Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 19:21

Rions un peu...

 

Le site "Rue89.com" propose un petit article de détente que nous vous signalons.

 

Voir ici :

 

http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/05/28/quelle-est-laffiche-des-legislatives-la-plus-lol-232529

 et ici  :

 

http://lolgislatives2012.tumblr.com/

 

Une bonne soirée.

PRG29

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Elections Billet d'humeur
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 07:08

Pour notre bien à tous... 
 
Prenez le temps de regarder ces 3 conférences (voir lien sur Youtube) sur  les causes de la crise. Hyper intéressant !
On comprend mieux ce qui se passe tout là-haut... Nous vous invitons à diffuser ce lien très vite avant qu'il ne soit censuré.
Ceux qui connaissent Etienne Chouard ne seront pas surpris !  Prenez vraiment le temps, même en plusieurs épisodes, car ça vaut des milliers d'heures d'écoute trafiquée de certains médias !
La mafia, cela devient presque dérisoire.  Ecouter les 34 premières minutes c'est déjà édifiant... On peut écouter les conférences en plusieurs fois...c'est pratique, passionnant, et à faire suivre l'information et la conserver .
http://www.youtube.com/embed/TLjq25_ayWM?rel=0
C'est EPOUSTOUFLANT ! PASSIONNANT ! EDIFIANT ! Une description CLAIRE et INTELLIGENTE sur cette drôle de "crise" (vraiment). A  faire circuler largement, avant que Youtube ne la retire pour cause de censure par les puissants de la terre...
C'est l'opportunité d'aiguiser votre  niveau de conscience sur cette crise. Les prédateurs financiers sont vraiment les ennemis de l'Europe.
 

 

 

 

    PRG29

link/lien youtube

Recherches et mots clés :  SOROS, HEDGE FUNDS, WALL STREET,

 

 

 

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Economie Billet d'humeur
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 08:16

C'est paru dans le "Monde.fr", on le reprend car c'est quand même assez significatif du comportement de la droite UMPiste, quoique le FN soit souvent dans la même veine, il faut dire qu'ils se cotoient beaucoup sur le plan des idées et des valeurs anti-républicaines.

 

Nicolas Sarkozy, l’heure de contre-vérité

 

Au cours de la campagne, M. Sarkozy a asséné quelques contrevérités qui vont au-delà de l’erreur factuelle. Florilège.

Les sondages qui le donnent "devant"

Nicolas Sarkozy a dit sur RMC, mercredi 18 avril, à propos du sondage CSA qui accorde 24% des voix à Nicolas Sarkozy et 29% à François Hollande : "Il est contradictoire avec tous les autres, puisque que tous les autres me donnent devant."En réalité, quatre instituts donnent M. Hollande en tête (BVA, CSA, Sofres, LH2), trois donnent M. Sarkozy (IFOP, Harris interactive, Opinionway) et un à égalité (Ipsos) au premier tour.

La Verte Dominique Voynet, ministre imaginaire du temps libre

Nicolas Sarkozy a dit à Caen le 6 avril : "Souvenez vous de l’aimable Dominique Voynet à l’époque du ministère du temps libre. On a quand même connu ça. Un ministre pour s’occuper du temps libre. Ça fait rire, on a connu ça. Ils promettaient la semaine de 32 heures."

Cet éphémère ministère a été confié à l’ancien instituteur socialiste André Henry en 1981.

La Verte Dominique Voynet, elle, a été ministre de l’environnement de Lionel Jospin de 1997 à 2001 et candidate à la présidentielle en 1995 et 2007. Elle avait 22 ans en mai 1981.

>> Lire le compte-rendu du meeting de Caen

Le voyage inexistant à Fukushima

Nicolas Sarkozy a dit à Caen, le 6 avril : "Avec Nathalie Kosciusko Morizet, nous avons été à Fukushima. Apparemment François Hollande non." "A certains endroits du Japon, nous l’avons vu avec Nathalie, la vague a atteint 40 mètres de haut."

Le chef de l’Etat s’est rendu à Tokyo le 31 mars 2011, où il n’a passé que trois heures, de l’ambassade de France à la résidence du premier ministre.

M. Sarkozy a fait marche arrière sur iTélé le 13 avril, soit une semaine plus tard :

"Je me suis rendu au Japon, avec Nathalie Kosciusko-Morizet, j’ai rencontré les autorités japonaises, j’ai discuté avec le premier ministre de la situation à Fukushima et Nathalie Kosciusko-Morizet s’y est rendue. Je ne suis pas ingénieur, je n’ai pas besoin d’aller mettre le nez dans la situation à Fukushima où par ailleurs il y avait un périmètre interdit."

>> Lire Sarkozy reconnaît ne pas s'être rendu à Fukushima

Bernard Thibault, accusé à tort d’être membre du bureau politique du PCF

Nicolas Sarkozy a dit sur RTL, le 6 avril, que Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT était "membre du bureau politique du Parti communiste, comme chacun le sait."

Bernard Thibault n’est pas membre du bureau politique du PCF et n’en a jamais été.

>> Lire : Nicolas Sarkozy réinvente une CGT en pleine ébullition

Le réacteur nucléaire libyen

Mardi 17 avril, sur France Inter, M. Sarkozy a déclaré : "Il n'a jamais été question de vendre une centrale à M. Kadhafi." Mercredi 18 avril, sur RMC, il a réaffirmé : "C'est grotesque. Le seul projet qui ait jamais existé pour les Libyens, c'était une usine de dessalement d'eau de mer, qu'ils n'ont jamais faite et pour laquelle les discussions n'ont jamais commencé."

Des documents attestent bel et bien l'ouverture de négociations avec la Libye, à partir de 2007 et jusqu'en 2010, autour du nucléaire civil. Un document signé le 25 juillet 2007, à l’occasion du voyage de M. Sarkozy,  portait sur tout le spectre de la coopération, dont la fourniture "d'un ou plusieurs réacteurs pour le dessalement de l'eau de mer". "Potentiellement, cela représente deux milliards d'euros de contrats minimum", précisait-on alors à l'Elysée.

A l'époque, le porte-parole de la présidence française, David Martinon, faisait valoir que la Libye était "un client comme les autres". Selon Claude Guéant, alors secrétaire général de la présidence, cité par Le Figaro en octobre 2007, cet accord''vise à fournir à la Libye un réacteur nucléaire qui permette la fourniture d'eau potable'' en désalinisant l'eau de mer.

>> Lire Nucléaire libyen : des documents officiels démentent la version de Sarkozy

Le retour nié d’Emmanuelle Mignon

Le 2 février, lors d’un déplacement dans l’Essonne, l’on demande à Nicolas Sarkozy devant des caméras : "Est-ce qu’Emmanuelle Mignon revient ?" "Non", répond M. Sarkozy. En fait, il a reçu son ancienne collaboratrice à plusieurs reprises, notamment le 31 janvier à l’Elysée. Mme Mignon est revenue : elle est membre de l’équipe de campagne et participe aux réunions stratégiques à l’Elysée."Emmanuelle Mignon est quelqu’un que j’apprécie beaucoup", déclare M. Sarkozy, le samedi 18 février en inaugurant son QG de campagne, où le bureau de Mme Mignon a été montré à la presse.

Et n'oublions pas le mur de Berlin

Le mensonge le plus pittoresque reste celui où M. Sarkozy prétendait, sur son compte Facebook le 9 novembre 2009, avoir accouru le 9 novembre 1989 pour assister à la chute du mur de Berlin, qui n'a eu lieu que très tard dans la nuit. Interrogé ce jour-là par Le Monde, M. Sarkozy avait persisté au lieu de reconnaître l'erreur. Le changement de son compte Facebook lui a permis d'effacer cette histoire imaginaire.

>> Lire le post des Décodeurs sur Sarkozy et la chute du Mur de Berlin

Repost 0
Published by radicalisme-finisterien - dans Politique Elections Billet d'humeur
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 08:00

Certains de nos compatriotes pensent voter pour le FN. Ils habillent cette motivation de diverses manières, le plus souvent il ne peuvent que la parer d'oripaux, car ce front anti-républicain se nourrit de peur et de haine. Comment peut-on construire un élan rassembleur dans la fraternité, la liberté, l'égalité lorsqu'on a déjà un pied dans la tombe et que la haine de l'autre vous étouffe ?

 

Vive la République.

 

Le dormeur du mal

 

C'est un 22 avril où sourit un grand-père,
Accroché mollement à sa triste vision
D'antan ; où malgré son passé, il demeure fier,
Lui : c'est un vieux monsieur qui paraît bien grognon.

Un ancien soldat, gueule ouverte, tête nue,
Et la haine régnant dans sa flamme aux couleurs bleues,
mord ; il est étendu dans son château, sous la nue,
Pâle dans son divan où la colère pleut.

Le racisme pour seul aïeul, il dort. Souriant comme
Sourirait un esprit malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il est roi.

La tolérance ne touche pas sa Marine ;
Il sera au second tour, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il n’a plus qu’un œil au côté droit.

 

JRG29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 15:49

"Un tombeau pour Sarkozy"

 

c'est ainsi que François Bazin titre un de ses articles dans le "Nouvel Observateur". 

 

Non Nicolas Sarkozy ne vient pas de défuncter, toutefois selon le "nouvel Obs" :"La défaite de Nicolas Sarkozy est désormais considérée comme une évidence par la quasi-totalité des acteurs et des observateurs politiques. Par précaution, les uns et les autres ne le confessent qu’en privé." . Il est vrai que l'on se gardera bien de vendre la peau de l'ours hongrois avant de l'avoir sorti des jardins de l'Elysée.

 

L'analyse du journaliste, que l'on peut compléter, repose sur trois erreurs successives commises par le candidat sortant. 

 

La première erreur selon lui, remonte au 30 juillet 2010, avec le discours de Grenoble ou Sarkozy introduit clairement la charge sécuritaire, désigne à la vindicte populaire les les roms et/ou avec l'aide de Guéant il rejoint les thèses lepenistes  en oubliant ceux qui avaient crû en lui en 207. C'est la droitisation extrèmiste qui se met en place en vue de la pêche aux voix du FN.

 

La deuxiéme erreur, toujours selon François Bazin, naît à l'été 2011. La CRISE vient d'éclater. Sarkozy va s'agiter, mener des actions à la petite semaine conduisant à multiplier les plans de rigueur bricolés qui, les uns après les autres, sont amendés, voire oubliés car insuffisants. Avec Merkel, ils veulent imposer la règle d'or. Pour Sarkozy, il s'agit d'abord de piéger la gauche, pas de résoudre les problèmes. En effet, aujourd'hui  on voit déjà que l'Espagne va s'asseoir sur les mesures adoptées par l'Europe. Puis c'est l'annonce de la TVA sociale, taxe injuste et intervenant en fin de mandat, qui apparaît comme une punition supplémentaire pour les citoyens à petits et moyens revenus. De plus les relations Merkel-Sarkozy sont perçus comme trop dépendantes du leadership de la chancelière allemande. Ce qui agace les français.

 

La troisième erreur daterait de fin 2011, au moment de la primaire, Sarkozy sort l'artillerie lourde contre le candidat désigné par plus de trois millions de citoyens lors des primaires citoyennes. En s'en prenant à la personne de François Hollande il pensait que la comparaison d'expérience  serait à son avantage. Las, cela n'a pas fonctionné car il attaquait la personne de François Hollande et non pas l'homme politique. 

 

A cela il faut ajouter : le grand silence sur son bilan, les multiples volte-face au cours des dernières années qui  renforcent la perception du peuple sur son instabilité, le fait, également, que le projet pour le futur quinquennat tarde à sortir. Et puis les annonces avancées en meeting ne sont pas claires et parfois sont oubliées le lendemain. La tendance du projet  apparaît comme la pérennisation du quinquennat finissant. Cela ressemble à une fuite en avant. Et puis les actes de repentance tardive, l'ego exarcerbé sont des marqueurs quasi indélébiles qui le décrédibilisent. A trop parlé de lui, il en oublie les français.

François Bazin conclut son article en déclarant : "A force de dire qu’il n’a pas changé, Nicolas Sarkozy installe l’idée qu’il a perdu l’essentiel, c'est-à-dire la force de rompre. Il accrédite la thèse, désespérante pour le siens et insoutenable pour une large majorité de l’opinion, qu’il joue d’abord pour lui, qu’il ne pense qu’à lui et donc à la trace qu’il laissera demain dans l’Histoire. En politique, on n’appelle pas ça faire campagne mais bien bâtir son tombeau".

 

 

  Yves EMILIE

  PRG29 

 

sources Le Nouvel Observateur

http://tempsreel.nouvelobs.com/le-bloc-notes-de-francois-bazin/20120308.OBS3351/un-tombeau-pour-sarkozy.html

 
Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 16:52

Dénucléarisation

 

Il est des batailles qui ne font pas toujours du bruit mais qui, néanmoins, sont âpres et féroces car les enjeux sont immenses. La bataille du démantèlement des centrales nucléaires a commencé. Le Japon a décidé de fermer la quasi totalité de ses centrales nucléaires, l'Allemagne s'inscrit dans un processus similaire, la Grande Bretagne, avec son parc vieillissant, s'y prépare. Les enjeux économiques et financiers sont énormes, ici on parle en milliards d'euros. En France, même si Nicolas Sarkozy clame haut et fort qu'il ne fermera pas de centrales, EDF a déjà engagé le processus de démantèlement de certaines centrales, ainsi la centrale de Chooz dans les Ardennes, Bugey dans l'Ain suivra, ensuite viendra Fessenheim probablement.

Il s'agit pour les grands groupes industriels de ne pas partir en retard dans l'industrie du démantèlement, d'acquérir rapidement les technologies, techniques et procédures pour s'attaquer à ce genre de site dangereux. Car les centrales éparpillées dans le monde se comptent par centaines. Eh Oui !

Au bout de plusieurs années de fonctionnement, le vieillissement s'installe, les risques augmentent. Il est clair que le prochain gouvernement ne pourra pas tergiverser, si ce n'est à accepter la possibilité d'un incident ou accident mais également de placer notre industrie en état d'infériorité face à la concurrence internationale, et au delà, mettre à l'encan la recherche et les emplois potentiels dans l'industrie du démantèlement. Cependant, pour l'Europe, après la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier, pourquoi ne pas conduire une négociation pour prolonger cette démarche au nucléaire civil.

Pour autant, allons-nous assister à un virage conduisant à une dénucléarisation civile en matière d'énergie ?  On sait que l'énergie électrique d'origine nucléaire n'est pas aussi bon marché, ce que d'aucuns essayent de nous faire accroire. Toutefois, nous en maîtrisons la technologie. De plus, l'énergie fossile se tarit ; les groupes pétroliers font pression pour lancer l'exploitation des gaz de schistes. Seulement leur pouvoir de pollution et dégradation de la biomasse lors de leur exploitation est considérable ; les canadiens voient une partie des terres du "grand nord" terriblement polluées par cette exploitation. Cela est désormais vérifié. 

Le grand débat sur l'énergie doit s'ouvrir. Un champ immense pour la recherche et l'industrie est ouvert. De nombreux emplois sont possibles.

 

Jean-Pierre BERNARD

PRG29

 

 

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:36

Par JeanMichelBaylet (Express Yourself), publié le 01/03/2012 à 18:32, mis à jour à 19:02

 

Depuis le début de la campagne, les dérapages des uns et des autres n'honorent pas la politique. Les candidats ne doivent pas transformer la campagne en spectacle de music-hall, défend le président du parti radical Jean-Michel Baylet

Pour les humoristes, qu'ils soient imitateurs ou dessinateurs, le trait est d'autant plus juste qu'il est plus caricatural. Il semble que certains responsables politiques aient décidé de suivre cet exemple, d'imiter les imitateurs. 

Ainsi Monsieur Guéant, que l'on disait occupé à ratisser les suffrages de l'extrême-droite, a-t-il estimé que le Front National n'était pas un parti républicain, ce qui est assez étonnant lorsque la critique vient du ministre de l'Intérieur, dont la fonction est précisément de veiller à l'ordre républicain et donc d'interdire ce qui lui est contraire. Il est allé un peu plus loin en précisant que le Front National était "nationaliste et socialiste". Livrée sur une radio de la communauté juive, cette évaluation était évidemment transparente. Et grossièrement fausse. Quelque mal qu'on puisse légitimement penser de Madame Le Pen et de ses soutiens, on ne rend service qu'à eux en les assimilant au nazisme. Pour le coup, c'est le F-Haine qui tire tout le débat politique vers le bas, à son seul profit. 

Jean-Michel Baylet

Jean-Michel Baylet

Parti radical

Jean-Michel Baylet a été candidat à la primaire citoyenne pour le parti radical. Il copréside désormais le conseil politique de François Hollande. 

Ces excès justifient-ils que Najat Vallaud-Belkacem, qui nous avait habitués à plus de nuances et de sourires mais qui est surtout porte-parole de François Hollande dont ce n'est guère le style, s'en vienne présenter Nicolas Sarkozy comme une sorte d'hybride de Silvio Berlusconi et de Vladimir Poutine? Je crois, pour ma part, qu'il y a suffisamment de reproches fondés à formuler sur le bilan du président sortant et sur le projet du candidat pour ne pas se laisser aller à de tels débordements. 

Plus généralement, le début de campagne est marqué parde nombreux dérapages qui n'honorent pas la politique, à l'heure même ou l'on regrette que nos concitoyens s'en éloignent. Traiter François Hollande de "menteur" ne desservira que ceux qui profèrent ou reprennent ce qui, pour le coup, est un gros mensonge. Ironiser sur l'accent d'Eva Joly, voire sur son physique, n'est sans doute pas un bon moyen de s'opposer à ses idées si on les juge inopportunes. Et tout va ainsi. Jean-Luc Mélenchon, qui devrait bien se méfier de ses excès de gouaille, considèreMadame Le Pen comme une "semi-démente" et voilà que le père Le Pen vole à la rescousse de sa fille et menace Mélenchon de lui "ôter son caleçon"... Dans quel monde vivons-nous? Même Monsieur Guaino, habituellement placide, en tout cas très maîtrisé, s'emporte jusqu'à la déraison contre un interlocuteur ayant simplement suggéré que le trop fameux débat sur l'identité nationale n'avait été ni une bonne idée ni une grande réussite. 

"Une sixième république équilibrée"

Les radicaux en appellent à tous les protagonistes de l'élection présidentielle -mais en premier lieu à leurs partenaires, car la gauche doit se montrer plus exigeante à cet égard- pour qu'ils maintiennent le débat public à un niveau qui corresponde à l'attente des Français. Ceux-ci connaissent, au quotidien, les difficultés du chômage, du pouvoir d'achat en berne, du coût du logement, de l'affaiblissement des services publics; ils nourrissent des craintes pour l'avenir, pour l'éducation de leurs enfants, pour leur santé et leurs retraites, pour l'avenir de l'Europe et de notre monnaie, pour les conséquences d'une mondialisation sans principes. Ils espèrent beaucoup des prochaines échéances électorales. Il est certain, dans tous les cas, qu'ils ne la voient pas comme un spectacle de music-hall, encore moins comme un match de catch. Les dirigeants politiques ont pour mission de proposer un avenir plus rassurant, pas de faire rire par leurs bons mots -ou de faire rire à leurs dépens par les mauvais. 

Les Français ne voient pas l'élection comme un match de catch 

Nous savons certes que cette dérive spectaculaire des échanges politiques résulte, en bonne partie, du mécanisme même de l'élection présidentielle. En s'y opposant dès la réforme de 1962, les radicaux avaient deviné que cette procédure, qui porte à la simplification (tout comme un western est tendu vers la scène finale du duel dans la rue du village), ne manquerait pas de produire des abus si elle se combinait à la puissance, alors naissante, des grands médias audiovisuels. Ce pronostic s'est vérifié. Des institutions intrinsèquement mauvaises produisent nécessairement des effets pervers. C'est pourquoi le Parti Radical de Gauche souhaite l'avènement d'une sixième République rééquilibrée. 

Mais il nous faudra d'abord mener à son terme cette campagne présidentielle qui est, pour la forme, assez mal engagée. Heureusement, les excès des uns et des autres ne changeront rien au phénomène de fond qui se manifeste déjà de façon inexorable: les Français attendent le changement. Veillons, par un juste choix des mots et une confrontation honnête des projets, à ne pas décevoir cette espérance. Les clameurs de foire sont l'exact contraire de la fête démocratique. Sachons garder tenue et retenue pour faire honneur à la République. 

Jean-Michel BAYLET 

Président du Parti Radical de Gauche 

 

Publié sur le site de L'Express.fr

Repost 0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 21:12

Tendons lui le miroir.

Nous voila dans une drôle de situation. Nous sommes à bientôt deux mois des élections présidentielles. Nous connaissons quasiment tous les candidats, sauf un celui de la majorité actuelle UMP. Enfin, ce que l'on sait :  c'est que le président  actuel de notre République est le candidat de la droite car il fait campagne au frais de la république et des ressources de l'état.

 

Il est étrange ce garçon, ne parlons même pas de bilan on sait que nous lui devons 500 milliards d'euros de déficit, un record de chômeurs, des millions de salariés en difficultés.

 

En revanche revenons sur le personnage. En effet, il est étrange qu'un Président ne sache pas qui il est. Un jour il joue les bling-bling, un autre il se "représidentialise", un autre jour il s'intronise le Gerhard Schroeder de la France ? Bref il n'est jamais bien dans ses baskets. Un jour il dit blanc, le lendemain il dit noir, ainsi la main sur le coeur : "je ne reformerai pas les retraites", et on sait ce qui est arrivé. Il n'a même pas de Premier Ministre, il a tout juste "un collaborateur"...

 

Un réactionnaire, un réac titrait le journal Libération il y a peu, nous gouverne. Hypnotisait par le pouvoir, il a tout fait pour y arriver, il era tout pour s'y cramponner. Il triche, il ment, il pirouette, il manipule, même son trésorier de campagne précédente (ancien ministre tout de même) est mis en examen pour recel d'escroquerie ; dans d'autres affaires la justice, pourtant largement contrôlée, s'approche de lui si l'on en croit la presse. Ce personnage s'est révélé être "une erreur" politique pour la nation. 

 

Tous les citoyens le savent. La nation a commis une erreur.  Alors disons aux citoyens , oubliez cet individu, d'autres citoyennes et citoyens républicains briguent vos suffrages. Toutefois, je me permets d'écarter la candidate FN de ce choix. elle ne me semble pas mériter le titre de républicaine tant ses valeurs s'éloignent des vertus de la République. A trop danser avec les néo-nazis...

 

Oui d'autres solutions sont possibles, le Parti Radical de Gauche et son allié le Parti Socialiste reprennent à leur compte la phrase de Victor Hugo dans 93 : "Il ne faut pas rudoyer l'utopie, sinon on la tue". La nation française a la vitalité pour, partant de l'utopie, construire une société juste, laïque, républicaine.

Erwan MARIE

PRG29

Repost 0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 12:45

Dur réveil pour tous les enseignants d’histoire-géographie en apprenant que, Claude Guéant,  notre ministre de l’Intérieur, a déclaré hier sans concessions que « toutes les civilisations ne se valent pas » lors d’un colloque avec l’association étudiante UNI.

En faisant abstraction des visées électoralistes évidentes de ces propos, il s’agit de comprendre comment un élève de 12 ans plus ou moins attentif en cours d’histoire apparaîtrait plus éclairé qu’un des hommes les plus puissants de notre état. En effet, il faudrait rappeler à monsieur Guéant que la civilisation arabo-musulmane est une des civilisations les plus brillantes que le monde ait connue : la médecine de Rhazès, l’astronomie du calife Omar, la géographie d’Al-Idrîsî sont autant de domaines scientifiques dans lesquels les Arabo-musulmans excellaient et qui ont inspiré les plus grands savants occidentaux dès le Moyen-Âge.

Il faudrait également dire à monsieur Guéant qui a précisé qu’ « il s'agissait de condamner les civilisations qui ne respectent pas la liberté de conscience, d'expression et l'égalité hommes/femmes » que la France, patrie des Droits de l’Homme, a attendu 1944 pour donner le droit de vote aux femmes et 1981 pour abolir la peine de mort. Que Monsieur Guéant ait décidé de s’ériger en « Père La Morale » et garant de la bien-pensance ne poserait aucun problème s’il n’était pas dans le déni de l’histoire de son propre pays. Question d’honnêteté intellectuelle dira-t-on …

JRG29

Repost 0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 16:06

C'est l'époque de l'année qui veut cela. Encore que cette pratique remonte au-dela de l'antiquité, les puissants ont souvent laissé traîner une oreille attentive aux dires des mages, voyants, sorciers, instituts de sondages...

Petit rappel :  La prévision est, d’une façon générale, la science de la description de l’avenir. Elle se distingue de la prédiction en ce qu’elle est affectée d’un caractère aléatoire dû à l’incertitude de l’avenir, tandis que les prédictions résultent de modèles mathématiques déterministes.

Un modèle mathématique est une traduction de la réalité pour pouvoir lui appliquer les outils, les techniques et les théories mathématiques.

Les résultats obtenus dans ce paradigme mathématique, vont être utilisés dans un environnement réel pour prédire son évolution.

Il y a deux grandes méthodes de prédiction :

  • La prédiction dynamique inventée par Newton et Leibniz
  • La raison : Si on connaît des lois prédictives on peut faire des déductions qui conduisent à des prédictions. (sources Wikipédia)

Aujourd’hui, le modèle mathématique de "futurise-moi" ne permet pas de prédire le futur avec certitude. Nous nous contenterons donc de dire que’il permet juste d’en prévoir les tendances, les contours.

 

Alors, utilisant les talents du "grand goëland déplumé" je vous livre ici, in extenso, ses prédictions  pour l'année 2012.

Janvier : "On va se cailler les plumes, le petit corbeau hongrois attrapera un rhume homérique et tentera de se soigner en abusant des grogs sondagiers. Ce qui ne lui clarifiera pas pour autant les voies impériales de son avenir. La morosité et la nervosité gagneront le clan.

 

Février : "Bien que survolant et croassant au dessus de nombres de clochers de nos villages aux frais de la princesse,  les rumeurs sondagières n'éclaireront pas le ciel élyséen de notre corvidé. Le doute s'installera dans le clan, le grand héron cendré des pins des villes s'installant plus haut dans les sondages et faisant figure de remplaçant.

 

Mars : "Malgré la fougue des corvidés inféodés pour le protéger, la justice s'intéressera de près aux actions d'un corbeau ministre du budget. Tandis que le vieil hibou ballamou sera entendu par les hermines et envoyés devant a cour de justice de la République. Dans le même temps le corvidé maléfique s'activera pour enfermer les hermines et  les  bâillonner . 

 

Avril : "La mouette atricille moranesque se mélangera les plumes et au lieu de dégager le terrain de son cri sarcastique s'essayera aux twitt twitt numériques.

 

Mai : "Le mollusque du Mans arrivera trop tard dans la deuxième circonscription de Paris. Le petit corbeau hongrois fera un malaise vagal sans gravité à l'annonce des résultats  des derniers sondages. Sa caille bottine  anticipera un mouvement migratoire vers la botte italienne pour se requinquer"

 

Bloavez Mad

 

Erwan MARIE

PRG29

Repost 0