Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 22:35

Un pavé dans la mare

"@rrêt sur images" commente une tribune parue dans le Monde sous la plume de Vincent Maraval, elle met en exergue le fonctionnement de l'industrie du Cinéma. Du travail pour notre Ministre de la Culture mais aussi des arguments à faire valoir face aux affamés des gros salaires.

 

CINÉMA : ACTEURS FRANÇAIS SURPAYÉS ?

 

Par la rédaction le 29/12/2012

 

C'est peut-être une bombe qui vient d'exploser dans le cinéma français. Alors que l'on évoque l'exil fiscal de Depardieu, tous les films français de 2012 dits importants se seraient "plantés", perdant des millions d'euros selon une tribune publiée par Le Monde sous la plume de Vincent Maraval, distributeur et producteur de films. Maraval souligne par ailleurs, en citant des noms et des montants, les cachets faramineux touchés par les acteurs français qui bénéficient ainsi du financement public du cinéma. En cause : les co-financements du cinéma par la télévision, qui donneraient aux têtes d'affiche pouvoir de vie et de mort sur les projets de films. Débat.

 

 

"Les Seigneurs, Astérix, Pamela Rose, Le Marsupilami, Stars 80, Bowling, Populaire, La vérité si je mens 3, etc." tous les gros films français de 2012 ont perdu de l'argent, estime le producteur.

 

Ceci alors que les acteurs les plus populaires sont payés des sommes délirantes, constate Maraval, et pas seulement Depardieu : "Dany Boon, par exemple, ce chantre de la France profonde qui vit à Los Angeles (...) 3,5 millions d'euros pour Le Plan parfait, dont les entrées ne seront pas suffisantes pour payer son salaire ! Un million pour quelques minutes dans Astérix, film qui fait exploser le ratio entrées/cachet/minute à l'écran."

 

Maraval s'interroge de manière iconoclaste : "Pourquoi, par exemple, Vincent Cassel tourne-t-il dans Black Swan (226 millions d'euros de recettes monde) pour 226 000 euros et dans Mesrine (22,6 millions d'euros de recettes monde) pour 1,5 million d'euros ? Dix fois moins de recettes, cinq fois plus de salaire, telle est l'économie du cinéma français."

 

"A l'heure où François Hollande veut que les patrons des grandes entreprises publiques limitent leurs salaires, laissera-t-on les « hauts salaires » du cinéma gagner plus qu'ils ne valent, et ce grâce à de l'argent public," conclut Maraval, dans une analyse que l'on lit rarement, et qui met en cause les co-financements par la télévision, lesquels donnent aux présumées "têtes d'affiche" pouvoir de vie et de mort sur les projets de films.

 

Qui est donc Vincent Maraval ? Jean Michel Frodon, ancien critique cinéma du Monde, le présente ainsi "comme une des personnalités les plus en vue dudit milieu, à la fois homme d’affaires très avisé et véritable amateur de films, aux goûts plutôt éclectiques et aux engagements souvent courageux."

 

Sur son blog de Slate, Frodon salue "la missive (le missile)" qui "s’appuie sur le « scandale Depardieu », donne des noms et des chiffres, et fournit une description globalement exacte, mais par moment biaisée ou incorrecte, de la situation économique du cinéma français".

 

Sans remettre en cause aucun de ses chiffres, Frodon tente de se démarquer de Maraval en mettant l'accent sur la surproduction de films, plutôt que sur les cachets des acteurs: "D’ores et déjà, dans les salles, à la télé, dans les médias, cette masse informe de surproduction, qui rapporte à beaucoup de monde grâce aux mécanismes décrits par Maraval, y compris à sa propre société, a en effet pour résultat de marginaliser sans cesse davantage ceux pour lesquels étaient à l’origine conçus l’ensemble des dispositifs."

 

Un système d'aide dévoyé, alors qu'au départ il "organisait des effets de soutiens financiers aux films les plus audacieux par les films les plus profitables". Mais, conclut Frodon, "Attention. La diatribe de Maraval est aussi de nature à alimenter l’argumentaire de ceux qui veulent une destruction de l’ensemble du système au nom d’une logique gestionnaire ultralibérale (cf. les actuelles pressions de Bruxelles) ou ultra-centralisatrice (cf. les pressions de Bercy relayées par certains élus)."

 

Voir ici : http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#14930
Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Billet d'humeur Culture
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 13:06

Publié le 13/11/2012 dans Libération.fr

Médecins en grève :

«Vous oubliez que j'ai fait... 16 ans d'études»

 

 

C’était hier soir, au journal de France 2. On interrogeait des médecins libéraux qui venaient justifier leur grève et leur colère.

 

Terrifiant défilé. Voilà un médecin anesthésiste, gagnant net par mois plus de 10 000 euros. Il était dans une fureur noire contre ce gouvernement qui entend brider ses dépassements honoraires. Il nous parlait de ses sacrifices, de ses longues journées de travail : un médecin anesthésiste, sûrement compétent, un bon pro en somme. Puis un autre, urologue de son état: il a refusé de dire son salaire. Il a évoqué les 20 minutes qu’il accordait à ses patients, comme s’il était bien généreux de passer autant de temps avec eux. Il a encore évoqué son salaire, comme une obsession. Arrive le professeur François Olivennes, interrogé, lui, en direct. Spécialiste d’aide médicale à la procréation (AMP), il n’a pas oublié de mettre sa blouse blanche. Le personnage est particulier: il a préféré quitter le service public où il dirigeait un des services les plus renommés pour reprendre le pôle de l’AMP dans  la clinique très chic de la Muette à Paris, où il a remplacé le Dr Hazout. François Olivennes bouillonnait pourtant de colère contre la ministre de la Santé, contre cet accord qui se contente de fixer des limites.

Lui comme les autres peuvent pourtant continuer à percevoir les honoraires qu’ils souhaitent. Et Dieu sait que, dans la médecine de procréation, les dérapages sont parfois nombreux. Qu’importe, pourrait-on dire, François Olivennes a la réputation d’être aussi un bon professionnel. Au journaliste, il a neanmoins insisté, répétant qu’il avait fait 16 ans d’études… Ah bon, et pourquoi pas 18?

A les entendre et à les voir, sûrs d’eux mêmes et de leurs talents, on était comme ahuri et surtout blessé. Qui leur reproche de gagner très, très bien leur vie? Mais aujourd'hui, peut-être qu'un peu de pudeur s'impose. C'est en grande partie la solidarité nationale qui les paye. Savent-ils qu’il y a trois millions de chômeurs, qu’un cadre supérieur passé 45 ans (qui a fait au moins autant d'études qu'eux) n’a aucune assurance de conserver son emploi alors qu’ils ont, eux, un boulot à vie, sans aucun risque de précarité? Savent-ils que plus de deux millions de personnes retardent leur entrée dans les soins faute de revenus suffisants? Savent-ils la gêne quand vous êtes patient et que vous découvrez le prix de la consultation? Savent-ils la mauvaise surprise quand vous apprenez que l’anesthésiste, aussi, demande un dépassement. Et ces médecins-là vous répondent en parlant de leur difficultés, de leurs désagréments, de la médecine au rabais, puis injurient la ministre de la Santé qu’ils vont qualifier de tous les noms...

Caricature grotesque d’une profession. La médecine a  d’autres images, et d’autres visages. Comme le professeur Jacques Belghiti, meilleur greffeur de foie en France: il n’a jamais fait de privé. Le professeur André Grimaldi, à la retraite, et qui se bat pour un système de santé solidaire. Ou encore Willy Rozenbaum, codécouvreur du virus du sida, jamais de privé non plus. Il y en a tant d’autres, connus ou inconnus. Une pétition de médecins hospitaliers vient même d’être lancée pour se désolidariser de cette grève. On respire...

Eric Favereau

Repost 0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 12:48

 

C’était une semaine riche en évènements politiques sur la scène internationale. Alors que mercredi, les Etats-Unis donnaient quitus à Obama pour quatre nouvelles années, c’est au tour de la Chine de « se prononcer » sur son avenir. Ainsi, Xi Jinping a été désigné comme le successeur de Hu Jintao à la direction du Parti Communiste Chinois et donc, de facto, aux commandes de cet Etat-parti. 

 

Nation mal connue des occidentaux, crainte sur la scène économique et politique, obscure sur ses pratiques, la Chine a su s’imposer ces dernières années comme une puissance redoutable, poussée par une ambition dévorante de ravir le titre de « super puissance » aux USA. Mais la Chine s’essouffle dans son ascension ! La libéralisation mesurée et l’ouverture aux marchés extérieurs mis en place par la politique de « soft power » de 2007, a permis à la Chine de rattraper un retard certain en matière de développement économique et financier. Pour autant, des indicateurs tels que la croissance en berne, laissent penser que la Chine arrive à la fin d’un cycle et qu’un tournant s’annonce. Un tournant de sa phase de développement qui appel au changement. Un changement stimulé par une carence de son moteur économique et une crise interne de plus en plus prononcée. 

 

Le modèle économique chinois se base sur deux éléments cumulatifs que sont une hyper-compétitivité et une puissance d’exportation. Pour assurer sa croissance, la Chine s’appuie sur son marché intérieur aux fins de production et sur un marché exclusivement extérieur aux fins de consommation. De ce fait, elle est dépendante des importations occidentales. C’est ainsi que le premier exportateur mondial est aussi celui qui dispose du taux de consommation interne au PIB le plus faible (à hauteur de 35% contre 60% en Europe). Ce faible taux s’explique par une redistribution quasi-inexistante des ressources plus que par un défaut d’offre. C’est le premier défi qui s’offre aux nouveaux dirigeants chinois qui devront, pour garantir leur croissance et assurer un semblant de stabilité, se tourner vers leur marché intérieur. Mais, c’est le hic ! La Chine est toute aussi tourmentée sur son territoire. 

 

Les causes de cette crise interne sont tout à la fois d’ordre économique et de désordres politiques. Une crise sociale émerge dans les zones urbaines, assise du pouvoir politique central, où le constat des écarts de redistribution des ressources est plus évident. Mais aussi, dans les territoires où la volonté autonomiste s’affirme du fait d’un éloignement du socle centralisé de la Chine et de l’absence de retombée du développement économique. Mais, la véritable source des maux chinois reste son régime tenu d’une main de fer par le Parti Communiste Chinois et qui se voit de plus en plus contesté par la masse populaire. Pour assurer sa stabilité, et comme tout régime autoritaire, le PCC s’appuie sur une politique de propagande communiste, le développement de la xénophobie, de la haine anti-Japon, sur un soutien militaire, la politique de censure et le rejet des libertés. Pour autant, la récente découverte de corruption au sein de la structure et l’émancipation des doctrines libérales, ont également conduit le PCC à une crise politique. Ceci se traduit par de nombreuses tensions internes car désormais aux côtés de Mao, de Marx et de Lénine, se trouve Dong Xiaoping, auteur de la réforme économique chinoise. Ceci signifie avant tout que le changement nécessaire à la Chine, passe par un choix dans la politique du parti. Le PCC tenant les rênes du pouvoir, son responsable devra choisir entre

l’affirmation ou l’assouplissement du régime. Ce choix est inéluctable ! 

 

Les radicaux de gauche du Finistère, humanistes et républicains, espèrent que la raison imposera aux dirigeants chinois, de procéder à une libéralisation du régime par la reconnaissance des Libertés fondamentales et individuelles et le respect des Droits de l’Homme. Les défis qui attendent Xi Jinping et le tournant qui s’impose à la Chine l’exigent ! 

 

 

Guillaume Castel

JRG29

Repost 0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 09:50

Deux Etats légalisent par référendum le cannabis.

 

 de Médiapart

Parmi les nombreux référendums locaux, deux Etats (le Colorado et le Washington) ont vu adoptée la légalisation complète de la marijuana. Cela signifie que la production, la distribution et la vente devraient se faire sous contrôle public, recettes fiscales à la clé. Une brèche est ouverte dans la “Guerre contre la drogue”.

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Billet d'humeur Santé
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 15:06

Besancenot : "Derrière les pigeons, il y a les vautours"...

 

Ce dimanche, le Journal du Dimanche publiait un appel de quelques grosses pointures du CAC 40 . 

 

Dans cet appel et pour résumer : ils demandent de procéder à des augmentations de TVA, des réductions de dépenses de l'Etat et réclament 60 milliards d'économie. et des réductions de charges sociales et des taxes et impôts...

 

La réaction de Besancenot ne s'est pas faite attendre (Cf le titre plus haut). Il est clair que le MEDEF (lui réclame 70 milliards d'économies en passant ) continue à mettre la pression sur François Hollande et le gouvernement et poursuit sa stratégie d'intimidation de la classe moyenne probablement en coordination avec certaines têtes pensantes de la droite. La peur espérée doit annihiler, espèrent-ils, la réflexion des citoyens et affaiblir l'actuelle majorité.

 

Toutefois, le Président et le Premier Ministre auraient peut-être tort de s'inquiéter, car dans le même temps le JDD livrait un sondage de l'IFOP  qui met en évidence que les seuls patrons des PME et PMI sont plébiscités et reconnus par les français. Hors c'est bien la stratégie gouvernementale de consacrer plutôt les moyens aux profits de l'emploi dans les PME et PMI qu'à ceux des conglomérats et multinationales qui font leurs profits à l'étranger et s'arrangent pour ne pas trop investir en France et ne pas rapatrier leurs profits, qui leur seraient ""Confisqués ?"".

 

Il est clair que les temps vont être de plus en plus durs pour le gouvernement, la majorité et aussi les français. La droite cherche peut-être à se venger de sa défaite selon certains , c'est possible ; cependant vouloir mener la classe moyenne et ouvrière vers la paupérisation tandis que certains préservent leurs gras privilèges ; vouloir détruire les structures de l'état car c'est à cela que correspond la démarche des "pigeons et des vautours" ; c'est se préparer une réaction féroce du peuple. Cela s'est déjà vu.

 

Le PRG continue son action en faveur du redressement de notre pays et poursuit son soutien à François Hollande pour mener une action de la gauche : juste, équilibrée et audacieuse.

 

Erwan MARIE

PRG29

 

Repost 0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 16:12

A la suite du procès "Marine Le Pen" contre plusieurs journalistes et éditeurs, Caroline Fourest publie avec Fiammetta Venner sur le site du Huffington Post un article éclairant sur la famille, le parti et ses méthodes. 

 

Voici le texte de cet article, in extenso.

 

Quelles conclusions après le procès "Marine Le Pen"?

Publication: 22/10/2012 06:00

Ce billet est signé de Caroline Fourest et Fiammetta Venner.

 

Dans cette affaire, le FN a beaucoup communiqué... avant le procès. En promettant de nous faire condamner lourdement. En faisant même pression -sous prétexte du procès en cours- pour que je ne sois plus invitée face à des membres du FN sur des plateaux de télévision. Preuve que Marine Le Pen n'est pas son père, certains animateurs ont d'ailleurs cédé à ces pressions pendant la campagne.

Pour se donner les moyens de ses ambitions, le FN a fait feu de tout bois. Il est vrai que leurs avocats -également élus locaux- sont payés grâce au financement public du parti... donc par nos impôts. Ils peuvent se permettre d'attaquer à tout bout de champ: des dizaines de procès en cours contre des journalistes et des adversaires politiques.

2012-10-21-lelivrequifachemarinelepen1.jpeg


Il faut être solide et entouré, c'est notre cas, pour ne pas se lasser face à l'intimidation procédurière permanente de ce parti, qui attaque presque systématiquement nos chroniques et nos écrits. Dont ce livre.

Sur les 125.000 euros réclamés par Marine Le Pen, le FN, Jean-Marie Le Pen, Louis Aliot et Franck Chauffroy, la Cour nous condamne à 800 euros par auteur. L'une avec sursis, l'autre pas... pourquoi? Nous ne le savons pas. En tout, solidairement avec notre éditeur, nous devrons payer 8000 euros. Du point de vue juridique, la montagne a accouché d'une souris. Sur les 14 points poursuivis, nous en avons perdu sur 4 passages. Le Front national ne communique pas sur ces points. Et pour cause... Ils révéleraient combien la condamnation repose sur des formulations absolument mineures et anecdotiques.

Voici donc le détail. De ce que nous avons donc gagné le droit de dire et perdu le droit d'écrire...

Peut-on dire que le FN se transmet de père en fille?

Le passage poursuivi était: "il n'existe qu'un seul parti politique français pouvant se vanter d'avoir transmis le poste de président sur un mode aussi monarchiste: le Front national."

GAGNÉ

Oui. Nous pouvons continuer à dire que le FN est le seul parti à avoir transmis le poste de président sur un mode aussi monarchiste.

Peut-on dire que Jean-Marie Le Pen fraude le fisc?

Premier passage incriminé: "Le plus troublant reste les détails fournis par sa première femme... Du temps où elle était mariée à Le Pen, Pierrette dit avoir régulièrement téléphoné en Suisse pour commander ses "petits nègres". Chaque "petit nègre" voulant dire 10.000 francs. Un exécutant confirmera ses dires quelques années plus tard, dans L'Événement du Jeudi. L'hebdomadaire publie même un relevé prouvant l'existence d'un compte suisse au nom de Jean-Marie Le Pen".

Second passage: "C'est une contre-attaque politique. Car Pierrette Le Pen parle beaucoup, et livre des secrets qui nuisent terriblement à l'image du leader du Front national. Notamment concernant l'héritage Lambert resté en suisse. Elle livre tous les détails sur la part de "fortune non déclarée" dans une interview parue le 12 décembre 1987 dans Genève Home Information, un gratuit suisse. Une version qu'elle confirme dans un autre entretien, accordé un an plus tard à Rolling Stone: "Quand on a hérité, il y avait de l'argent en France, des biens immobiliers et l'hôtel particulier de Saint-Cloud. En Suisse, il y avait une fondation. La fondation Saint-Julien dont Messieurs Brocard père et fils, de Fribourg, étaient gestionnaires. Jean-Marie a demandé que cette fondation soit réalisée, en liquide, et l'argent a été déposé à l'UBS (Union des banques suisses) et nous avons mis de l'argent à la banque Darier. Nous l'avons transporté nous-mêmes. Trois milliards [en anciens francs, NDA], je n'en n'avais jamais vu autant. [...] À ce moment-là, j'avais la signature du compte. Évidemment, Jean-Marie n'a rien déclaré au fisc." Ce qui ne manque pas de sel puisque Jean-Marie Le Pen a toujours dit avoir été "dépouillé par le fisc"... Lui-même nie posséder des avoirs en Suisse."

GAGNÉ

Oui, selon le Tribunal, il est légitime de rappeler -éléments à l'appui- que Jean-Marie Le Pen a fraudé le fisc. Et qu'il avait un compte en Suisse. Y compris en s'appuyant sur les déclarations de son ancienne femme.

Peut-on dire que les filles de Jean-Marie le Pen ont été élevées dans le racisme et l'antisémitisme?

Le passage: "Le Jean-Marie Le Pen privé qu'elle dévoile se révèle être pire qu'en public: "Pour lui, les Arabes, c'est des "crouilles", des "melons", des "bicots": "T'as vu la gueule qu'il a? C'est pas un Breton!" Mais il y a quelque chose qu'il faut que vous compreniez bien. C'est qu'il ne faut surtout pas prendre Le Pen pour un imbécile: il a toujours des boucliers, trois ou quatre amis arabes, pour que, justement, on ne puisse pas le taxer de racisme." À l'entendre, c'est aussi vrai pour les juifs: "J'ai toujours vécu dans l'antisémitisme de Jean-Marie Le Pen. Mes filles ont été élevées dans l'antisémitisme primaire. À la télévision elles rient d'un monsieur: "Oh la gueule de youde, c'est peut-être pas un Breton!" Quand Holocauste est passé, Jean-Marie leur a interdit de regarder." C'est peut-être ce qui la désole le plus: "Elles ont été élevées comme ça. Elles disaient de quelqu'un qu'il avait une tête de "youbac", de "youpin", "Tonton Dolphi [Adolf Hitler, NDA] n'en a pas fait assez". C'est une expression qu'affectionne Jean-Marie." Elle s'alarme de voir ses filles prendre exemple sur leur père: "Quand je les vois en photo, plus elles deviennent femmes, et plus je m'aperçois que je n'ai été qu'une mère porteuse. J'ai trois enfants, mais elles ne sont plus à moi."

PERDU

Non, cette fois, selon le Tribunal, les sources utilisées, à savoir les révélations de Pierrette Le Pen dans Globe et Rolling Stones, ne peuvent être reproduites comme telles. La Cour estimant visiblement que l'accusation portée par Pierrette Le Pen, à savoir que ses filles ont été élevées dans le racisme et l'antisémitisme, relève de la vie privée et d'une source non crédible.

C'est la condamnation qui pose le plus problème. Peut-on vraiment considérer ces faits comme relevant de la vie privée ou non crédibles, quand ils viennent d'une mère, même si l'on précise dans le livre qu'elle tient ses propos sous le coup de la colère? D'autant que ce passage sert à éclairer une polémique publique -le divorce des Le Pen- dont Marine Le Pen a fait l'un des éléments clefs de sa biographie et de sa communication politique. Pour apparaître comme une martyr des médias, sans jamais rappeler le contenu des accusations portées par sa mère.

Le procureur avait requis la relaxe sur ce point.

Peut-on dire que le Père de Jean-Marie Le Pen n'est pas mort en se battant contre les Allemands mais en les ravitaillant?

Le passage: "On connaît l'argument utilisé par le fondateur du FN pour se disculper de tout esprit collaborationniste: le bateau de son père aurait été coulé par une mine allemande pendant la guerre. Ce qui lui vaut le statut de "pupille de la Nation" et peut donner à croire qu'il l'a perdu au combat. En réalité, ce dernier a pris la mer pour tenter de ravitailler un restaurant où soupait l'occupant, et il a sauté accidentellement sur une mine. Ce qui est un peu différent. Et surtout n'enlève rien au fait que Jean-Marie Le Pen fréquente volontiers d'anciens nazis. Comme l'ancien Waffen-SS Franz Schönhuber, auteur d'un livre à sa gloire: Le Pen, le rebelle. On l'aperçoit sur une photo aux côtés de Marine Le Pen, probablement à la sortie du livre, en 1997. On ne choisit pas les amis de ses parents, mais que Marine Le Pen le veuille ou non, ces personnages lui sont familiers."

GAGNÉ

Oui. Selon le Tribunal, on peut rappeler cette vérité, bien que Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen utilisent fréquemment cette "mort pour la France" pour donner le sentiment qu'ils descendent d'une lignée de résistants... Marine Le Pen, lors d'un débat télévisé sur France 2 face à Caroline Fourest, avait juré de faire condamner ce point.

Peut-on-rappeler que Marine Le Pen et Jean-Marie le Pen donnent beaucoup de leçons à la classe politique mais ne font pas beaucoup d'efforts pour remplir les déclarations exigées par le Parlement européen pour prévenir les conflits d'intérêts des élus?

Le passage incriminé: "Marine Le Pen vante la transparence. Mais au Parlement européen, elle n'a pas daigné donner le moindre détail lors de sa déclaration de revenus et de frais que tout élu européen doit remplir. Tout comme son père. En 2002, il est épinglé pour avoir investi dans un vignoble, avec sa femme Jany, sans le mentionner sur sa fiche de député européen. Le couple s'est associé à 50% avec un ancien braqueur devenu viticulteur: Patrick Bourson. Une erreur de jeunesse commise après son renvoi des parachutistes, pour indiscipline. Longtemps "roi du vin", il s'est reconverti dans le négoce du champagne et a proposé aux époux Le Pen de prendre des parts dans sa société: les champagnes "François Daumale". D'après le montant communiqué à l'assemblée générale du 26 juin 2006, elle réalise cette année-là un chiffre d'affaires de 3.798.137 euros. Assez conséquent pour être signalé. Mais comme sa fille, Jean-Marie Le Pen semble peu désireux de remplir une certaine paperasse bruxelloise... qui se trouve avoir été mise en place pour éviter les conflits d'intérêts. Selon un haut fonctionnaire européen, "il aurait dû mentionner qu'il avait des parts d'une société" car "en tant que député, il peut être amené à voter une loi dans le secteur viticole. Il serait juge et partie". Voilà une règle simple que le FN n'a pas besoin de proposer mais pourrait au moins respecter avant de faire la morale."

GAGNÉ

Oui. Selon le Tribunal, on peut rappeler que Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen vantent la transparence, sauf quand elle s'applique à eux.

Peut-on rappeler que Jean-Marie Le Pen a menacé de mort Fernand Le Rachinel?

Le passages incriminé: "Juste avant la descente aux enfers, il décide de se rendre dans le bureau de Jean-Marie Le Pen, au Parlement européen, pour obtenir une explication. La conversation devient houleuse et même menaçante. En sortant, Le Rachinel, blême, se rend dans le bureau de Carl Lang pour rédiger une attestation sur l'honneur indiquant qu'il vient d'être menacé. Ce qu'il prend très au sérieux: "Le Pen devient fou quand il s'agit d'argent. Ce sont des voyous, il ne faut jamais croiser la route de ces gens."

GAGNÉ

Oui. Après le témoignage de Fernand Le Rachinel, recoupé par un autre témoin, on peut rappeler que Jean-Marie Le Pen a menacé de mort son ancien imprimeur. Sans parler de la "tentative d'extorsion de fonds", avérée et reconnue par un expert.

Peut-on rappeler qu'il arrive à Marine Le Pen d'insulter des policiers?

Le passage du livre: "Des soirées arrosées, qui ne tournent pas toujours bien. Comme en témoigne une anecdote survenue la nuit du 20 au 21 février 2003, alors que Marine Le Pen et des amis fêtent l'anniversaire de Frédéric Chatillon chez lui et sa femme. La soirée bat son plein lorsque des policiers frappent à la porte, pour leur signaler qu'ils empêchent les voisins de dormir. Marine Le Pen s'emporte et les couvre d'insultes, dont certaines visent le ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy. Le lendemain, Marine Le Pen minimise l'affaire: 'Tout cela est totalement faux [...]. Ils ont demandé ses papiers à mon amie enceinte de son sixième enfant. Ils ont menacé de la menotter et de l'emmener au poste parce qu'elle ne les trouvait pas'. Ce n'est pas tout à fait la version des policiers, qui ont raconté les faits en détail dans leur rapport. D'après eux, 'organisatrice de la soirée, Marie d'Herbais de Thun, se serait opposée à leur entrée dans l'appartement au prétexte qu'ils n'avaient pas de mandat, en les traitant de 'trous du cul' et autres noms d'oiseaux, avant de lancer: 'Ah, il est plus facile de s'en prendre à des bons Français plutôt qu'aux bougnoules!' Marine Le Pen se serait alors interposée en insultant les policiers. Ce qui vaut à toute la petite bande d'être poursuivie pour 'outrage à agents'."

ON NE COMPREND PAS

Le Tribunal estime que ce passage aurait pu être légitime si nous l'avions exprimé avec davantage de prudence... Nous avons pourtant également donné la version des faits de Marine Le Pen. Le procureur avait requis la relaxe.

Jean-Claude Martinez a-t-il le droit de considérer Marine Le Pen comme une "assistée"?

Le passage de Jean-Claude Martinez incriminé: à propos Marine Le Pen et ses amis "Ils n'ont jamais travaillé. Ils n'ont rien ramené au PIB, moins qu'un immigré. Marine Le Pen, c'est l'assistée complète. C'est quand même un problème. On ne peut passer de l'assistanat à la présidence de la République!"

GAGNÉ

Oui. Jean-Claude Martinez a le droit de dire ce qu'il pense de Marine Le Pen et de ses amis. Et les auteures de le citer, puisqu'elles ont pris la précaution d'expliquer le climat de rage qui pouvait régner entre l'actuel Front National et ses anciens cadres.

Jean-Claude Martinez a-t-il droit de dire qu'il a été poussé à cautionner des emplois fictif?

Le passage: "Marine Le Pen, avec ses salaires, a-t-elle d'ailleurs besoin qu'on lui paie des soirées de baby-sitting? Cette seule question fait sortir de ses gonds Jean-Claude Martinez: 'Le babysitting, c'est le Parlement européen qui le lui a payé, avec mes indemnités! Ils m'ont fait engager Huguette Fatna, la marraine des enfants, comme assistante parlementaire...'"

GAGNÉ

Oui, les enfants de Marine Le Pen ont bien été gardés par une baby-sitter payée comme assistante parlementaire de Jean-Claude Martinez, alors député européen FN. A l'audience, Jean-Claude Martinez a réitéré qu'elle n'avait quasiment jamais mis les pieds à Strasbourg. Son contrat de travail (produit) prévoyait d'ailleurs qu'elle travaillerait plutôt à Saint-Cloud (la résidence des Le Pen). Selon Martinez et d'autres témoins, ce système concernerait d'autres cas, où des élus du FN (payés par nos impôts) passeraient plus de temps au service de la famille Le Pen qu'à leur poste d'élu.

Jean-Claude Martinez Martinez a-t-il le droit de dire que Louis Aliot voit "des melons" partout?

Le passage du livre: "(il) garde un souvenir glacé de leurs conversations privées: 'Il ne sait pas dire une phrase sans 'melons'. Un jour, il a piqué une colère terrible contre Bompard parce qu'on le voyait en photo avec des Arabes, 'au milieu des melons' comme il dit. C'est rupestre chez lui. Pariétal!"

GAGNÉ

Oui. Jean-Claude Martinez a le droit de rappeler que Louis Aliot préfère parler de "melons" plutôt que d'Arabes.

Peut-on dire que "Aliot est un homme du sud, né à Toulouse et implanté électoralement à Perpignan, où le racisme anti-arabes peut tourner à l'obsession"?
GAGNÉ

Oui, bien sûr. Louis Aliot n'est pas fondé à agir. La phrase décrit un climat régional.

Peut-on dire parler de "liens existant entre le grand proxénétisme et le parti le plus moraliste de France"?

Le passage du livre: "Dans un premier temps, le service de presse du FN refuse de communiquer {sur l'arrestation de Botey, empereur de Pigalle et parrain de Marine Le Pen}. Puis dégaine un communiqué au titre moqueur (...) Amusant si l'ironie n'avait pour but de dissuader la presse de mettre son nez dans une affaire révélatrice des liens existant entre le grand proxénétisme et le parti le plus moraliste de France. Henri Botey n'est pas une vague connaissance mais un très proche de la famille Le Pen."

PERDU/GAGNÉ

Nous n'avons pas le droit de lier le FN au grand proxénétisme. En revanche, on peut tout à fait écrire que Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen ont des liens avec le grand proxénétisme, puisque c'est le cas.

Le procureur avait requis la relaxe sur ces 3 points (plainte du FN, de Jean-Marie Le Pen et de Marine Le Pen). Le tribunal nous donne raison sur 2 points sur 3.

Peut-on dire que le père des enfants de Marine Le Pen tirait au revolver depuis les toits?

Le passage du livre: "Un ancien membre du Front national se souvient qu'il lui arrivait de finir une soirée en tirant au revolver depuis les toits."

PERDU

Non. Nous avons été condamnées sur ce point anecdotique, alors qu'il ne diffame personne... Il rappelle simplement que, d'après plusieurs témoins, le premier mari de Marine Le Pen est un fêtard, à qui il peut arriver de s'amuser en tirant en l'air de puis les toits.

Signalons d'ailleurs que nous n'avons jamais cité son nom, pour protéger le nom complet des enfants de Marine Le Pen. Cette plainte, en revanche, expose de fait le nom de son premier mari, et donc celui de ses enfants.

C'est le seul point où le procureur n'a pas requis la relaxe. Il avait laissé ce point en suspens.

Alors faut-il faire appel ?

En appel, aucun témoin ne peut être entendu. Certains de ces témoins, cités dans le livre, sont poursuivis comme nous. En faisant appel, toute la procédure serait réenclenchée et nous leur ferions courrir le risque de ne plus être relaxés, sans pouvoir cette fois se défendre à la barre. Nous préférons les protéger.

Pour gagner sur quelques points futiles (comme le fait d'avoir cité les propos de Pierrette Le Pen au moment du divorce), nous risquerions de perdre sur d'autres points, bien plus essentiels, que nous avons gagnés: les conditions réelles qui ont valu au grand-père de Marine Le Pen d'être considéré comme "mort pour la France", mais surtout une gestion népotique, peu respectueuse du FISC et des règlements prévus pour lutter contre les conflits d'intérêts, et même le recours à des emplois fictifs.

Ce que nous avons gagné.

Le droit de dire :
  • que Marine Le Pen et Jean-Marie le Pen ont des liens avec un grand proxénète
  • que Jean-Marie Le Pen travestit l'histoire concernant son père et que sa fille aussi.
  • que Jean-Marie Le Pen a menacé de mort Fernand Le Rachinel, et même tenté de l'escroquer.

  • que Marine Le Pen n'a guère de problème à faire garder ses enfants par une assistante parlementaire censée travailler au Parlement européen.

 

En revanche nous ne dirons plus:
  • que le Front National a des liens avec le grand proxénétisme
  • que l'ancien mari de Marine Le Pen aime tirer sur les toits après une soirée

  • que les filles de Jean-Marie Le Pen ont été élevées dans le racisme et l'antisémitisme à partir de citations précises tirées de scènes de la vie privée rapportées par leur mère.

 

Voilà pourquoi, après avoir mûrement réfléchi, nous avons décidé de ne pas faire appel mais de continuer à nous battre sur notre terrain: non pas celui de la procédure mais celui de l'argumentation, par l'enquête et l'analyse. En préparant une édition définitive de notre livre, augmentée.

 

Nous tenons à remercier Le Procureur, qui avait demandé la relaxe du livre de façon très argumentée et qui a été bien entendu attaqué par le FN. Nous tenions à remercier nos avocats, sans qui enquêter sur le Front national deviendrait une mission impossible. Nous tenions à remercier nos éditeurs, pour leur confiance et leur soutien, constant. Les témoins qui ont accepté de prendre le risque d'être poursuivis par la famille Le Pen en nous parlant. Et surtout nous tenions à remercier nos lecteurs, de continuer à croire que certains livres sont nécessaires pour démasquer les stratégies de communication et d'intimidation qui fragilisent notre démocratie.

 

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Billet d'humeur Scandales-Affaires
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:02

De défaite en défaite, jusqu’à la victoire finale

 

Le philosophe britannique Quentin Skinner est certes un critique féroce du libéralisme thatchérien, mais il n’est pas pour autant un révolté contestataire. Il pointe cependant la maladie suprême des démocraties occidentales, critiquant leur manque flagrant de représentativité politique.

Il souligne : «Il faudrait que nos gouvernements se mettent à réfléchir au fait qu’il existe des limites à ce qu’ils exigent de leurs peuples et ce d’une manière relevant plus de l’intimation que de la volonté citoyenne.» Provocateur, cet historien de la pensée politique explicite : «Le peuple aujourd’hui ne possède aucun moyen pour obliger les gouvernants de simplement tenir leurs promessesIl s’agit d’une régression spectaculaire. Même à l’époque de la Grande Bretagne pré – démocratique, on reconnaissait le droit de chacun à exprimer son mécontentement auprès des gouvernants.»

Opposant la notion de liberté à celle du libéralisme, Skinner se penche sur les sources du quiproquo permettant de confondre ces deux notions. Du moins en ce qui concerne l’Etat et sa représentation occidentale. L’auteur d’un Machiavel magistral (Seuil, 1989), qui, par ailleurs, voit en la crise actuelle la victoire de l’Etat Nation qu’aucuns considéraient moribond, s’interroge: en quoi les pensées de Hegel, de Rousseau et de Hobbes ont-elles façonné une représentation d’un Etat synonyme du peuple qui l’habite? En quoi celles-ci ont permis la mise en place de représentations qui s’éloignent  - chaque jour un peu plus – du fait démocratique (Les fondements de la pensée politique moderne, Albin Michel, 2001)?

Sans aller jusqu’au fameux « élections piège à cons », il considère que le terme même de représentativité a été corrompu par l’idée «qu’un vote délègue un plein pouvoir», laminant avec le temps tous les mécanismes de contrôle intermédiaires et permanents. En déguisant les résultats à l’aide de systèmes électoraux qui défigurent ce résultat, cela permet à une minorité d’exercer les pleins pouvoirs, agissant non pas en fonction d’un mandat mais en fonction d’un projet non explicité préalablement. L’exemple le plus criard selon lui «est la révolution libérale thatchérienne, qui a radicalement changé l’Angleterre appuyée sur moins de quarante pour cent du vote populaire». 

En son temps, dans son ouvrage L’Etat, le pouvoir, le socialisme (PUF, 1978), le marxiste Nicos Poulantzas  avait anticipé cette «dérive corruptrice» en explicitant la montée d’une classe technocratique gestionnaire aussi bien de l’Etat que de l’économie qui, désormais autonome, s’opposera nécessairement aux structures citoyennes au lieu de les représenter. Les deux penseurs éloignés par le temps, leur formation/éducation et leur pensée politique arrivent cependant à la même conclusion. D’autant plus que Skinner conclut son interview avec Francisco Quijano (d’où sont empruntées ses dires) par un apophtegme très Poulanzéen : «L’Etat, dit-il, reste l’ultime préteur et l’ultime banquierIl continuera à émettre de la monnaie, à mener des guerres, à emprisonner les citoyens et à imposer des impôts.» Au profit de qui ? «Certainement pas du citoyen», répondrait Nicos Poulanzas.

Il est en effet impossible de comprendre, si l’on occulte l’«autonomie» de cette superstructure technocratique, pourquoi, au sein des pays occidentaux censés ne pas faire partie des Etats dirigés par une démoctature (comme la Russie ou  la cité - Etat de Singapour),  les revendications citoyennes sont à ce point bafouées. Pourquoi les élites dirigeantes sacrifient leurs propres peuples au profit d’un système financier qui, a maintes reprises,  a fait la preuve de son inefficacité? Pourquoi des mesures qui échouent depuis un quart de siècle un peu partout dans le monde sont toujours avancées comme les seules possibles?

Ce que les citoyens identifient à tort comme une injustice et une trahison de leur propre volonté serait en fait la conséquence d’une lutte qui n’oppose plus le monde du travail et celui du capital, mais celui des gestionnaires de l’Etat et de l’économie financière d’une part et les citoyens d'autre part, que ces derniers soient salariés, patrons de PME, fonctionnaires, paysans, etc. Bref, une très large palette de la représentation sociale et économique d’un pays. 

Ceci nous ramène effectivement aux deux exemple précités de pays régis par une démoctature, auxquels désormais les dirigeants occidentaux empruntent plusieurs éléments constitutifs de leur fonctionnement.

En effet, personne ne nie le fait qu’en Russie Poutine a recueilli  soixante pour cent du vote populaire. Mais personne ne peut non plus nier que la gestion mafieuse de la société et de l’économie, associée à des discours (et des actions musclées) nationalistes et nostalgiques, associés à une occupation policière du terrain et un muselage de l’opposition n’en sont pour quelque chose. Il en est de même pour la Colombie, le Mexique et bien d’autres pays.

Cependant, le cas de Singapour est encore plus criant : la société toute entière participe à une gestion policière de la société, tandis que la corruption s’est institutionnalisée par une augmentation des salaires du très large secteur (administrations, banques, justice, police, etc.), «intégrant les bénéfices de la corruption dont l’Etat – entrepreneur s’est octroyé le monopole.» Par ailleurs, très ouvertement, la classe politique s’affirme comme l’élite financière du pays.  Enfin, pour s’affirmer symboliquement, le pouvoir intervient de manière répressive dans tous les aspects de la vie sociale et condamne sévèrement tout ce qui lui paraît être une incivilité. C’est l’exemple le plus extrême de la victoire du libéralisme sur la liberté. Est-ce le chemin que prennent nos sociétés ?

La fameuse diversion (de tous les gouvernants) vers des enjeux imaginaires portant sur des «valeurs» est significative du chemin que prennent les élites pour asseoir leur pouvoir symbolique et chercher l’adhésion à la manière de Singapour. Les Etats-Unis, transgresseur toute catégorie des règles fondamentales régissant l’économie, la gestion des crises et la vie des Etats, ramènent à chaque élection le débat sur des sujets tels que l’avortement, le mariage des homosexuels, la Bible comme outil de la liberté d’entreprendre sans entraves, la prière à l’école, le bien fondé de la théorie de Darwin, entre autres.

Plus sophistiqués (mais pas moins violents), les débats européens ne sont pas en reste, cherchant là aussi clivages et passions propres à esquiver sur l’essentiel : pour paraphraser Hanna Arendt (elle aussi visionnaire), «dans les conditions modernes ce n’est pas la destruction qui cause la ruine, c’est la conservation, car la durabilité des objets conservés est en soi le plus grand obstacle au processus de remplacement dont l’accélération constante est tout ce qui reste de constant lorsqu’il a établi sa domination» (Condition de l’homme moderne, Calman-Lévy, 1961).

Dès lors, par exemple, que le gouverneur de la BCE, Mario Draghi, par une politique de crédit à taux marginal, permet aux banques de ne pas se débarrasser de leurs portefeuilles de la dette des pays du sud européens, il est accusé par les plus hautes instances de l’Allemagne d’être un faux monnayeur.L’objectif étant de vendre la dette à prix cassé aux fonds de pension et autres investisseurs, qui ont amassé, dans le but d'acquérir la mainmise totale sur ces pays, quelques six mille milliards d’euros. En guise de comparaison, la totalité de la dette grecque n'excède pas les trois cent milliards.

Mais l’enjeu ne réside pas là, il est dans les infrastructures, les avoirs de l’Etat et le coût du travail, c’est-à-dire l’intégration des élites politiques grecques à ce modus operandi et la déchéance de toute représentativité réelle de son peuple. Entre temps, Siemens impose un accord colonial à la Grèce, qui lui permet d’effacer, pour trois cent millions d’euros, l’ensemble des torts causés, pour cause de corruption, à l’Etat grec, lesquels se montent à plus d’un milliard et demi d’euros. Cet accord prévoit également la fin de toute poursuite envers tout citoyen allemand. Voici le vrai débat sur la moralité que l’on esquive à tout prix. 

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Economie Billet d'humeur
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 21:28

Nous reprenons ici le communiqué de l'UFAL.

 

L’Union des familles laïques soutient

toutes les formes de famille contre le cléricalisme réactionnaire

 

Par la « prière de l’Assomption » notifiée à tous les diocèses par Monseigneur Vingt-Trois, la conférence des Evêques de France, non contente de rappeler les « dogmes » (ce qui serait son droit), intervient explicitement dans la sphère publique en rappelant à l’ordre le législateur en matière de famille.

 

Une telle ingérence porte un nom : le cléricalisme. Elle renoue avec les traditions les plus réactionnaires, dont le « culte marial » a toujours été le vecteur (c’est Louis XIII qui a placé la France « sous le patronage de la vierge Marie » !).

 

L’Ufal constate que l’épiscopat français tente de ranimer, contre la majorité nouvellement élue, une guerre idéologique autour de la famille –comme il le fit en 1984 à propos de l’école. Il vise en même temps (Mgr Podvin, le 14 août, sur France-Inter) le droit de mourir dans la dignité, osant parler de « choix de civilisation » - comme si la « civilisation » pouvait être décrétée par quelques prélats, bien en retard sur leur siècle…

 

L’Ufal dénonce cette instrumentalisation politique d’un culte, qui :

  • prétend imposer à tous les catholiques l’opinion d’une poignée de dignitaires (non élus), et s’exprimer en leur nom –alors que, sur les questions sociétales (contraception, avortement, mariage, homosexualité…), de moins en moins de croyants obéissent au magistère ecclésial ;
  • stigmatise comme « requêtes particulières » les revendications d’égalité des droits des homosexuels, et identifie le « bien commun de la société » au seul mariage hétérosexuel ;
  • impose un modèle unique de famille : celle issue du mariage hétérosexuel sans divorce, et voue au malheur tous les enfants élevés autrement : familles monoparentales, couples divorcés, non mariés, homosexuels… soit aujourd’hui la majorité des enfants !

 

Association familiale laïque, l’Ufal n’a cessé de représenter au sein de l’Unaf (Union Nationale des Associations Familiales), dont elle fait partie, une conception républicaine et laïque de la famille. Pour nous, cela entraîne la reconnaissance de l’égalité entre toutes les formes de famille: mariées ou non, mono ou pluri-parentales, hétéro ou homo-parentales. Cela implique la défense des droits de chaque famille : droits économiques et sociaux, mais également droit à la dignité. Nulle forme de famille, fût-elle consacrée par un dogme, n’est plus respectable que les autres. Tous les enfants doivent recevoir protection, éducation, et aide matérielle, quels que soient les choix de leurs parents (homo ou hétéro-sexualité, mariage, PACS, concubinage, etc.), et les changements pouvant intervenir dans leurs rapports (divorce, séparation, non-reconnaissance…).

 

Torquemada serait-il revenu du royaume des morts ?

 

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Billet d'humeur
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 10:07

je m'interroge sur ce qu'est devenu l'islam, comme je m'interroge sur les autres religions ! On prête à André Malraux une réflexion  selon laquelle il aurait dit : " le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas". Cette déclaration n'a jamais été avérée.

 

Mais nous sommes entrés dans le XXI ème siècle ! Nous percevons, aujourd'hui, une déliquescence de la religion chrétienne, un foisonnement de sectes, surtout aux USA, à coloration ou d'inspiration chrétienne mais surtout "conservatrice" voire branchée "bankster" ou dit plus clairement préoccupées par la génération de profits. Exemples, parmi d'autres, la scientologie, l'Opus dei... Je ne connais guère le boudhisme, mais je suis assez sensible à une philosophie plutôt pacifiste.

 

Notre culture européenne a reçu toutes les influences : celles du monde ancien, celles du monde antique, du judaïsme, des débuts du christianisme, celles des celtes et des vikings... celles du monde musulman  aussi.

 

Quand des musulmans brûlent les textes sacrés de leur religion (Mali) , détruisent les sites vénérables, cela  nous conduit à réfléchir sur la rage qui anime ces "croyants". Quand les israélistes intégristes nient les besoins de reconnaissances des palestiniens, ils entretiennent les rages respectives. Probablement que certains marchands d'armes opportunistes se frottent les mains. 

 

Chez nous, les discours, de plusieurs hommes et femmes politiques de droite et d'obédience chrétienne conservatrice, attisent le feu entre les  communautés. Jusqu'où cela peut-il conduire ? Notre monde va-t-il finir par réinventer les croisades ?

 

En définitive, la séparation des "églises" et de l'Etat est surement la meilleure mesure que la République ait pu inventer.

 

Erwan MARIE

PRG29

Repost 0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 10:01

Dés fois c'est un régal de lire,

d'écouter les déclarations

de certains parlementaires de droite.

 

Xavier Bertrand, le calamiteux : Si la gauche l'emporte, il y aura légalisation du cannabis... Bon et alors ! D'une part, ce n'est pas dans les prévisions du gouvernement Ayrault, et d'autre part, le premier à en avoir parlé ce n'est pas C. Duflot mais Jean-Michel Baylet du PRG. Bien évidemment la droite bornée n'a même pas envisagée d'étudier les tenants et aboutissants d'une telle proposition. Ils sont tellement enfermés dans leur idéologie répressive qu'ils se mettent en boucle : répression, régression.

Et si on faisait comme eux ?  Si la droite l'emporte, ils réinventeront les galères... Bien sur, c'est idiot. 

 

Gilles Garrez, le petit rapporteur  : "...  on arrive à un chiffre éloquent : un mois de décisions socialistes, c'est 20 milliards de dépenses publiques supplémentaires d'ici cinq ans". Sauf que c'est largement faux et que, à son habitude et mis particulièrement en évidence lors des présidentielles, la droite tord les chiffres et les données. 

Et si on faisait comme eux ?  Même pas besoin !  Il suffit de prendre les chiffres officiels  la droite nous laisse depuis quinze ans 1600 milliards de fraudes fiscales, 20 milliards de défaut de budget (sources Bruxelles) et ...

 

Et Fillon le donneur de leçon discount : lui, nous laisse 600 milliards de dettes. Bravo la droite incompétente comme l'ont dénoncée les journalistes du Point dans le livre les oligarques incompétents...

 

Erwan MARIE

PRG29

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Billet d'humeur Elections
commenter cet article