de la mystification et de la provocation. Marine Le Pen admet dans cette interview qu’il existe une « suspicion d’antisémitisme » contre le FN mais elle la juge « infondée » et elle affirme vouloir la combattre.

Vous ne la croyez pas sincère ?

Je fais une différence entre la personne privée et la dirigeante politique. Comme chef de parti, Marine Le Pen ne peut pas se contenter de dénoncer l’islamisme pour dire qu’elle est l’amie des juifs, donc qu’elle lutte contre l’antisémitisme – le raccourci est grossier. Il faut rappeler à Marine Le Pen que le FN a été créé par son père avec d’anciens SS et collabos – ça n’en fait pas un allié historique de la communauté juive. En France, les juifs ont été plus souvent persécutés par l’extrême-droite que par les musulmans. Le FN a même soutenu Dieudonné quand Manuel Valls a demandé son interdiction – et avec Dieudonné, il y a plus de bras tendus que de main tendue…

Marine Le Pen réaffirme en tout cas son intention de marginaliser son père au sein du FN et maintient que son blog vidéo ne sera plus hébergé par le site du FN. Vous trouvez que ce n’est pas assez clair ?

C’est même très nébuleux. Elle impose une autorité hiérarchique, pas une ligne catégorique. Elle répète que ce qu’a dit son père a été mal interprété, elle le félicite même pour son « patriotisme » – en oubliant ses hommages à Brasillach et à l’humanité de la Gestapo… Imagine-t-on dans un autre parti que le FN un dirigeant politique rester en place après avoir dit des horreurs pareilles? Bien sûr que non. Marine Le Pen, elle, dit que  son père a « toute sa place au FN ». Elle pense sûrement qu’il prend un peu trop de place ; mais en tout cas, ça ne ressemble pas à une demande d’exclusion.

Un sondage publié avec son interview indique qu’une majorité de Français pensent qu’il y a des différences politiques entre Marine Le Pen et son père, et que Jean-Marie Le Pen est « un handicap » pour le FN. Ça vous paraît logique ?
Ça prouve que l’artifice fonctionne. Marine Le Pen se donne le beau rôle en reprochant à son père ses outrances, mais elle ne va pas au bout de sa logique parce qu’elle ne veut pas courir le risque d’une scission ou même d’une fracture. Mais tout cela n’est que tactique : si l’antisémitisme de son père lui posait problème, elle l’aurait dit depuis longtemps. Elle a adhéré au FN en 1986, fait toutes les campagnes de son père, elle ne l’a pas découvert il y a 15 jours ! Avec cette affaire, elle est au bout de sa stratégie de dédiabolisation. Elle dit qu’elle assume l’héritage de son père – dans l’héritage, il y a l’antisémitisme.

Il ne suffit pas de se poser en bouclier (des juifs) pour faire croire qu’on a fendu l’armure (de l’antisémite)… 

 

Les attendus du jugement de Cayenne, mettent en cause le FN, voir  ici : link

________________________________________________________________________________

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Billet d'humeur
commenter cet article
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 15:46

Les jours se suivent et se ressembleraient-ils ? Pas vraiment bien sur, mais tout de même un jour on annonce le PS dans le coma, un autre l'UMP est donnée pour morte ( Estrosi), puis c'est le FN qui dévoile ses paricie-infanticide, le Front de Gauche ne va guère mieux. Il y a donc un problème réel dans le système politique français .

La crise est bien là. La droite,  chantre de la bonne gestion et donneuse de leçons,  voit s'étaler au grand jour ses turpitudes, ses gabegies et son incompétence à gérer - doit on s'étonner alors de l'état dans lequel l'UMP a laiss' la France à la gauche ? L'Etat UMP est hors jeu. Cela pourrait dédouaner la gauche, certes mais ne le faisons pas trop vite. En effet, nous assistons à la mise en place, en catimini, d'une politique libérale par les têtes d'œufs socialistes ( qui n'en ont plus que le titre).

Encore une fois les politiques trahissent les citoyens. Le patronat joue les inconséquents en refusant le dialogue social, en exagérant les provocations salariales de certains d'entre eux, en participant pour certains très activement à la fraude fiscale, pardon à l'optimisation fiscale. Dans ce contexte peut-on réellement reprocher aux syndicats de faire le boulot? "Défendre leurs mandants et au delà la classe laborieuse."

La lutte des classes est de retour. Le peuple est patient. Soit, mais jusqu'à un certain point. Par ailleurs, nombre d'observateurs constatent que le régime, les institutions politiques, sont en crise. Le Parlement, grâce aux "frondeurs" du PS, aux Radicaux de Gauche, bouscule le gouvernement et le président- celui ci monte de plus en plus aux créneaux. La fin de la Veme République est envisageable, le quinquennat est inadapté dans la structure institutionnelle actuelle. On se rappellera que notre pays à souvent changer lors de crise "Chaude"...

Il est donc venu le temps pour les Radicaux de gauche de préparer la prochaine révolution constitutionnelle. L'objectif est de sortir la politique de l'état de faillite.


 

Erwan MARIE
PRG29

 

Une approche d'une problématique similaire  ici : link
_______________________________________________________________________________________

Repost 0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 07:12

"Sarkozy de moins en moins crédible"

Le journal l'Express reprend une partie de l'interview de Sarkozy. C'est pas mal fait dans l'outrance...

 voir ici : link

Il n'empêche que l'ex président maniant l'injure et le dénigrement vis à vis des forces de police et des juges  se refuse à être considéré comme un justiciable ordinaire. Un certain manque d'humilité, compatible avec le personnage, est typique d'un manipulateur. De quoi peut-il se plaindre la télé et la radio viennent lui donner la parole .... et lui cirer les pompes. 

Est-il suivi ? Oui par une poignée de ses serviteurs zélés et non par 65% des français, tandis qu'un bon quart de la population restante estime avoir autre chose auquel s'intéresser...

De plus en plus de personnages politiques de droite se démarquent de lui, florilège : "son temps est passé", "il traîne trop de casseroles", "les français n'ont plus guère confiance en lui", " il a trop souvent  confondus ses intérêts personnels et ses fonctions"," Nicolas Sarkozy est un citoyen comme un autre soumis aux mêmes lois de la République que tout le monde et aux procédures judiciaires qui en découlent. Dire le contraire est scandaleux. C’est dangereux, très dangereux même d’aller sur ce terrain-là. Dire ça, c’est porté atteinte à la police judiciaire ou à la gendarmerie qui mènent les enquêtes. C'est aussi porter atteinte aux magistrats et à l’institution judiciaire dans son ensemble" Le  désamour s'étend. 

Pas sûr pour autant que cela serve la gauche. Toutefois remarquons que le gouvernement n'en rajoute pas et renforce l'impression que la justice devient vraiment indépendante. C'est d'ailleurs ce qu'attendent les français dans leur plus grande majorité. Si cela se vérifie sur ce quinquennat, au moins dans ce compartiment politique les gouvernements de F Hollande auront réalisé une grande avancée démocratique pour le pays. N'en déplaise aux groupies sarkozystes.

Jean-Pierre Bernard

PRG29

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Billet d'humeur
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 10:18

Europe or no Europe ?

That is the question for the "british people".

 

La presse, les experts patentés, pensent que la Grande-Bretagne va sortir de l'Europe et tenter de négocier un statut à la Suisse du style : "le beurre et l'argent du beurre mais pas de lien étroit avec la crémière". Etant en mesure de ne rien pouvoir faire, ni pour, ni contre, je n'ai que le loisir de m'interroger de l'utilité du Royaume Uni (peut-être plus pour longtemps si l'Ecosse accède à l'indépendance) au sein de l'Europe.

En tant que Breton, je n'apprécie que moyennement les travers des anglais - n'ont-ils pas inventé le mot Fair-Play - Pas pour eux mais pour les autres ? En tant que Français je sais ce que nous devons à cette nation pendant les heures sombres des guerres mondiales. Donc je n'ai pas d'avis tranché et je suis tenté de faire la distinction entre les citoyens  et la classe politique conservatrice "British", largement responsable des misères économiques des peuples, y compris le sien.

D'un côté ce serait plus de 65 millions de personnes qui quitteraient de facto la zone Europe, cela réduirait la zone d'influence économique. D'un autre côté, cela permettrait, selon certains, de mener une extension du processus de fédéralisation de l'Europe. Encore faudrait-il savoir ce que recouvre véritablement ce terme. Sachant que c'est le principal reproche du Premier Ministre Britannique, David Cameron,  à l'encontre de Juncker étiqueté fédéraliste, je rajoute et ultra libéral - n'oublions pas que ce personnage est tout de même celui qui a conduit le Luxembourg dans la cour des grands paradis fiscaux, "éléments sources" de la crise économique et financière que nous connaissons. 

De même, cela conduirait probablement les anglais à se rapprocher voire  à se fondre dans l'économie américaine devenant ainsi de fait un nouvel état US. Et ils retomberaient dans une cohabitaion avec une République fédérale. Où serait donc la cohérence ? Mais  cela renforcerait le pouvoir de nuisance des américains  face à l'Europe avec les traités négociés secrètement (TAFTA, TISA - link). Les problèmes de la BNP et de EDF/GDF-Suez avec la justice américaine préfigurent ce qui pourrait arriver. D'autant que les ultra libéraux sont en force au parlement européen et le Président F Hollande et son gouvernement est tout à fait opaque sur le sujet.

Alors ? On sait que les milieux d'affaires anglais ne sont pas hostiles à l'Europe, mais que les europhobes rencontrent un large écho dans les milieux conservateurs et populaires. On sait aussi que la position de David Cameron au sein de son gouvernement et au parlement britannique n'est pas précisément trés stable. Donc du côté britannique je serai enclin de jouer à "Wait and see".

Pour ce qui concerne l'Europe, et notre gouvernement une évaluation du risque du départ de la Grande-Bretagne s'impose mais pour ce dernier je commence à émettre des doutes sur sa capacité à le faire et à trancher.

Finalement, je pense que le départ de la Grande-Bretagne ne serait pas une bonne chose pour l'Europe, mais pour autant il faudrait qu'elle cesse d'avoir un pied dedans et l'autre en dehors de l'Europe. Et si l'on en croit les experts patentés, l'Europe tentera de se concilier la grande-Bretagne en lui accordant un statut particulier. ET cela est agaçant et quasiment intolérable. Qu'en penserait feu le Major Thompson ?

 

Jean-Pierre Bernard

PRG29

________________________________________________________________________________________

Repost 0