Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 15:28

Le malheur arabe

 

Samedi 07 Novembre 2015 à 19:45

Jacques Julliard pour Maranne.net

 

 

Le malheur arabe s’est mis en marche en Syrie. Et il est prêt à tout faire pour échapper à ses bourreaux. Tout faire, c’est-à-dire prendre la fuite. Ce serait une lourde erreur que d’imaginer que les Syriens qui frappent en rangs serrés à toutes les frontières de l’Europe, ne font que tenter d’échapper provisoirement aux bombardements et à la guerre.

 

Et si l’on arrêtait de se raconter des histoires ? Si les « réacs », Front national en tête, arrêtaient de faire croire que l’on pourrait stopper le flot montant des migrations vers l’Europe, à coups de frontières fermées, de murs de barbelés et de troupes en armes ? Et si les bien-pensants de la gauche morale arrêtaient de nous faire croire qu’un tel afflux est en toutes circonstances une « chance pour la France » ? Si les uns reconnaissaient qu’un tel barrage est impossible, les autres, qu’un afflux massif coûterait très cher ? Je demeure stupéfait, et même épouvanté, devant l’incapacité des milieux dirigeants face à une situation nouvelle de faire autre chose que la répétition de leurs rengaines et d’anticiper sur la situation qui se profile à l’horizon.

Le fait nouveau, c’est le malheur arabe. Ou plutôt, car ce malheur date de plusieurs décennies, que ce malheur s’est mis en marche. Etre arabe aujourd’hui, à des degrés divers et sous des formes différentes, c’est être dominé, manipulé, abêti, méprisé, formaté, embrigadé, écrasé, et pour finir emprisonné, torturé, massacré par les deux dictatures qui règnent à tour de rôle dans la même aire géographique, la dictature militaire et la dictature islamiste. Elles se combattent à mort, mais elles sont complices pour entretenir le peuple dans un état d’infantilisme et de minorité perpétuel.

Excuser la dictature militaire parce qu’elle protégerait les populations du fanatisme religieux, c’est oublier que c’est justement cette dictature qui alimente les progrès de ce fanatisme. Traiter avec indulgence l’islamisme radical sous prétexte qu’il serait la « religion des pauvres », ce serait excuser le national-socialisme sous prétexte qu’il était, parmi d’autres, le parti des ouvriers allemands. Je ne sais, de ces deux dictatures, laquelle est la pire ; je ne sais où est le moindre mal. Ou plutôt si : dans mon for intérieur, je pense que la pire est la dictature religieuse ; d’abord parce qu’elle est la plus longue, la plus difficile à éradiquer ; mais surtout parce qu’elle ne se contente pas des horreurs de la contrainte étatique ; elle exige de ses victimes un consentement actif, une adhésion de l’âme.

Le malheur arabe, disais-je, s’est mis en marche en Syrie. Il est prêt à tout faire pour échapper à ses bourreaux. Tout faire, c’est-à-dire prendre la fuite. Ce serait une lourde erreur que d’imaginer que les Syriens qui frappent en rangs serrés à toutes les frontières de l’Europe, ne font que tenter d’échapper provisoirement aux bombardements et à la guerre. C’est la Syrie elle-même qu’ils fuient de façon définitive. Voyez ces enfants, ces bébés parfois à qui leurs mères ont mis leurs meilleurs habits avant d’affronter la mer, la tempête, la boue des chemins qui mènent à l’exil et à la délivrance. Le petit Aylan avait des baskets neuves. Ecoutez les pères : ils ne parlent guère de leur retour en Syrie, mais de leur volonté de refaire leur vie en Europe et de donner une bonne instruction à leurs enfants. Il n’y a pas de billet de retour sur les rafiots des boat people.

Si cette analyse est exacte, alors il faut considérer l’exode syrien comme la première étape d’un processus appelé à durer des années et à concerner toujours plus directement la France qu’il ne l’a fait jusqu’ici. Que se passera-t-il le jour où Bouteflika, cette momie qui prolonge en Algérie les incertitudes d’une veillée d’armes, passera de la mort virtuelle à la mort déclarée ? Il est à craindre que la lutte entre l’armée et les islamistes radicaux ne reprenne de plus belle, avec une férocité redoublée. Cette lutte, que le pays a déjà connue une première fois, faisant quelque 200 000 morts, se déroulerait à quelques centaines de kilomètres de notre côte méridionale. Nous nous sommes jusqu’ici assez bien accommodés du chaos libyen parce que les fugitifs avaient pour première destination l’Italie, qui pourtant n’a cessé de crier à l’aide dans le désert européen. Demain, c’est la France qui serait en première ligne.

Encore n’ai-je rien dit de ce qui se passerait en Egypte si les Etats-Unis et l’Arabie saoudite cessaient brusquement de soutenir à bout de bras un pays exsangue de plus de 80 millions d’habitants. Je n’ai pas de solution toute prête. Je voudrais seulement que l’on tire les conséquences de ce qui se déroule sous nos yeux.

D’abord en cessant de faire de la question des migrations un instrument de politique intérieure sans rapport avec la situation réelle et encore moins avec des solutions concrètes. Aux politiques, c’est demander l’impossible, mais la population française doit répondre par une sagesse indomptable à l’imprévoyance et à la démission permanente de ses dirigeants.

Et à la jobardise de ses intellectuels. Le communautarisme, c’est-à-dire la juxtaposition sur un même territoire de populations de plus en plus diverses par l’histoire, la langue, la culture, la religion, est lourd des guerres civiles de demain. Or, la politique poursuivie à l’école depuis des années ne va pas dans le sens d’une homogénéisation indispensable des diverses composantes de la population. Oui, plus que jamais, la mission de l’école est d’intégrer. A force d’insister sur l’identité de chacune de ses composantes, on a fini par perdre de vue l’identité de la nation elle-même. De grâce, ne nous racontons pas d’histoires : la seule garantie véritable de la paix entre les citoyens, c’est l’existence d’une culture commune, voulue par tous et défendue par tous. 

_______________________________________________________________________________________

Partager cet article

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans International
commenter cet article

commentaires