Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 07:40

Passez de bonnes vacances, profitez en bien.

 

 

L'automne risque d'être rude et l'hiver pire peut-être. Les nuages noirs de la crise s'amoncellent de nouveau. C'est le moment de prendre le temps de réfléchir à notre avenir.

 

La crise grecque a déclenché le compte à rebours d'une probable nouvelle étape de la crise en Europe aux conséquences  dramatiques pour l'ensemble des citoyens européens et pas seulement les citoyens grecques. Le Portugal, l'Espagne, l'Italie, la France, la Grande Bretagne, l'Irlande, l'Islande vont s'enfoncer dans le marasme.

 

Les "hedge funds", les spéculateurs de tout poil, se dépêchent de gratter tout ce qu'ils peuvent sur le dos de la Grèce. Les agences de notation au service de la spéculation, quoiqu'en disent certains de nos beaux esprits… accélèrent le processus de dégradation. La France va y avoir droit .

 

Le Pétrole se raréfie, son prix augmente, les pays producteurs n'envisagent pas d'accroître leur production et les raisons sont multiples. Les groupes pétroliers se dépêchent d'engranger des bénéfices car ils prévoient une baisse sensible de la demande comme celle de l'offre.

 

Au bout de la chaîne le citoyen va trinquer. 

 

Des économistes, que l'on n'entendaient plus tellement, osent aujourd'hui remettre ouvertement en cause l'euro. Certains prévoient l'explosion de l'euros ou la sortie de l'euro, c'est selon, pour certains pays. D'autres encore, évoquent la fissuration de l'Europe, voire son éclatement. Les hommes politiques ont, en la matière, une responsabilité considérable. L'actuel Président de la commission n'a pas été à la hauteur. Le non respect des votes référendaires contre le traité de Lisbonne a fragilisé encore plus la perception de l'Europe, ses enjeux historiques à long terme, auprès des citoyens. Les radicaux de gauche sont en faveur d'un fédéralisme européen. Il va falloir être pédagogue en la matière et le projet d'une Europe Fédérale ne pourra pas s'appuyer sur des choix uniquement portés par les concepts de l'économie libérale.

 

En effet, la parole se libère et les bilans des économies libérales sont désormais jugés déplorables. Le libéralisme tatchérien, reaganien, celui de Bush a écrasé des millions, des milliards d'individus plus sûrement, pour que quelques uns "s'empiffrent". La démonstration en a été faite.

 

Peut-on réellement proposer un programme "plan-plan" pour les présidentielles ? Cela n'a plus de sens. Stéphane Hessel dans son opuscule "Indignez-vous" rappelait le travail du Conseil National de la Résistance MAIS surtout l'esprit qui conduisait les travaux des citoyens en charge de la reconstruction de notre pays, il y a soixante cinq ans. On s'est gaussé de lui. La comparaison cependant est raisonnable.  Après la destruction : de notre économie, de notre organisation sociale voire institutionnelle par la droite ringarde et revancharde, de notre structure industrielle, il faut reconstruire. Il va falloir que les hommes et femmes politiques proposent des pistes, des orientations  "radicales" au sens plein et entier du terme.

 

Encore une fois, le bilan des Fillon, Sarkozy et de leurs affidés est catastrophique, la déstructuration : de la société, des liens sociaux,  des solidarité, les incertaines aventures militaires, la faillite du bilan des actions sécuritaires, la destruction de l'industrie, tout cela est patent.

 

Mais, Il ne s'agit pas de s'inscrire dans un quelconque réflexe de révolte face au changement. Non ! La droite et, trop souvent,  le milieu patronal agitent ce chiffon rouge, ils ont faux. Ils se sont trompés et s'accrochent à leurs choix erronés, à leurs prébendes et à leurs nombreuses niches fiscales . La réalité est que la nation n'a pas cessé de se transformer depuis toujours. Les français ne sont pas rétifs au travail  ; ou alors comment explique-t-on les remarquables résultats de notre pays en terme de productivité ? Aujourd'hui le constat est clair. La droite n'a pas de vision , elle est déconnectée des français.

 

On comprend alors qu'une  Marine Lepen s'abîme dans une ferveur nationale-socialisante, au bout du compte anti-française. On comprend que quelques uns de nos compatriotes s'égarent. Mais il faut nommer l'Hydre venimeuse de la haine que représente l'idéologie frontiste et celle de la "droite populaire" de l'UMP.

 

Aujourd'hui ,14 Juillet, les Radicaux de Gauche le disent : de nouvelles bastilles sont à prendre.

 

Bonne fête nationale à tous et à notre pays

 

Yves MARIE

PRG29

Repost 0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 20:43

MERCREDI 13 JUILLET 2011

 

La gauche solide

 

J'ai décidé d'être candidat à l'élection primaire où la gauche a rendez-vous avec le pays, les 9 et 16 octobre prochains.

 

Je le fais à la demande des instances du Parti Radical de gauche, mais aussi avec la plus ferme détermination personnelle.

 

Je le fais avec une très grande humilité en raison de l'importance de l'enjeu mais avec la plus grande fierté des valeurs radicales qui ont irrigué et nourri la République depuis si longtemps.

 

Par cette candidature, j'entends défendre le principe de justice qui est au cœur de la pensée radicale notamment par :

[-] L'exigence d'une authentique laïcité républicaine

[-] La lutte audacieuse pour l `égalité sociale et fiscale

[-] La marche déterminée vers l'horizon fédéral européen

[-] La moralisation, spécialement monétaire, de l'économie globalisée

[-] La sauvegarde des équilibres naturels de notre pays, de notre continent et de notre planète

[-] Le combat incessant pour l'égalité hommes femmes et contre le racisme, la xénophobie et l'antisémitisme.

 

Ma candidature n'est donc dirigée contre aucune personne ni aucune formation de gauche. Elle est, au contraire, une contribution à la victoire de la gauche par la représentation de tous les citoyens épris de progrès qui ne se sentent pas représentés dans le jeu politique actuel.

 

C'est dire que ma candidature n'est pas plus le résultat d'un quelconque calcul tacticien. Aucun radical ne peut être contraint de faire allégeance à un autre candidat de gauche. Je pense en particulier au Parti socialiste qui a renouvelé les accords électoraux anciens noués avec le Parti Radical de Gauche. Il serait puéril et inefficace de croire qu'un chantage mené à propos de ces accords pourrait dissuader les radicaux de leur volonté unanime d'une expression politique autonome.

 

J'en appelle donc au sens des responsabilités de chacun en soulignant qu'hors le rendez-vous civique des 9 et 16 octobre, le PRG ne peut évidemment être tenu par le calendrier préliminaire ou les modalités de candidature fixées à titre interne par le PS.

 

Dès fin août, je publierai le programme d'actions spécifiques des radicaux de gauche et je dis à tous nos

concitoyens attachés à la justice, à l'équité, à la solidarité et à l'équilibre d'un pays enfin réconcilié avec lui-même que nous répondrons à leur attente. Je leur fais confiance pour nous aider à faire renaître l'espérance.

 

http://www.planeteradicale.org/Declaration-de-candidature-de-Jean.html

<http://www.planeteradicale.org/Declaration-de-candidature-de-Jean.html>

 
Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Actualités du PRG National Elections
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 07:46

Commençons le débat...

 

Aujourd'hui nous savons pratiquement quels seront les candidats aux primaires. Martine AUBRY, François HOLLANDE, Ségolène ROYAL,  Jean-Michel BAYLET (du parti radical de gauche), Manuel VALLS et Arnaud MONTEBOURG s’aligneront sur la ligne de départ sans qu’il soit acquis que tous iront jusqu’au terme du processus de la primaire devenue une primaire socialo-radicale de gauche.

Ensuite, quelle situation s'offrira à nous les citoyens de gauche? 

- Pour les radicaux de gauche, la discipline de vote et la solidarité à leur président devraient garantir des voix à Jean-Michel BAYLET. Encore que !  Comme le dit lui-même le président du PRG : "la discipline avec les radicaux ce n'est pas simple...".

- Les sondages donnent : François HOLLANDE devançant Martine AUBRY, celle-ci refaisant son handicap progressivement. Les autres prétendants étant relégués assez loin derrière. Premier enseignement, il va y avoir de la dispersion de voix à gauche lors de ces primaires. Cela peut-il laisser des traces ? A la réflexion probablement pas, lors des élections présidentielles à venir. De ce côté de la gauche socialo-radicale on peut présumer que les militants serreront les rangs. Après ce sera une nouvelle histoire.

- Le front de gauche : Les organisations fondatrices du Front de gauche ; Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire, et les trois organisations qui sur la base d’un accord stratégique et programmatique ont décidé de participer à l’évolution du Front de Gauche, à son élargissement et à son enracinement populaire et citoyen ; La Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique(FASE), Convergence et Alternative et République et Socialisme . se retrouvent avec  Jean-Luc MELENCHON, qui a su capter l'héritage communiste et ralliera les électeurs séduits par la véhémence parfois compréhensible de ce nouveau tribun.

- Dans la mouvance gauche souverainiste (?) la candidature de Jean-Pierre CHEVENEMENT agrandira le panel de choix. Il y a une certaine proximité  avec des thèses de Ségolène ROYAL.

- Chez le NPA, Nouveau Parti Anticapitaliste, plutôt extrême gauche, le  candidat sera Philippe POUTOU, sauf que le parti ne va pas bien.

- Après ce sont les extrêmes qui se présentera et quel score possible ?

- A droite et au centre, la situation se décante très, très lentement. Certes l'UMP a déjà son candidat auto-désigné. Après, que vont réellement décider les Jean-Louis BORLOO, Hervé NOVELLI, Dominique De VILLEPIN face aux attaques sournoises de l'UMP (Celle-ci  semble avoir repris, à son compte, les bonnes vieilles méthodes en usage chez les Républicains US : intimidation, pièges à rats et rumeurs) et à l'extrême droite Marine LEPEN défendra les mannes frontistes. Par ailleurs, Nicolas DUPONT-AIGNANT, du Parti républicain et gaulliste indépendant entend faire entendre la voix des gaullistes.

- A droite François BAYROU, du Mouvement Démocrate s'essaye à construire  avec Jean ARTHUIS de l'Alliance Centriste un ralliement du centre droit, dont François BAYROU serait le leader naturel.

- Les écologistes, où les placer ? Ils sont à n'en pas douter les gagnants de cette première partie du tournoi présidentiel. D'abord il y a eu Fukushima, ce n'est pas neutre dans l'imaginaire des citoyens du monde. Ensuite, parce qu'ils ont démontré la validité du principe "radical de gauche" de la primaire ; ils envoient Jean-François COPE et Claude GUEANT et leurs pitoyables manoeuvres dans les cordes ; ils sont en train de choisir une femme Eva JOLY, et en plus ils vont, peut-être réussir, c'est ce que l'on peut souhaiter pour la démocratie, l'APRES-PRIMAIRE, à savoir se retrouver. Ce sera à regarder avec attention.

Les programmes :

Ils sortent des cartons, le programme du PS existe, le PRG a déjà le sien de prêt. Les Ecologistes avanceront le leur, la droite UMPiste  a présenté le programme préparé par le milieu patronal  (a en croire une partie de la presse). Le programme frontiste a déjà du plomb dans l'aile dans les domaines socio-économiques. Cette période va devenir intéressante car les programmes vont être ajustés, pour convaincre, séduire (?) les citoyens. Le débat  pour la France s'annonce, mieux il commence.

 

Jean-Pierre Bernard

PRG29

 

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Actualités du PRG National Elections
commenter cet article
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 17:19

Bonjour les bouchons. Restez cools et relaxez vous.

Repost 0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 20:20

Agir pour le changement.

Attention, peuple français ! Cette semaine, nous allons pénétrer dans les hautes sphères des élites mondialisées en faisant fi de vos problèmes quotidiens, après tout, c’est devenu une habitude.

 En effet, le fait que Dominique Strauss-Kahn ne soit pas un modèle de vertu n’étonnera personne, il ferait même de l’ombre à notre Président rolexisé ; mais dire aux Français, le plus vieux peuple politique du monde que vertus privées sont la garantie des vertus publiques, c’est juste un affront. Alors non ! La politique, ce n’est pas l’application de la bonne morale dans la vie de la société mais c’est un projet, des idées, une vision.

Précisément tout ce qui manque à Christine Lagarde pour diriger le Fond Monétaire International, le bon soldat du libéralisme économique, la poupée de chiffon des Américains ne sera qu’un pion toujours plus avide de vampiriser les Pays en voie de développement en leur réduisant leurs dépenses sociales, eux qui n’ont eu qu’un seul tort : faire confiance au bras armé de la mondialisation la plus agressive qui soit.

Certes, DSK n’a pas changé le monde à la tête du FMI mais il profitait d’une autonomie intellectuelle que Christine Lagarde n’aura jamais ; mais pour représenter la fameuse "Madame Dugenou" (1), il faudra une alternative indispensable pour convaincre les Français. Que la classe politique puisse sortir de son cocon douillet pour se rapprocher de nos considérations à tous, ce n’est pas qu’un espoir naïf ou  une illusion utopiste, c’est possible grâce à un principe simple : agir pour le changement.

JRG29

(1)  "Madame Dugenou" est un personnage créé par François Hollande pour représenter le français moyen, il avait déclaré : " que le but d'une campagne présidentielle était de réussir à convaincre "madame Dugenou".

Repost 0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 07:06

Le Parti Radical de Gauche a acté mardi le "principe d’un accord national avec le PS en vue des élections sénatoriales et de la participation de ce parti" à la primaire pour la présidentielle.

 

Dans un communiqué le Bureau national du PS, qui s'est réuni mardi, déclare : "Cet accord, en vue du rassemblement le plus large et le plus efficace de la gauche dans la perspective de l'élection présidentielle, engagera nos deux formations dans l’ensemble des départements dont les sénateurs sont renouvelables en septembre 2011".

 

PRG et PS "présenteront des listes communes aux sénatoriales 2011 dans l’ensemble des départements", selon le communiqué qui assure que sept places pour des candidats PRG seront réservées dans l'Isère, le Pas-de-Calais, Paris, le Nord, la Loire, la Seine-Saint-Denis et les Hauts-de-Seine.

 

Le PS relève que "le PRG a, dans les Hautes-Pyrénées et le Lot, deux sénateurs sortants". Le PS s’engage à soutenir, dès le premier tour, les candidats désignés par le PRG dans ces deux départements. "Dans les Hautes-Pyrénées, la présentation des deux candidats se fera sur une liste unique".

PRG29

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Actualités du PRG National Elections
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 12:50

Qu’entendons-nous ?

 

Le capitalisme nettoyé, corrigé, réhabilité succédera, promettent les libéraux, au capitalisme ! Autrement dit, la crise est finie, ou presque. Et, moyennant quelques injections d’argent (public) aux points névralgiques (privés et financiers), tout va bien sûr recommencer. Septembre 2008 n’aura été qu’un mauvais accident.

 

Le marxisme est de retour ; les trompettes ont sonné autour d’un capitalisme fatigué, déjà à terre. « Marx a eu raison ! » proclame-t-on à gauche de la gauche. Vient le moment où le capitalisme est dévoré par lui-même ; il succombe à ses propres excès plus qu’aux coups donnés par ses adversaires. La logique matérialiste doit être remise en lumière. Une nouvelle approche des thèses initiales devient possible.

 

L’écologisme, après un demi-siècle de batailles éparses mais répétitives, finit par se faire une place dans l’espace politique. La peur du lendemain environnemental, énergétique, climatique, est bonne conseillère. Le capitalisme et le marxisme ayant démontré leurs limites, étalés leurs échecs. Le sort de la planète est en question. L’écologisme serait « la » réponse !

 

Personne ne peut nier la pertinence de ces raisonnements, ni les balayer d’un revers de la main ; même si les uns et les autres ont le triste parfum du « c’était mieux avant » ou « ce serait tellement mieux si… »

 

 

Que constatons-nous ?

 

Qui peut prétendre que le capitalisme n’a pas de capacité de rebondissement alors qu’il l’a prouvé à d’autres périodes ? Ses défenseurs détiennent de nombreux leviers pour s’y atteler ! Il sont déjà commencé. Avec les banques et les institutions financières béquillées par des plans de relance, des groupes d’entreprises pratiquant la grande lessive, en particulier sociale, une presse fermement tenue en main, des mesures d’assainissement partielles pour éloigner des moutons trop noirs et réguler en conséquence.

 

Le capitalisme tente de s’adapter à une mondialisation corrigée a minima mais toujours marchandisée et financiarisée. Nous serions naïfs de ne pas le comprendre. Pour autant, la crise du capitalisme n’est pas circonscrite à la catastrophe financière de l’automne 2008. Enron, Parmalat furent les premiers symptômes du dérapage de ce système.

 

Depuis plus longtemps encore, les dégâts du « progrès » d’une mondialisation libérale et capitaliste s’accumulaient dangereusement et durablement : crise de la faim dans le monde, de l’énergie et des matières premières, du climat, et plus généralement de l’environnement… La chute du mur de Berlin a surtout entamé l’édifice capitaliste. Qui pourrait alors s’étonner de la résurgence d’un marxisme jusque là pollué par un enlisement douloureux à l’est de l’Europe ? Car, débarrassé de ses scories, « l’outil » marxiste, apparaît lui aussi rénové. Il promet de pointer les défauts majeurs du capitalisme et surtout de relancer une réflexion politique sur les voies collectives d’une croissance matérielle à mieux partager. Mais il reste difficile d’imaginer les traductions modernes du marxisme, sans penser au risque d’un retour progressif au « tout Etat » avec les rigidités bien connues qui vont avec. Alors l’écologie apparaît comme une troisième voie, un centrisme planétaire, assurant le respect des équilibres naturels au profit de toutes et tous.

 

Comment rejeter l’idée qu’il serait temps de redevenir les « amis de la Terre » ? La brutalité des dangers qui menacent l’air, la mer, la terre, la flore et la faune… est trop évidente pour ne pas voir dans l’écologie une façon de concilier création de richesses et respect des environnements. Mais il faut aussi observer les fortes divergences existant entre les partisans de la décroissance et ceux d’une autre croissance ; et noter combien la saine obsession de remettre en ordre l’environnement place trop souvent la justice sociale à la remorque.

 

Que répondons-nous ?

 

Il faut sortir du triangle étouffant « capitalisme-marxisme-écologisme ». Il n’est plus acceptable de laisser un thème ou un objectif dominer les autres. C’est ce que font les Radicaux en présentant leur propre programme « Faire Face » plaidant pour une croissance plurielle, sociale, civique, environnementale autant qu’économique. Ce programme, issu des contributions des Fédérations du PRG et des débats de La Rochelle, n’est qu’une étape. Il est soumis dès maintenant, aux réactions, avis, autres propositions des forces citoyennes qui voudront bien s’en emparer.

 

Ainsi, pour sortir du triangle Capitalisme, Marxisme, Ecologisme, se forgera une voie appelée… radicalisme.

 

 

Thierry Jeantet

PRG

Vice-président chargé de l’Atelier et du Programme

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Actualités du PRG National Elections
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 18:08

Il s'appelle Hermman Fuster, il a "fortement agrippé"  le président de la République. Il a été" fortement" maîtrisé par les agents de sécurité de la ville avant d'être mis en garde vue et jugé en parution immédiate aujourd'hui au tribunal d'Agen. Il a écopé de six mois de prison avec sursis et trois ans de mise à l'épreuve avant de ressortir libre du tribunal. Le grand ami de Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin,  a déclaré (le Monde du 1/07/2011) : "Ce sont les vicissitudes de la vie politique, que je sache, et fort heureusement, la République n'a pas été mise en danger."

 

Ce qui est remarquable c'est que dans une ville, plus ou moins vidé de ses habitants, quadrillée par des centaines de force de police et gendarmerie, les propres services de sécurité de la présidence de la république n'ont pu empêcher cela. Il va y avoir des mutations...

 

Ce qui est également remarquable c'est que  spontanément des gens se sont déclarés prêts à soutenir cet individu, laissant entendre qu'il a réalisé le voeu secret de bien des français.

 

Cela dit, on peut détester Nicolas Sarkozy, en revanche c'est un citoyen, qui plus est Président de la République et sa fonction impose de le respecter. De plus la violence qu'elle soit physique ou verbale n'est sûrement pas la solution. 

 

Mais l'exemple ne devrait-il pas venir d'en haut ? Enfin il devrait...

 

Jean-Pierre Bernard

PRG29

 

Voir ci-dessous 

http://www.youtube.com/watch?v=-dFEVv2XGEg&NR=1

Repost 0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 11:04

Les pays "riches" ont décidé d'élire Madame Lagarde, comme directrice du Fonds Monétaire Internationale au lieu du candidat mexicain -représentant d'un pays émergeant. Soit ! Après tout, il est probable qu'en terme de compétence théorique ces deux là se valent.

 

Le choix de Christine Lagarde  surprend tout de même, certes elle a vécu le déroulement de la crise, qui n'est il est vrai pas encore résorbée ; mais honnêtement on s'interroge : quels sont les grand dossiers qu'elle a menés à bien? Passons sur les nombreuses gaffes, rapportées ici et là par les médias dues à sa méconnaissance du monde politique (C'est ce qu'on lit sous la plume des éditorialistes). Encore que les casseroles judiciaires accrochées récemment ne sont pas innocentes. Elle sera revenu chers aux petits et moyens contribuables français. Pour les gros...

 

Probablement pense-t-elle et le FMI avec elle, qu'elle va bénéficier d'une immunité de fait. Et qu'elle pourra passer au travers de toutes ces avanies que des "jaloux ?" lui préparent. Peut-être.

 

Sur le fond, le FMI hérite  d'un "pur produit bling-bling libéral tendance dure". Cela va rassurer les marchés et probablement les anglo-saxons, ah ! oui et elle parle bien l'anglais paraît-il ! Il n'est pas certain que les pays en difficultés soient rassurés. Il est difficile d'imaginer que cette femme puisse faire son aggiormento et permette de réviser les orientations ultra-libérales du monde anglo-saxon qui ont conduit le monde à la faillite.

 

La page DSK est donc désormais tournée pour le FMI, provisoirement ou durablement? Restons optimistes même si le constat d'aujourd'hui est : sur le fond peu de lignes ont bougé dans la finance et le monde économique.

 

Yves MARIE

PRG29

 

 

En marge et à propos du remaniement Ministériel et de la nomination de Baroin aux Finances, cette petite phrase assassine sur Christine Lagarde  dans un article du Monde d'aujourd'hui :

" Un proche du président balaie l’argument : « Depuis trois ans, le véritable ministre des finances est Xavier Musca, secrétaire général de l’Elysée. Christine Lagarde n’était que porte-parole. Alors il n’y a pas de problème pour la politique de la France ».

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 08:51

Les radicaux de gauche, critiquent, réfléchissent, débattent. Il construisent une pensée républicaine au service de l'intérêt général, au service des citoyennes et des citoyens. Si ils paraissent si attachés à la Laïcité au sein de la République c'est qu'ils savent bien, l'histoire leur a enseigné, que c'est le moyen le plus sûr de garantir les libertés individuelles et défendre les valeurs de notre pays ; Liberté , Egalité, Fraternité. Un triptyque, qu'il faut sans cesse défendre, surtout depuis ces dernières années...

Nous commençons aujourd'hui la publication du support programmatique du parti Radical de Gauche intitulé : Mondialisation , crises, mutations ; Faire Face ! Remises en chantier  ces réflexions vont nourrir les débats au sein du PRG, de ces instances nationales, régionales, locales.

 

 

Une  alternative à gauche

 

Crises financière, économique, énergétique et alimentaire mondiales, remise en cause du « modèle français », démantèlement des services publics, creusement des inégalités, Europe en panne, menaces sur l’environnement, bouleversements liés à la mondialisation... Les défis ne manquent pas pour qui désire s’impliquer dans l’action publique.

 

Deux décennies après la chute du Mur de Berlin et la prétendue « fin de l’Histoire », l’heure est enfin à la critique du mythe d’une économie ultra-libérale autorégulée, modèle économique menaçant jusqu’à la pérennité de notre planète.

 

Las, au-delà des déclarations d’intentions et des « réformes d’affichage », on constate que le renversement de paradigme n’a pas eu lieu, faute d’une réelle gouvernance économique mondiale.

 

La crise, si elle a ébranlé l’édifice capitaliste, nous a confortés dans notre conception d’une économie libérale mais fermement régulée. Pour les radicaux, l’économie doit être au service de l’Homme. Ni « tout Etat », ni « tout marché », nous devons rechercher une synthèse entre l’individu et le collectif.

 

A une époque où d’aucuns privilégient les questions de personnes, le PRG a souhaité réinvestir le champ des idées. Face aux bouleversements actuels, il ne s’agissait pas de recourir à de vieux remèdes éculés et devenus inefficaces, mais d’inventer de nouvelles solidarités, de nouvelles régulations. En d’autres termes, sortir des sentiers battus, innover.

 

Je me souviens d’un ancien slogan de l’époque où le MRG était présidé par Robert Fabre : « Audace et bon sens », voila deux maîtres mots qui ont présidé à l’élaboration de ce projet.

 

Les radicaux de gauche ont donc décidé de mettre à jour leur réflexion politique. Afin de mieux comprendre les contours de ce programme, il est utile de revenir sur sa genèse. Ce projet, nous l’avons envisagé comme un ouvrage collectif, c’est une habitude chez les radicaux. Il est le fruit d’un double mouvement, initié à la fois par l’Atelier et les fédérations.

 

Il faut, tout d’abord saluer le travail d’animation, de collecte et de synthèse de Thierry Jeantet, Vice-président en charge de l’Atelier, épaulé par Claudette Brunet-Lechenault pour le volet européen.

 

Ce projet fut également élaboré grâce à l’implication des forces vives d’un parti qui n’en manque pas. Plus de quatre-vingt contributions sont parvenues des fédérations radicales, souvent le fruit d’un véritable travail de réflexion, menée au niveau local et départemental qui alimentent notre corpus de l’expérience de militants et d’élus de terrain. Ce projet fut ensuite débattu et amendé, lors de la Convention Nationale de La Rochelle, en mars 2009, dans des ateliers présidés par Claudette Brunet-Lechenault et François-Xavier Perrault, Sylvia Pinel et Roger-Gérard Schwartzenberg, Thierry Jeantet et Jeanine Dubié, que je veux remercier pour leur collaboration, ainsi que les membres des JRG, associés à ces ateliers.

 

Les sources de ce document sont donc nombreuses et d’origines variées. Ce programme est, au final, imposant car il ambitionne d’embrasser tous les thèmes, toutes les questions posées par notre époque. Il n’est cependant pas un dogme et ne doit pas être perçu comme un catalogue exhaustif, mais plutôt comme une boîte à outils conceptuelle pour appréhender le monde. Venez y piocher des idées, des argumentaires, des propositions, des positionnements, utilisez-le, emparez-vous de son contenu. A vous de le faire vivre.

 

Humaniste, solidaire, laïque, garante des libertés, juste, voila la République telle que nous ambitionnons de la construire. C’est au confluent de ses valeurs que naît le radicalisme.

 

Ce document montre qu’il existe une gauche attachée aux libertés mais aussi à la solidarité, une gauche qui encourage l’économie et l’entreprise si ces dernières sont clairement régulées, en d’autres termes une gauche de l’individu responsable et solidaire. Une gauche réformatrice, pragmatique et ambitieuse. Une gauche qui aspire à républicaniser la France, l’Europe et les institutions internationales.

 

 

Forts de ce programme, modernisons la gauche, proposons une alternative pour préparer l’alternance.

 

 

Jean-Michel Baylet

 

Président du PRG

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Actualités du PRG National Elections
commenter cet article